Les derniers jours de Pompéi ?

Pompéi, le site archéologique le plus célèbre du monde, est en péril. Le 6 novembre dernier, la maison des gladiateurs, là où s’entraînaient les athlètes de l’Antiquité, s’est effondrée.

Les derniers jours de Pompéi ?
Photo : PC

Aujourd’hui, plus de 95 % du site est fermé au public, certaines maisons se visitent seulement « sur réservation ». Les experts sonnent l’alarme et dénoncent « une gestion à l’Euro Disney, faite de folklore et d’opérations de sauvegarde de façade ».

Tous les ans, la cité romaine détruite par le Vésuve en 79 apr. J.-C. accueille deux millions et demi de personnes et jusqu’à 8 000 les jours de pointe. Parallèlement, le nombre de gardiens a diminué et les professionnels chargés de la restauration n’ont pas été remplacés. Autre problème : les deniers publics destinés à la conservation du site ont servi à tout financer… sauf son entretien.

Activités publiques organisées à Pompéi pour des sommes exorbitantes, financement de fondations culturelles dirigées par des proches de Sandro Bondi, ministre des Affaires culturelles : la liste des gâchis est longue. Mobilisés, les gestionnaires réfléchissent d’ores et déjà au meilleur moyen de sauvegarder Pompéi. Les coupes de 290 000 euros dans le budget de la culture pour les trois prochaines années annoncées par le gouvernement Berlusconi ne leur faciliteront pas la tâche.