Remous en mer de Chine

La tension monte à nouveau entre plusieurs des pays bordant la mer de Chine. À tour de rôle depuis mars, Chinois, Vietnamiens et Philippins y mènent des exercices militaires navals et s’accusent mutuellement de provocation.

Zoom sur... Remous en mer de Chine
Photo : iStock

La tension monte à nouveau entre plusieurs des pays bordant la mer de Chine. À tour de rôle depuis mars, Chinois, Vietnamiens et Philippins y mènent des exercices militaires navals et s’accusent mutuellement de provocation. En jeu : les petites îles inhabitées Spratly et Paracel.

 

VALEUR STRATÉGIQUE

Ces archipels, aussi revendiqués en partie par Taïwan, Brunei et la Malaisie, forment un poste de contrôle stratégique pour le trafic maritime : plus de la moitié du pétrole mondial transporté par navire transite par la mer de Chine. Ces îles se trouvent également au cœur de l’une des zones de pêche les plus riches au monde. Encore inexploités en raison des tensions politiques, le pétrole et le gaz y seraient abondants.

WASHINGTON S’INQUIÈTE

Les ambitions de la Chine, en plein essor économique et militaire, inquiètent ses voisins et les Américains. Elle a déclaré l’an dernier que les Spratly font partie de ses « intérêts vitaux », au même titre que le Tibet et Taïwan. Les Américains répliquent que l’espace maritime doit rester sous autorité internationale et que la libre circulation des navires doit y être assurée.