Pêche illégale : grosse prise pour les écolos

Le 6 avril dernier, un bateau de pêcheurs pirates, pourchassé par un groupe de guérilléros écologistes, a sombré au large de la côte ouest-africaine, au terme d’une poursuite maritime record de 110 jours.

bateau
Le navire-braconnier Thunder, poursuivi par les bateaux du groupe environnementaliste Sea Shepherd. – Photo : Simon Ager / Sea Shepherd Global

L’affaire est digne d’un roman d’aventures : le 6 avril dernier, un bateau de pêcheurs pirates, pourchassé par un groupe de guérilléros écologistes, a sombré au large de la côte ouest-africaine, au terme d’une poursuite maritime record de 110 jours. L’enjeu : la protection de la légine australe, un poisson si prisé — et si cher — qu’on le surnomme « l’or blanc ».

La chasse à l’homme a démarré en décembre dans les eaux de l’Antarctique. C’est là que le groupe environnementaliste controversé Sea Shepherd, connu pour s’en être déjà pris à des baleiniers japonais et à des chasseurs de phoques canadiens, a lancé deux de ses bateaux aux trousses du Thunder. Ce navire-braconnier notoire, qui a changé de nom et de pavillon au moins trois fois ces dernières années, était recherché par l’unité des crimes environnementaux d’Interpol. Ses prises illégales dans des eaux protégées auraient rapporté, depuis 2006, plus de 60 millions de dollars américains à l’entreprise espagnole qu’on soupçonne d’en être la propriétaire.

À l’issue de cette traque rocambolesque, qui s’est étendue sur quelque 20 000 km et trois océans, surprise : le Thunder a émis un signal de détresse, et les 40 membres d’équipage ont dû être secourus… par ceux qui les pourchassaient, avant que leur navire coule dans des circonstances nébuleuses. Selon toute vraisemblance, le Thunder a été sabordé pour éliminer les preuves de ses activités clandestines. Mais Sea Shepherd avait eu le temps de remettre à Interpol des éléments de preuve, comme des filets abandonnés durant la traque. Le capitaine et l’équipage sont désormais entre les mains de la garde côtière de São Tomé-et-Príncipe en attendant le dénouement de l’enquête sur le naufrage.

Laisser un commentaire