Philippines : les politiciens se blindent

Les violences électorales font l’affaire des garages spécialisés dans le blindage aux Philippines, où doivent se tenir des élections générales en mai prochain.

Les violences électorales font l’affaire des garages spécialisés
Photo : Aaron Favila/AP/PC

Exo Armoring, leader national du blindage des voitures particulières, a vu ses commandes augmenter de près de 30 % en quelques mois.

Pour un prix variant entre 35 000 et 70 000 dollars canadiens, l’entreprise Exo Armoring convertit les 4 x 4 des politiciens en véritables chars d’assaut, capables de soutenir les attaques au fusil M16 ou à la grenade.

En 2007, lors des dernières élections, plus de 130 candidats et partisans ont été assassinés, principalement dans les pro­vinces, où les hommes politiques entretiennent souvent de vraies milices privées et n’hésitent pas à abattre leurs adversaires pour s’assurer la victoire. En novembre 2009, un clan de l’île de Mindanao, au sud du pays, a tendu une embuscade au convoi de son rival, tuant 57 personnes, dont 30 journalistes qui l’accompagnaient.

Dans ce pays de 92 mil­lions d’habitants, les électeurs renouvelleront tous les postes électifs ce printemps. La Cons­titu­tion du pays interdit à l’actuelle présidente, Gloria Macapagal-Arroyo, de se présenter de nouveau.