Royaume-Uni : la chasse aux mariages forcés

Le Parlement britannique songe à criminaliser les mariages forcés, une pratique qui touche chaque année environ 8 000 femmes britanniques, dont le tiers ont moins de 16 ans.

Photo : Shaun Dunphy / cc2.0
Photo : Shaun Dunphy / cc2.0

Le Parlement britannique songe à criminaliser les mariages forcés, une pratique qui touche chaque année environ 8 000 femmes britanniques, dont le tiers ont moins de 16 ans.

La loi, actuellement à l’étude, pourrait être adoptée en mars prochain. Le cas échéant, les parents des victimes pourraient être condamnés à un maximum de sept ans de prison.

D’ici là, l’association Karma Nirvana, qui vient en aide aux victimes d’unions forcées, suggère aux jeunes filles envoyées à l’étranger pour se marier de cacher une cuillère dans leurs sous-vêtements. L’ustensile fera sonner les détecteurs de métal de l’aéroport et elles seront emmenées dans une pièce isolée afin d’être fouillées.

Il s’agit d’une mesure désespérée pour permettre aux victimes d’alerter in extremis les autorités, selon Anna Hardy, intervenante pour l’association. «Par contre, il y a toujours le danger d’attirer l’attention de la famille, dit-elle, d’où l’importance de mettre en place des dispositifs pour isoler et protéger les victimes une fois qu’elles ont fait sonner le détecteur».

Au Canada, le gouvernement a choisi de ne pas criminaliser les mariages forcés, mais de plutôt mettre l’accent sur l’éducation et la prévention.

Les plus populaires