Les jalons de l’histoire d’Haïti

De 1492 à aujourd’hui, les dates marquantes de ce pays à l’histoire mouvementé.

Les jalons de l'histoire d'Haïti
Toussaint Louverture

Un nouveau monde

Christophe Colomb découvre en 1492 l’île Española (« l’Espagnole ») et l’or que recèle sa partie est. L’Espagne commence la colonisation. Les populations indigènes sont rapidement exterminées. Environ 500 000 esclaves africains sont alors « importés » à compter de 1503. Des flibustiers français s’installent dans l’Ouest, dépourvu de minerai. La France investit dans l’importation d’esclaves et la création de plantations.

… divisé en deux

Avec la ratification du traité de Ryswick, en 1697, les Espagnols renoncent à contester la souveraineté de la partie ouest de l’île et la cèdent à la France. Cette dernière officialise le nom de sa colonie : Saint-Domingu­e, qui deviendra plus tard Haïti. En 1790, c’est la colonie française la plus riche d’Amérique, grâce à l’industrie du sucre et de l’indigo.

La révolte éclate

Les idées de la Révolution française gagnent Saint-Domingue et la révolte des Noirs débute en 1791. Ils mènent une guerre de libération, dirigés par Toussaint-Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Henri Christophe et Alexandre Pétion.

… et une nation naît

Napoléon envoie des troupes pour mater la révolte. Les troupes françaises sont finalement battues. Et après 13 ans de révolution, Haïti proclame son indépendance, en 1804. Dessalines devient empereur et despote. Des rebelles le tuent deux ans plus tard. La guerre civile éclate.

Une île recolle ses morceaux

Le président Jean-Pierre Boyer, qui dirigera Haïti pendant 25 ans, réunifie l’île en 1822.

… et se sépare de nouveau

La partie espagnole de l’île se sépare de nouveau, et la République
dominicaine est créée en 1844. S’ensuit en Haïti une période de coups d’État et de soulèvements populaires. Le pays s’appauvrit.

Les Américains débarquent

Le président américain Woodrow Wilson envoie des troupes en Haïti en 1915, le pays étant en état d’insurrectio­n depuis des années.

… et repartent

Après le départ des Américains, en 1934, l’instabilité reprend. Le pouvoir est contesté par l’armée, les élites noire et mulâtre ainsi que les marchands (allemands, américains, français et anglais, surtout).

L’ère Duvalier commence

François Duvalier, « Papa Doc », se proclame président à vie en 1957. Il instaure un régime de terreur avec l’aide de la milice des « tontons macoute­s ». Puis, en 1971, son fils, Jean-Claude, dit « Bébé Doc », lui succède à l’âge de 19 ans. Le général Henry Namphy renverse Duvalier en 1986. Une période d’instabilité politique s’amorce.

… puis celle d’Aristide

Le père Jean-Bertrand Aristide est élu président en 1990, au terme des premières élections libres, puis est renversé par l’armée l’année suivante. Le président américain Bill Clinton envoie des troupes américaines en 1994 pour le rétablir au pouvoir. En 1996, René Préval, son « dauphin », est élu, mais Aristide continue d’exercer son pouvoir dans l’ombre. En décembre 2000, Aristide est réélu lors d’un scrutin fortement contesté. Haïti est au ban de la communauté internationale. En 2004, une vaste insurrection et la pression exercée par les États-Unis poussent Aristide à démissionner. En 2006, René Préval est élu président.

Un pays dévasté

La flambée des prix des aliments provoque les « émeutes de la faim » en 2008. Peu après, le pays est dévasté par des ouragans successifs, qui tuent au moins 800 personnes. En janvier 2010, Port-au-Prince et les villes avoisinantes sont dévastés par un tremblement de terre de magnitu­de 7,2 sur l’échelle de Richter.

… un pays à reconstruire

Les plus populaires