«Nous vivons dans un camp de concentration à ciel ouvert.»

Les Ouïgours, peuple turcophone et musulman vivant dans la région autonome du Xinjiang, sont opprimés par le régime de Pékin. Religion, culture, traditions… Leurs droits les plus élémentaires sont bafoués. «Nous vivons dans un camp de concentration à ciel ouvert», dit Rebiya Kadeer, dirigeante du Congrès mondial ouïgour, exilée aux États-Unis. 

Galerie d’images

Infos
Fermer
Plein écran

      Les Ouïgours, peuple turcophone et musulman vivant dans la région autonome du Xinjiang, sont opprimés par le régime de Pékin. Religion, culture, traditions… Leurs droits les plus élémentaires sont bafoués. «Nous vivons dans un camp de concentration à ciel ouvert», dit Rebiya Kadeer, dirigeante du Congrès mondial ouïgour, exilée aux États-Unis.

      Dans la même catégorie
      Boutique Voir & L'actualité

      Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

      1 commentaire
      Les commentaires sont fermés.

      Votre photo reportage me fait réagir. La Chine a bien sûr ces qualités et ses défauts notamment en matière de droit humains. Le Parti communiste chinois s’inscrit dans une logique de monopole du pouvoir politique, exigeant des institutions qu’elles suivent la ligne du parti. Les citoyens sont confrontés à des limitations en termes de liberté d’expression, d’association et de religion. Néanmoins, une importante ouverture est présente. Les Universités chinoises accueillent les ouigours par discrimination positive à leur égard (idem pour le peuple tibétain), ils s’assurent de leur offrir des repas Alal respectant ainsi leur coutume et leur religion. Lors du ramadan, les ouigours qui ont choisit de déménager dans d’autres provinces chinoises, pratiquent ouvertement leur religion dans des lieux publics bloquant du coup la circulation de grandes artères (j’en suis témoin). Étant minoritaire en Chine, ils ne sont pas non plus tenus de respecter la loi des limitations des naissances. Quand au mariage, je comprends mal que l’on puisse, cautionner le maintient de la coutume des mariages arrangés alors que les pays occidentaux ne l’accepterait pas et que la Chine a ,elle aussi , évoluée. Lorsque vous mentionner que les Hans habitant le Xing jiang choisissent l’endroit pour accéder à une vie plus simple et un climat agréable, je suis perplexe. Est-ce agréable d’avoir à faire face à des explosions terroristes le soir du nouvel an chinois, en prenant le transport en commun, ne se sentant que peu en sécurité dans un milieu qui nous est hostile. Plusieurs agressions de Hans ont aussi eu lieu par des manifestants ouigour. On peu donc ainsi comprendre la forte présence de l’armé chinoise. On accuse l’empire chinois d’étendre ses tentacules en créant des chemins pour relié le Xinjiang au reste du pays… il ne le ferait pas que nous les accuserions de négliger ses populations minoritaires. La chine a tord parfois mais pas sur toute la ligne. Dans un conflit, il y a toujours deux parties.