Pyongyang à toute vitesse

Montrer la capitale nord-coréenne comme on ne l’a jamais vue : voilà le défi relevé par le vidéaste Rob Whitworth avec sa vidéo Enter Pyongyang

FouineurRares sont les reportages photographiques portant sur Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord. Encore plus rares sont les vidéos tournées au Royaume ermite, surtout avec professionnalisme et maîtrise technique.

C’est justement le cas de celle que vient de réaliser le vidéaste Rob Whitworth, Enter Pyongyang. Tournée et diffusée en accéléré (timelapse) et au ralenti, elle permet non seulement de parcourir rapidement plusieurs sites de la ville, mais encore de lui donner un dynamisme qu’on ne lui prête pas.

Pour réussir à saisir autant d’images si soignées, le vidéaste et son équipe ont séjourné plusieurs jours à Pyongyang, accompagnés de deux guides officiels de la National Tourism Administration nord-coréenne — autant pour leur faciliter l’accès à certains sites que pour «s’assurer qu’ils suivaient les règles», indique JT Singh, co-producteur de la vidéo, avec le voyagiste Koryo Tours.

En plus de permettre une incursion dans le — splendide — métro de Pyongyang, de découvrir le visage de ses habitants et certains de leurs loisirs (comme le patin à roues alignées), la vidéo renvoie une image moins terne d’une ville qu’on sent figée à l’époque stalinienne, «mais qui se modernise petit à petit», assure JT Singh.

Voyez plutôt.

 

À propos de Gary Lawrence

Journaliste indépendant, Gary Lawrence a foulé le sol des sept continents de la planète et de plus de 90 pays. Ex-rédacteur en chef d’un magazine spécialisé en tourisme, il a aussi été rédacteur en chef francophone d’un service de presse touristique et a signé à ce jour des centaines d’articles portant sur les voyages, dont plusieurs dans L’actualité. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter : @LawrenceGary.

Les commentaires sont fermés.

Mais où est tout le monde !
La ville est en Asie et les voitures du métro sont occupées que par quelques passagers, les rues sont sans embouteillage, les trottoirs presque déserts.

Toute cette ville ne serait-elle accessible qu’aux prévilégiers du régime et le reste de la population à la campagne à crever de fain.

Consulter les archives de l’époque de Mao en Chine. C’est la même propagande.