Rory Stewart, la nouvelle coqueluche politique

La Grande-Bretagne ira aux urnes l’été prochain, et les conservateurs ont bon espoir de mettre fin au règne des travaillistes, arrivés au pouvoir avec Tony Blair, en 1997.

Grande-Bretagne : Rory Stewart, la nouvelle coqueluche politique
Photo : Geoff Pugh/Rex Features/PC

Une des vedettes montantes du camp conservateur sera le « Lawrence d’Arabie du 21e siècle », Rory Stewart, qui briguera les suffrages dans une circonscription sûre, acquise aux conservateurs depuis 1950.

Avec un parcours digne du mythique officier britannique (qui joua un rôle important pendant la révolte arabe de 1916-1918), cet Écossais d’à peine 37 ans ne risque pas de rester assis bien longtemps sur les bancs des simples députés de la Chambre des communes. Il a été tour à tour étudiant à Oxford, tuteur des princes Harry et William, officier dans l’armée, diplomate en Indonésie et dans les Balkans, aventurier – il a fait 10 000 km à pied de l’Iran au Népal en passant par l’Afghanistan -, auteur de deux best-sellers, gouverneur de deux provinces irakiennes après le renversement de Saddam Hussein, directeur fondateur de la fondation Turquoise Mountain, à Kaboul, professeur à Harvard, conseiller de l’administration Obama sur l’Afghanistan… puis homme politique britannique.

Selon le magazine américain Esquire, il est l’une des 75 personnes les plus influentes au monde en ce début de siècle. Les médias de Grande-Bretagne, de gauche comme de droite, succombent déjà au charme de ce tory atypique. Le chef des conservateurs, David Cameron, d’à peine sept ans son aîné, aurait-il recruté son plus grand rival ? Ou, à tout le moins, son successeur ? La rumeur circule.