Les mystérieux cratères du bout du monde

Extraterrestres ? Météorite ? Missile égaré ? Que nenni ! Mais l’hypothèse qui tient la corde pour expliquer la formation de ces étranges cratères en Sibérie est quand même inquiétante.

Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova
Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova

FouineurÀ la mi-juillet, un hélicoptère a repéré un étrange cratère géant dans la péninsule sibérienne de Yamal (« bout du monde », en dialecte local), cette région des eaux arctiques qui est aussi l’une des principales réserves de gaz naturel de Russie. D’un diamètre de 30 mètres et d’une profondeur d’environ 70 mètres, il a piqué la curiosité de millions d’internautes, en plus d’alimenter de nombreuses rumeurs… jusqu’à ce qu’une équipe de scientifiques se rende sur place pour tenter d’élucider le mystère.

Extraterrestres ? Météorite ? Missile égaré ?

Que nenni ! Selon l’hypothèse qui tient la corde, ce cratère serait né après qu’un cocktail d’eau, de sel et de gaz ait explosé – à la manière du bouchon d’une bouteille de champagne – au niveau de la couche gelée du sous-sol que l’on appelle pergélisol. Le réchauffement de l’atmosphère, en accélérant la fonte de la glace souterraine, aurait permis la libération de ce gaz.

Une théorie synonyme d’inquiétude, puisque le pergélisol est considéré comme une « bombe à retardement climatique ». Selon une étude relayée par La Presse en 2011, la fonte du pergélisol pourrait relâcher dans l’atmosphère un volume de carbone équivalent à celui produit par la déforestation. « Ces émissions auront un impact sur le réchauffement climatique 2,5 fois plus élevé, car la fonte du pergélisol produit non seulement du dioxyde de carbone (CO2), mais aussi du méthane (CH4), un gaz à effet de serre particulièrement redoutable. L’impact potentiel du méthane sur le réchauffement est environ 25 fois supérieur à celui du CO2 à un horizon d’une centaine d’années… » Un cercle vicieux se mettrait alors en branle : les émissions contribueraient au réchauffement climatique, qui accélérerait lui-même la fonte du pergélisol.

D’après l’équipe de scientifiques russes qui s’est rendue trois jours sur place, il n’y a pas eu d’explosion souterraine.  « Nous pouvons maintenant affirmer que c’est sous l’influence de processus internes qu’a eu lieu une éjection du pergélisol. J’insiste sur le fait que ce n’est pas une explosion, mais une éjection, il n’y a donc pas eu de chaleur relâchée », a expliqué au Siberian Times Andrey Plekhanov, du Centre scientifique sur la recherche arctique.

Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova
Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova

Le chercheur, qui n’avait jamais rien vu de tel, a indiqué qu’il s’agissait bel et bien d’un « phénomène naturel » apparu récemment, « il y a peut-être un an ou deux », et non d’un « désastre humain » lié au pompage du gaz naturel, à une trentaine de kilomètres du cratère. Et il est encore moins question de l’œuvre de petits hommes verts.

« Il n’y a rien de mystérieux, ici, c’est tout simplement la loi de Dame nature, avec sa pression interne et ses changements de température. […] Pourrait-ce être lié au réchauffement climatique ? Nous devons continuer nos recherches pour apporter la réponse. Les deux précédents étés, en 2012 et 2013, ont été relativement chauds pour le Yamal, et cela a peut-être pu influencer la formation du cratère, d’une manière ou d’une autre. »

Une autre théorie, celle du pingo, a pris de l’envergure. Un pingo se forme quand un amas d’eau souterraine gèle et qu’une colline de glace fait soulever la terre au-dessus d’elle. Une éventuelle hausse de la température peut alors provoquer la fonte du cœur de glace et l’effondrement du dôme de terre.

Mais le phénomène est devenu plus mystérieux encore après la découverte cette semaine de deux autres cratères. L’un se trouve également dans la péninsule de Yamal, mais à plusieurs centaines de kilomètres du premier. Selon les résidants locaux, le trou d’un diamètre d’environ 15 mètres se serait formé le 27 septembre 2013 – plusieurs versions accompagnent l’histoire de sa naissance, certains ayant vu un éclair lumineux et d’autres la tombée d’un corps céleste. L’autre, découvert par des éleveurs sur une route de pâturage, se trouve dans la péninsule de Taymyr, à l’est de Yamal. Il mesurerait environ quatre mètres de diamètre et aurait une profondeur comprise entre 60 et 100 mètres.

Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova
Le deuxième cratère, d’un diamètre de 15 mètres (Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova)
Photo © Siberian Times
Le troisième cratère, qui mesure environ quatre mètres de diamètre (Photo © Siberian Times)

« Sans aucun doute, nous devons étudier toutes ces formations, a dit Marina Leibman, scientifique en chef de l’Institut de la cryosphère terrestre de l’Académie des sciences de Russie. Il est nécessaire d’être capable de prédire leur apparition. Chaque nouveau cratère apporte des informations supplémentaires aux scientifiques. »

Dame nature, pingo, réchauffement climatique… L’analyse des échantillons de terre, d’eau et de glace prélevés sur les lieux du premier cratère nous en diront plus. Quelle que soit la cause de la formation de ces trous géants, Andrey Plekhanov pense que l’histoire se répète, comme il l’a expliqué au Siberian Times. « Je tiens à rappeler une théorie sur laquelle nos scientifiques ont travaillé pendant les années 1980. Elle a été laissée de côté puis oubliée depuis bien des années. La théorie voulait que les lacs de Yamal se soient formés à cause de cet exact type de processus naturel qui s’est produit dans le pergélisol. Ce processus a eu lieu il y a environ 8 000 ans. Peut-être qu’il se produit à nouveau aujourd’hui. Si la théorie se confirme, nous pourrons dire que nous aurons été témoins d’un processus naturel unique, qui a façonné le paysage inhabituel de la péninsule de Yamal. »

Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova
Photo © Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova
Les commentaires sont fermés.

Je pense que vous devrez aussi étudier les motifs de ces trous geant car je rémarque que dans chacun de ces trous donne l’image d’une tête humain!

C’EST PEUT-ETRE PARCE QUE LES GENS NE REGARDE PAS AVEC UN AUTRE FACON DE VOIR . LA BIBLE DIT QUE QUAND A EUT LIEU LE DELUGE , IL N’A PAS FAIT JUSTE PLEUVOIR. MAIS QUE DE GRANDE SOURCE D’EAU SORTIR DU SOL PARTOUT SUR LA TERRE. ET CURIEUSEMENT ONT DECOUVRE D’IMMENSE LAC SOUTERRAIN DANS LE DERNIER SIECLE ,
CHERCHER ET VOUS TROUVEREZ….NE RESTER PAS AVEC VOS YEUX DE SCIENTIFIQUE DEVANT UN PROBLEME QUI TROUVE UNE SOLUTION …CHANGANTE… A TOUTE LES GENERATION.SANS TROUVEZ LA VRAI.

Pour mois je pris le bon Dieu de donner la sagesse aux scintifiques de faire la lumière sur ce phomene