Miaou, wouf, merci !

Au Royaume-Uni, 7,3 millions d’animaux hériteront de 42 milliards de dollars lors du décès de leurs propriétaires respectifs, selon une enquête d’une compagnie d’assurances du pays. L’étude révèle aussi que 40 % des Britan­ni­ques qui laisseront de l’argent à leur animal de compagnie prévoient léguer plus à celui-ci qu’à leur propre famille… même si peu osent le dire ouvertement !

Miaou, wouf, merci !
Photo : Corbis Premium RF / Alamy

Au Royaume-Uni, 7,3 millions d’animaux hériteront de 42 milliards de dollars lors du décès de leurs propriétaires respectifs, selon une enquête d’une compagnie d’assurances du pays. L’étude révèle aussi que 40 % des Britan­ni­ques qui laisseront de l’argent à leur animal de compagnie prévoient léguer plus à celui-ci qu’à leur propre famille… même si peu osent le dire ouvertement !

Au Québec, cette pratique est moins courante, estime Alain Roy, professeur de droit à l’Université de Montréal. « Même si l’animal acquiert un statut social de plus en plus important, sur le plan juridique, Médor est toujours considéré comme un bien meuble, au même titre qu’un divan », dit-il.