N’essayez pas d’analyser le manifeste du tueur de Christchurch!

Dans les forums de discussion de l’extrême droite, memes et shitposting tentent de déshumaniser les pires tragédies. La tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande n’échappe pas à la règle, prévient Camille Lopez.

Photo : La Presse canadienne

Montréal, jeudi 14 mars, 21 h. La nouvelle vient de sortir. Ça ne fait même pas 10 minutes. Une fusillade est en cours en Nouvelle-Zélande, dans une mosquée de Christchurch. Il y en aura une autre, mais, pour l’instant, on ne sait presque rien de la nouvelle.

Ce qu’on sait, c’est qu’un compte Twitter en particulier, créé en février dernier, a partagé un «manifeste» anti immigration sur sept plateformes de téléchargement différentes. Un texte de 74 pages qui déborde d’informations destinées à faire réagir les lecteurs.

Beaucoup d’internautes tombent dans le panneau et partagent des déclarations du suspect.

Sur ce même compte, des dizaines de photos de son arsenal ont été publiées en même temps, le 13 mars, soit la veille de la tuerie. Dans les jours précédents, l’utilisateur du compte a partagé un grand nombre de nouvelles dépeignant les immigrants musulmans comme des criminels.

Avec comme seuls indices un nom, quelques photos et le titre du manifeste, on tombe rapidement sur un billet publié sur le forum de discussion 8chan.

L’auteur du billet y publie les mêmes liens vers le texte partagé sur Twitter. Et il dit s’apprêter à passer à l’acte.

Dans les commentaires de la publication, que des memes, ces images virales se voulant humoristiques, et beaucoup de références à Valhalla, ce lieux sacré, où, dans la mythologie nordique, reposent les guerriers morts au combat. Impossible de dire si ces internautes se prennent au sérieux ou non.

On dit même bonjour aux journalistes qui se retrouveront sans aucun doute sur le site dans les prochaines minutes. On sait que certains d’entre eux mordront à l’appât et publieront, mot pour mot, des extraits du manifeste destinés à faire réagir.

Vers 23 h, heure de Montréal, le compte Twitter avait été suspendu. La conversation 8 chan, qui suit le cours des événements, est toujours active.

«Continuez à créer des memes»

Inutile d’analyser le manifeste du présumé tueur. Le document est un macabre exemple de shitposting, soit l’action de «domper» une énorme quantité de blagues, de memes ou d’information destinés à tromper les lecteurs moins avertis et les journalistes en quête d’histoires, rappelle d’ailleurs Robert Evans, du Bellingcat.

Quelques médias ont déjà commencé à écrire des articles sur ce que le tireur aurait dit avant de passer à l’acte : «Subscribe to PewDiePie» («Abonnez-vous à PewDiePie», la chaîne la plus populaire de Youtube), un autre meme absurde. Il n’y a pourtant que cette sordide culture du meme qui relie le Youtubeur à l’attentat. Pas d’intentions cachées, pas de message à déchiffrer. Juste un gros appât pour les médias en quête de sensationnalisme.

Plusieurs internautes ont vite sauté sur un passage du manifeste qui mentionne la commentatrice conservatrice américaine Candace Owens comme source d’inspiration pour l’attentat. Une référence pourtant teintée d’ironie, comme la plupart des autres justifications données par le tueur.

Peut-être était-il sérieux, peut-être pas. Il ne faut rien prendre à la lettre.

«Continuez à faire votre part en diffusant mon message, en créant des memes et en shitpostant comme vous avez l’habitude de faire», encourage d’ailleurs le suspect sur 8chan, avant de partager son document. Ceci devrait servir d’avertissement à tous ceux qui désirent décortiquer le manifeste.

Rire, désensibiliser, shitposter

Captures d’écran

Reste qu’il y a une conversation à avoir sur l’utilisation des memes avant, pendant et après ce genre de tragédie. Experts et journalistes notent que les memes haineux font partie intégrante des nouveaux mouvements d’extrême droite.

À force de simplifier les messages haineux, de les rendre plus digestes et de les «adoucir» en les superposant à des images humoristiques, les memes sont devenus des outils de propagande efficaces.

Comme mentionné plus haut, les discussions entourant l’événement, tenues sur les forums plus obscurs, ne sont que shitposting et memes. Impossible de dire si on célèbre ou si on se moque du tueur. Tout est ramené à ces images, à ces références.

Par exemple, dans ces forums, les termes «Kebab Removal» reviennent à plusieurs reprises, il s’agit d’une référence obscure à [youtube href= »https://www.youtube.com/watch?v=ocW3fBqPQkU »]une vidéo bosniaque publiée dans les années 1990[/youtube] et qui a refait surface il y a des années. Cette vidéo est devenue, par son absurdité et son message clairement raciste, un meme. Une référence utilisée régulièrement dans les discussions en ligne des groupes d’extrême droite. On l’utilise maintenant pour «blaguer» sur l’extermination des musulmans.

Comme d’autres memes, celui-ci revient, revient, revient, revient, revient. Il devient une référence, un code, un réflexe. Son message haineux, réduit à sa forme la plus simple, est lu, consommé, comme n’importe quel mot du vocabulaire «normal».

Ce meme en particulier, ces deux mots, se sont retrouvés peints sur le fusil qui a servi à tuer au moins 49 musulmans en Nouvelle-Zélande.

Dans la même catégorie
10 commentaires
Laisser un commentaire

Une des attentes importantes des leaders des pays occidentaux vis-à-vis leur population et qui n’est toujours pas poursuivie, est l’élaboration de politiques d’immigration qui ne soumettent pas leurs nationaux frustrés afin d’accueillir des étrangers irrespectueux, en particulier ceux qui imposent leurs ideologies maléfiques à leurs bienfaiteurs.

Jusqu’ici, les politiciens! Votre manque de responsabilité et patriotisme vous rend complice de l’avancée de la haine et des horreurs qui s’y rapportent. D’où la disparition éventuelle de notre nation et de nos générations futures, est dans vos mains.

Répondre

merci pour vos conseil (trop pour moi) mais malgré tout j’aimerai voir ce que contient ce putain de manifeste. Ne me faites pas la leçon de ce que je peux lire ou non et encore moins sur mes potentielles « analyses ».. Merci. et gardez vos conseils pou vous merci.

Répondre

Chacun fait ce qu’il veut, ce n’est pas au média de nous dire ce qu’on doit lire ou pas, il est important de voir par soi même les choses pour comprendre le monde, vous n’êtes que des tartuffes.

Répondre

Ne retrouve-t-on pas les mêmes travers dans les sites
de l’extrême -gauche ? Je n’ai aucune sympathie pour ces deux
extrêmes , mais je trouve qu’elles se nourrissent l’un de l’autre , et qu’elles se rejoignent dans lesfaçons de faire . Au contraire ,
je crois que l’on doit lire , tout lire . Autrefois , notre clergé
catholique nous disait de ne pas lire la bible . . . Ben non,
faut lire ! Pour connaître la pensée ou le leitmotiv des gens ,
fussent-ils des êtres toxiques . Pour saisir un geste, il faut
savoir .

Répondre

N’essayez pas d’analyser le manifeste du tueur? pourquoi? parce qu’on pourrait potentiellement y trouver des éléments gênants? Mêlez-vous de ce qui vous regarde et gardez vos leçons pour vous.
Cdt.

Répondre

C’est trop facile de noyer le poisson de la montée inquiétante de l’extrême droite en se servant du « whataboutisme » what about la gauche??
Oui ces deux extrêmes se nourrissent l’une et l’autre pour semer le chaos.
En France Éric Zemmour a été condamné en appel pour ses propos islamophobes et racistes..
Ici on tolère qu’une bien-pensance s’inspire de l’idéologie de remplacement d’un Renaud-Camus et pousse l’arrogance sur un plateau de France de choisir Éric Zemmour, la personnalité de l’année!!!
Et comme il ne sert à rien de débattre avec ces idéologues qui délibérément ne cherche que la révolution, il ne faut plus avoir peur des mots. Oui le fascisme en ce moment renait en Occident. Il faut exprimer notre refus de ce climat d’intolérance qui divise nos sociétés démocratiques.. Il faut sortir de notre silence complice..

On a encore le droit à la satire j’espère. Tous les memes ne sont pas d’extrême droite, et les gens d’extrême droite ont leurs idées, pas toujours bonne, mais il faut écouter ce qui en est à l’origine, sans déshumaniser comme vous dites.

Répondre