« Les économies africaines sont structurées pour répondre aux besoins des autres »

L’économiste Martial Ze Belinga estime que la crise de la COVID-19 met en relief les failles des économies africaines… et laisse entrevoir des pistes de solutions pour corriger la situation.

Photo : Eddy Peters / Xinhua / Getty Images

Difficile d’avoir un regard plus complet que celui de Martial Ze Belinga sur le continent africain. Cet économiste et sociologue camerounais collabore depuis bientôt 20 ans à la rédaction de l’Histoire générale de l’Afrique, une série de volumes de l’UNESCO dont l’objectif est de raconter le passé de cet immense territoire aux multiples cultures. Il est aussi coauteur du livre Sortir l’Afrique de la servitude monétaire, paru en 2016. Martial Ze Belinga, avec qui L’actualité a pu s’entretenir, estime que la crise de la COVID-19 met en relief les failles des économies africaines… et laisse entrevoir des pistes de solutions pour corriger la situation.

Contrairement à l’Asie et à l’Occident, le continent africain a été frappé par la crise économique avant d’être touché par la crise sanitaire. Pourquoi ?

Photo : D.R.

Le virus est passé de l’Asie à l’Europe, puis à l’Amérique du Nord. Ces économies se sont mises à l’arrêt pour contenir la maladie, ce qui a diminué la demande pour les matières premières, principale exportation des économies africaines. Et il n’y a pas que le volume qui a chuté, mais aussi le prix. Le pétrole, qui s’est effondré brièvement à moins de zéro dollar le baril, est un bon exemple. Cela a limité de manière importante les entrées fiscales des États africains avant même que le virus n’arrive sur leur territoire. L’autre facteur, ce sont les transferts d’argent des émigrés. La diaspora africaine envoie environ 50 milliards de dollars américains par année à ses proches — et ça, c’est en se basant uniquement sur les flux officiels. C’est davantage que l’aide internationale au développement ! Or, avec le confinement, le chômage des émigrés a augmenté et leur capacité d’envoyer de l’argent a diminué. En plus, certaines sociétés de transfert de fonds internationaux ont interrompu leurs services. Tout cela a déstabilisé les finances des économies africaines au moment même où elles devaient se préparer à la crise sanitaire à venir. Le virus est arrivé plus tard en Afrique, et l’épidémie y a été contenue un temps, mais il semble maintenant y avoir une accélération.

Vous affirmez que la crise actuelle montre que les économies africaines sont colonisées. Que voulez-vous dire ?

Depuis les années 1970, le taux d’industrialisation stagne en Afrique. Notre rôle dans les échanges internationaux est resté le même : fournir aux autres des matières premières qu’on ne transforme pas, et importer les produits finis fabriqués ailleurs. La croissance économique observée en Afrique dans les années 2000 et 2010 n’a rien changé à cela. Les gens disaient « Africa rising » (l’Afrique en essor)… En réalité, nos économies étaient tirées par la croissance asiatique, principalement chinoise, qui avait besoin de plus en plus de matières premières. Les gens n’ont pas vu que, derrière la croissance, les indices de développement humain et la capacité de créer de la valeur ajoutée n’ont pas évolué du tout. Les économies africaines sont structurées pour répondre aux besoins des autres, et jamais à leurs propres besoins. Ainsi, dès qu’il y a un choc économique extérieur, on le subit complètement, parce qu’on ne produit pas des biens pour nous-mêmes. L’idéologie du développement est aussi un obstacle. Elle présuppose que, pour résoudre nos problèmes du quotidien, il faut copier des idées venues d’ailleurs, avec des capitaux venus d’ailleurs et de l’intelligence venue d’ailleurs, comme si nous n’avions pas de capacité d’innover.

Pensez-vous que la crise actuelle pourrait changer cet état de fait ?

Avec la COVID-19, on a pris conscience que les Africains peuvent innover, ajouter de la valeur. On n’avait pas de masques, alors on s’est mis à en fabriquer. J’ai vu des étudiants dans une université à Douala, au Cameroun, produire du gel hydroalcoolique. Il y a des gens qui ont conçu des appareils pour se laver les mains sans contact — c’est artisanal, mais ça fonctionne. Plusieurs se sont tournés vers les savoirs traditionnels et les plantes de la pharmacopée africaine pour trouver un remède — on l’a vu avec l’Artemisia à Madagascar. Certes, il faut les intégrer dans un protocole de recherche rigoureux, mais cette quête de solution est déjà beaucoup plus satisfaisante que de tout attendre de l’extérieur.

Parlant de l’extérieur : le président français, Emmanuel Macron, a dit envisager une annulation de la dette africaine pour aider le continent à lutter contre la COVID-19. Est-ce une bonne solution ?

Non. La dette ne provient pas de la COVID-19. Bien sûr, la crise actuelle peut aggraver la dette et, surtout, diminuer la capacité des États de rembourser leurs créanciers à court terme. Mais le problème auquel il faut s’attaquer, c’est le processus d’endettement. Au cours des années 2000, il y a eu un certain degré d’annulation des dettes [NDLR : notamment par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et le Club de Paris, un groupe non officiel de créanciers publics], qui a permis à plusieurs pays d’Afrique subsaharienne d’abaisser leur dette à 20 % du PIB. Depuis, leur niveau d’endettement a plus que doublé ! Pourquoi ? Parce que le modèle de développement basé sur l’exportation des matières premières ne fonctionne pas. Lorsqu’un choc économique survient, que le prix des matières premières tombe, on replonge dans le surendettement. Il faut aussi dire que l’annulation de la dette, ça n’a jamais existé en Afrique. Quand les bailleurs de fonds disent « annulation », ils parlent généralement d’un rééchelonnement de la dette, d’un moratoire sur les paiements ou d’une annulation des taux d’intérêt. Et ce montage financier vient avec des conditions. Les États doivent abaisser les droits de douane, permettre l’implantation des entreprises provenant des pays qui ont restructuré la dette, etc. Tout ça maintient les dépendances qui contribuent à l’endettement, si bien qu’à l’arrivée, on n’est plus trop sûr de ce que l’on « annule ».

Êtes-vous optimiste quant au monde qui attend les États africains après la crise ?

J’ai beaucoup de craintes. En ce moment, on parle beaucoup du monde post-COVID, et les gens affirment que tout va changer. C’était la même chose avec la crise économique de 2008, qui devait marquer la fin de la grande spéculation. Or, aujourd’hui, la spéculation est plus élevée que jamais. La résilience du système capitaliste est énorme, et j’ai peur que l’on retombe encore une fois dans le business as usual après la crise. Mais il faut continuer à travailler dans le bon sens pour changer les choses. Il faut revoir les théories économiques, revoir la pensée individualiste et réfléchir à la place de l’être humain dans l’ensemble du vivant.

Ce reportage a été réalisé grâce au soutien du Centre de recherches pour le développement international (CRDI).

Laisser un commentaire

Excellente description d’une situation et des suggestions pertinentes. Mais les situations me semblent différentes selon les communautés économiques régionales africaines. Aussi me paraît-il opportun de dissocier pays africains francophones des autres pays africains lorsqu’on parle des maux d’une Afrique diversifiée. Les pays CFA et assimilés sont les mieux décrits dans cette interview. L’Afrique CFA et ses mentalités contestables, le prêt-à-penser condamnable de ses officiels , des freins et obstacles au développement, à l’industrialisation, à la croissance partagée. Des économies de rente et une volonté toujours absente en ce qui concerne le changement du paradigme des moteurs et déterminants de la transition économique. Un Cfaland qui au 21e siècle rêve encore que la diplomatie économique avec l’Europe et l’Asie est destinée à son développement ! Que l’aide au développement sert à développer un pays ! Que les APE sont bénéfiques à une économie qui n’est même pas compétitive ! Que la dette même improductive est tout de même productive dès lors qu’elle s’évapore dans des paradis fiscaux! La route du développement est bien longue et malgré mon optimiste clairvoyant, je ne pense pas que la crise sanitaire aidera à une correction. La preuve, l’actualité est animée de scandales de détournement de fonds covid19. Pour clore, tout va bien, c’est mieux de le dire même si on ne le pense pas.

Répondre