Les Japonais et l’importance du groupe sanguin

Au Japon, vos globules rouges peuvent avoir une influence déterminante sur votre vie professionnelle.

Photo : iStockphoto
Photo : iStockphoto

Selon une croyance nippone (le ketsueki-gata), le groupe sanguin permet de déterminer le caractère et la compatibilité d’une personne avec les autres.

Cette théorie — qui n’a bien sûr jamais été prouvée scientifiquement — est si répandue que certains employeurs japonais n’hésitent pas à l’appliquer pour éliminer les « mauvais » candidats à un poste.

Selon le ketsueki-gata, les personnes du groupe A seraient honnêtes, à la différence de celles du groupe B, qui feraient preuve d’égoïsme.

De tels critères d’embauche seraient difficilement imaginables au Québec, où les entreprises — toutes relèvent de la compétence du gouvernement provincial — doivent justifier le lien entre les critères d’embauche et le poste à pourvoir, explique Michel Séguin, professeur d’éthique des affaires à l’Université du Québec à Montréal.

« Par contre, il est très difficile pour un recruteur de juger un candidat qui ne se montre que sous son meilleur jour, dit-il. C’est précisément cette difficulté qui fait que l’on voit parfois apparaître des critères de recrutement insensés, comme l’astrologie, la calligraphie et… le groupe sanguin. »