Maduro au fond du baril

Sale temps pour les États socialistes d’Amérique du Sud. 

Le président vénézuélien Nicolás Maduro. (Photo: Reuters/C. Garcia)
Le président vénézuélien Nicolás Maduro. (Photo: Reuters/C. Garcia)

Après la destitution de Dilma Rousseff, présidente du Brésil, c’est au tour de son homologue vénézuélien, Nicolás Maduro, d’affronter la grogne populaire. Chaque semaine, des milliers de manifestants prennent d’assaut les rues de Caracas pour réclamer un référendum sur la tenue de nouvelles élections. Mais l’héritier du chavisme résiste. Il a décrété l’état d’exception et d’urgence économique, ce qui l’autorise à contourner les lois pour préserver ses pouvoirs. Explications de Claude Morin, historien spécialiste de l’Amérique latine.


À lire aussi:

Le désastre vénézuélien


Le péril de l’or noir

La chute des cours du pétrole a entraîné celle de l’économie du pays, qui dépend à 90 % de son exportation. Le produit intérieur brut s’est contracté de 5,7 % en 2015 et devrait encore chuter cette année de 8 %. L’inflation a atteint 180 % en 2015, et le prix de certaines denrées, comme la farine de maïs et le poulet, a été multiplié par 10.

Détrôner Maduro à tout prix… et au plus vite !

L’opposition veut destituer Maduro depuis son élection aux présidentielles de 2013. Les députés de la Table de l’unité démocratique, vaste coalition de l’opposition, encouragent même la population et l’armée à désobéir au chef de l’État, voyant dans le chaos leur meilleur argument pour destituer Maduro.

Vers un référendum ?

L’opposition tente en ce moment de réunir le nombre de signatures requis pour la tenue du référendum. Si elle réussit à organiser cette consultation populaire avant le 10 janvier 2017, date de mi-mandat de Maduro, de nouvelles présidentielles auront lieu. Mais si Maduro est destitué après cette date, son vice-président le remplacera. Le pouvoir resterait donc aux mains des socialistes… à moins que l’opposition ne provoque un coup d’État, ce que Claude Morin n’exclut pas.

[brightcove id=’4720793575001′ width=’800′ height=’450′]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

C’est agréable de pouvoir constater à distance ce que serait un Québec indépendant sous la férule de QS ou du PQ…

Pourtant le systeme socialisme, aussi appele systeme solidaire, est un excellent systeme.
Il a malheureusement mal été implanté comme le prouvent les 87 tentatives qui ont echoués !