Pourquoi Haïti a tant de mal à se relever, dix ans après le séisme

Deux facteurs principaux expliquent l’ampleur de ce drame : la faiblesse des institutions publiques haïtiennes et la désorganisation de l’aide internationale, particulièrement des ONG.

Une femme marche dans le centre-ville dévasté de Port-au-Prince, quelques semaines après le séisme du 12 janvier 2010. Dix ans et des milliards de dollars dépensés plus tard, Haïti ne s'est pas relevé de cette tragédie. Photo : AP/Rodrigo Abd

Le 12 janvier 2010, Haïti a été frappé par un tremblement de terre d’une magnitude de 7,3 sur l’échelle de Richter. Plus de 300 000 personnes ont été tuées, plusieurs centaines de milliers blessées et près de 1,5 million privées de logement.

Ce jour-là, l’espace de travail qu’occupait habituellement au ministère de l’Éducation nationale mon collègue Joseph Jr Clorméus, qui cosigne cet article, s’est complètement effondré. Ce denier a assisté à un spectacle apocalyptique : des collègues avaient perdu la vie tandis que d’autres se faisaient amputer pour pouvoir échapper à une mort certaine sous les décombres. À l’extérieur, des cadavres jonchaient les rues de la capitale tandis que le spectacle sinistre et effroyable de sang mêlé au béton et à la poussière s’offrait au regard désolé d’une population traumatisée.

Dix ans et des milliards de dollars dépensés dans le pays plus tard, Haïti ne s’est jamais relevé de cette catastrophe.

Deux facteurs principaux expliquent, selon nous, l’ampleur de ce drame : la faiblesse des institutions publiques haïtiennes, dont mes collègues et moi avons analysé le manque d’imputabilité dans cet article, et la désorganisation de l’aide internationale, particulièrement des ONG.

Quelques mois après le tremblement de terre, une fillette marche sur des débris alors qu’elle utilise la structure d’un bâtiment endommagé, à Port-au-Prince, pour sécher à l’air libre des vêtements. Photo : AP/Ariana Cubillos

La faiblesse de l’État haïtien

Haïti est vulnérable aux tremblements de terre. Historiquement, ils ont été gérés par l’armée qui jouait un rôle important à la fois dans le développement national et dans la gestion des catastrophes naturelles. Les rapports de force défavorables à cette institution ont conduit à son anéantissement au terme d’une approche brutale et chaotique et la rapidité de ce démantèlement n’a jamais permis de transférer les compétences que possédait l’armée pour gérer les catastrophes naturelles à d’autres institutions publiques civiles.

En effet, tout un savoir-faire a disparu avec le démantèlement de l’armée nationale sous la présidence d’Aristide. Conséquemment, malgré la présence de plusieurs organes gouvernementaux qui avaient tenté de développer des compétences transversales par rapport aux séismes, aucune instance opérationnelle fiable n’a été en mesure de gérer le vide institutionnel laissé par l’armée. Aujourd’hui, Haïti demeure très vulnérable face aux phénomènes naturels qui sévissent sur son territoire.

La succession des gouvernements instables au cours des quatre dernières décennies n’a pas non plus aidé. Ceux-ci ont affaibli considérablement l’administration centrale, qui ne disposait alors que d’une faible capacité à gérer et contrôler le territoire du pays. Par exemple, Port-au-Prince, une ville pensée à l’origine pour trois mille personnes, en comptait déjà plusieurs millions ! Dix ans plus tard, on ne peut que constater que rien n’a encore vraiment changé sur ce plan. Ainsi, l’État haïtien s’est montré incapable de se décentraliser et de développer le milieu rural, qui connaît un exode, année après année.

La capitale et ses environs sont surpeuplés, il n’y a pas de véritables politiques d’urbanisme pour imposer des normes et contrer les constructions anarchiques qui prolifèrent. Dans ce contexte, n’importe quel tremblement de terre majeur ne pouvait qu’entraîner les conséquences désastreuses que le pays a connues.

Autre problème : en 2010, l’administration publique haïtienne, loin d’avoir été réformée, se préoccupait essentiellement de recueillir les taxes sur les propriétés en dehors d’un véritable contrôle du territoire !

Ainsi, dans un contexte de surpeuplement, de développement urbain anarchique, sans politique de développement des régions, conjugué à une absence flagrante de ressources pour intervenir sur son territoire et des compétences de son personnel, l’administration publique haïtienne n’a jamais su anticiper les impacts d’un tremblement de terre.

Des personnes se tiennent dans les décombres d’un bâtiment effondré à la suite du séisme, à Port-au-Prince. Photo : AP/Rodrigo

Une aide internationale désorganisée

À la faiblesse de l’administration publique haïtienne s’ajoute la désorganisation de l’aide internationale. À la suite d’un décret adopté en 1989 (qui modifiait l’article 13 de la loi de 1982 régissant les ONG), la responsabilité de la coordination et de la supervision des activités des ONG sur le territoire de la République d’Haïti a été confiée au ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE).

Au lendemain du tremblement de terre, plusieurs études faisaient état de la présence de milliers d’ONG dans le pays. Or, sur sa liste officielle, le MPCE reconnaissait à peine 300 d’entre elles. On peut ainsi conclure que la majorité de ces ONG intervenaient dans la quasi-clandestinité.

Par ailleurs, comme plusieurs études l’ont démontré, et comme nous avons pu le constater sur le terrain, l’aide de la communauté internationale qui s’est déployée immédiatement après le séisme dans les lieux affectés n’était pas préparée pour relever un défi humanitaire d’une telle amplitude. Il n’y a eu aucune coordination dans les interventions des pays amis de manière à optimiser les efforts en faveur des sinistrés. On a assisté à une grande désorganisation humanitaire, voire à un échec de la communauté internationale qui a dû improviser de manière inefficace la cogestion d’une catastrophe.

Présents sur le terrain dès 2012, nous avons pu observer que la majorité des ONG débarquaient en Haïti non pas pour répondre à un besoin exprimé par le gouvernement haïtien, mais bien pour servir leurs propres intérêts, comme le relate d’ailleurs la Dre Joanne Liu, ex-présidente de Médecins sans frontières. Il n’y avait aucune coordination entre elles, ni de coordination avec le gouvernement. Par ailleurs, bien que les forces de l’ONU déployées avec la MINUSTAH aient été présentes en Haïti, les effectifs étaient fragmentés et opéraient selon des modèles et des valeurs souvent incompatibles. L’organisation de l’aide a été plutôt inefficace. Voire nuisible : le scandale de la réintroduction du choléra en Haïti est assez éloquent à cet égard.

Un peacekeeper péruvien tente de contrôler une foule pendant la distribution de nourriture pour les survivants du tremblement de terre dans un entrepôt à Port-au-Prince, le 19 janvier 2010. L’aide de l’ONU a été globalement inefficace. Photo : AP/Ariana Cubillos

L’après-tremblement de terre

Selon des rapports internationaux, des milliards de dollars ont été dépensés dans le pays. Or, cinq ans après la catastrophe, des débris gisaient encore dans les rues, des milliers de personnes vivaient encore dans des camps de réfugiés et la majorité des édifices publics n’étaient pas reconstruits.

Tout ceci témoigne des sérieuses difficultés de coordination sur le terrain.

Dix ans plus tard, les défis sont encore immenses pour l’État haïtien, puisqu’il lui faut développer des politiques de construction qui s’intègrent dans une certaine vision de l’urbanisme. Il doit aussi reconstruire les archives des institutions publiques qui ont été endommagées ou qui ont disparu, mettre en place une politique de la mémoire pour que les générations post-séismes apprennent du passé, élaborer et mettre en œuvre un plan d’urgence pour les catastrophes naturelles, concevoir et implanter des politiques ainsi que des espaces adaptés pour les personnes handicapées.

On voit aujourd’hui que les pratiques de développement international s’inspirent d’une perspective d’accumulation de richesse donnant priorité aux intérêts du secteur privé. Les initiatives prises par le Canada d’orienter son aide vers le développement du secteur minier et de zones franches en Haïti en témoignent.

De plus, la décision du Canada de geler le financement de nouveaux projets en Haïti pose plusieurs questions : pourquoi choisir de lâcher Haïti dans un contexte aussi difficile ? Est-ce qu’une telle décision vise à mettre l’État haïtien face à ses responsabilités ou à déresponsabiliser tout simplement le gouvernement canadien par rapport à l’échec de l’aide internationale dans ce pays ? Est-ce un aveu d’impuissance face aux faiblesses institutionnelles profondes de l’État haïtien ?

En fait, une décennie plus tard, notre regard sur le 12 janvier 2010 pose une question aussi troublante que fondamentale : l’administration publique haïtienne et la communauté internationale ont-elles réellement tiré des leçons des conséquences du tremblement de terre ?

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un média en ligne qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires.

La Conversation

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Laisser un commentaire

Mais qui sontces énergumènes là? Ils se disent des chercheurs et des universitaires… Et de l’ÉNAP en plus. Franchement, cela fait donne piété à lire.

Répondre

Il faut peut-être aller un peu plus loin et force est de constater qu’Haïti est dans une zone sismique très active et que les normes de construction, s’il y en a, n’en tiennent pas compte de sorte que cela multiplie le nombre de victimes de l’effondrement des bâtiments.

Le colonialisme a aussi profondément affecté Haïti dans les siècles passés et même très récemment avec la présence de l’éléphant américain. On sait que le dumping de riz américain a mis en faillite bien des producteurs de riz haïtiens par exemple. De plus USAid est omniprésent dans le pays et gère l’aide selon ses propres critères et souvent se sert de son rôle pour utiliser des ressources des États-Unis plutôt que du pays. C’est sans parler de l’aide promise qui n’est jamais venue…

L’éléphant dans la pièce est aussi la corruption et c’est un secret de polichinelle que l’aide internationale a été détournée par une pléiade de politiciens pour qui cela allait de soi, c’est comme ça que ça se passe en Haïti (et dans bien d’autres pays, n’est-ce pas !). À cela s’ajoute le scandale de Petro-Caribe qui a surfé sur la corruption institutionnalisée.

La MINUSTAH a été un échec retentissant et en plus d’apporter le choléra, elle a semé la zizanie dans l’aide internationale. J’ai été témoin de son ineptie dans un dossier où c’était un véritable capharnaüm. On a construit des prisons et réorganisé la police sans s’assurer que le système juridique soit en mesure de se moderniser et de faire face à la réalité de l’abus des droits humains par l’oligarchie haïtienne qui le contrôle. Par exemple des milliers d’Haïtiens croupissaient dans ces prisons sans procès, en détention préventive pendant des années. Le « palais de justice » de Cité Soleil était dans un état de décrépitude incroyable, inacceptable autant pour les employés, les juristes que pour les justiciables, alors que le poste de police flambant neuf était en excellent état.

La reconstruction n’est pas juste une affaire d’argent, de mortier et d’administration, c’est aussi la question de réinventer la démocratie haïtienne par les Haïtiens et de s’assurer que c’est le peuple qui bénéficie de ces efforts, pas seulement « l’élite » politique.

Répondre