Norvège : Nichoir Story

Le plus grand phénomène télévisuel des derniers mois en Norvège ne met en vedette ni de jeunes starlettes en tenue légère ni des meurtriers sanguinaires, mais plutôt… des mésanges bleues et des écureuils.

On savait les Norvégiens friands de croisières, de looooongs voyages en train et de marathons de tricot — tous télédifusés — grâce au phénomène «Slow TV» (Sakte-TV, décrété «Mot de l’année 2013» par les médias norvégiens).

Le plus récent succès de la chaîne nationale NRK ? Piip-Show, une téléréalité qui prend place… dans de véritables cabanes à oiseaux ! (Voyez la vidéo ci-dessous)

De mars à juin derniers, le site Web de NRK a ainsi présenté en direct le quotidien de mésanges bleues, sittelles et autres pies évoluant dans trois abris où les producteurs avaient intégré des minicaméras. Pour l’occasion, ceux-ci ont fait appel à un artisan qui a recréé de coquets intérieurs modèle réduit (reproduisant, entre autres, l’intérieur du Java, un café populaire d’Oslo).

Exclusive-Coffeebar-montage--1280x789-
Magne Klann, photographe, et Lars Aurtande, maquettiste, les deux créateurs à l’origine de Piip-Show. – Photo : Vice.com

Le résultat ne s’est pas fait attendre : en quelques jours, Piip-Show — baptisée ainsi en référence au cui-cui des oiseaux — est devenue l’émission la plus regardée de toute la chaîne, rapporte The Guardian, recevant jusqu’à 30 000 visiteurs uniques certaines journées.

Le quotidien britannique ajoute que même Mette-Marit, la princesse de Norvège, est devenue accro, elle qui a décrit sur Twitter la téléréalité aviaire comme étant «ce qu’Internet a de meilleur à offrir». Au total, plus d’un million d’internautes répartis dans 164 pays se sont connectés de manière régulière pour suivre le dessein de toute cette volée.

D’après Magne Klann, l’homme derrière la genèse de Piip-Show (en compagnie de son ami Lars Aurtande), ce succès vient principalement du fait que l’émission — «qui n’a rien à voir avec les documentaires animaliers», insiste-t-il — est complètement imprévisible. «Il est impossible de dicter quoi que ce soit à ces oiseaux. C’est, en grande partie, ce qui fascine les spectateurs», explique-t-il. Comme lorsque «Paul» et «Sylia», un couple de mésanges bleues, donnent naissance à de petits oisillons :

 

… ou que des écureuils roux investissent «le café» de manière totalement inattendue («ils ressemblent à des géants, et c’est ainsi que les oiseaux les perçoivent : des colosses qui font peur», indique Magne Klann à Vice… avouant néanmoins que le rongeur demeure son «protagoniste» chouchou) :

 

Pour éviter de perturber les habitudes des volatiles, l’équipe technique éteignait l’éclairage à l’intérieur des nichoirs une fois la nuit tombée. Mais ni les caméras, ni la lumière, ni les faux décors ne semblaient les déranger durant le jour, assure Magne Klann.

Devant la popularité de Piip-Show, une deuxième saison est-elle à envisager ? Lorsqu’on lui pose la question, le producteur reste évasif : «Si on décide de poursuivre cette aventure, il est possible qu’on tourne l’émission dans un autre pays. On verra.»

Le cas échéant, il faudra aussi songer à remettre le mobilier à neuf : les grossiers écureuils se sont en effet attaqués au bar du café, souligne-t-il.

À VOIR AUSSI :
D’autres vidéos sur la page officielle (en norvégien) de Piip-Show (et ici aussi)

Les commentaires sont fermés.