Shanghai l’impatiente

Le cœur économique de la Chine a subi un développement brutal au cours de la dernière décennie. Aujourd’hui, Shanghai est une ville neuve, impatiente d’accueillir le monde pendant six mois à son Exposition universelle. Visite d’une cité survoltée.

Photo : Patrick Alleyn

Les Shanghaiennes forment un groupe unique dans une Chine encore plongée dans la tradition. Élégantes et modernes, elles marchent d’un pas décidé dans les allées des centres commerciaux, leur conjoint suivant souvent derrière, traînant leurs sacs ! Les Shanghaiens aussi se sont occidentalisés. En couple, ils font la vaisselle, changent les couches et sont considérés comme les meilleurs maris de Chine.

Shanghai de jour. Cette pointe de terre hérissée de gratte-ciels compte 20 millions d’habitants. C’est la ville la plus dynamique de la Chine et son plus grand port.

La nuit, Shanghai prend des airs futuristes. La tour de télévision, à droite, est le symbole de la ville. La Perle de l’Orient, érigée en 1995, ressemble à un vaisseau spatial prêt à décoller.

Cette cité est une ruche ! La vie s’y passe en accéléré. À peine avez-vous payé votre course de taxi que le prochain client – il y en a toujours un – vous agrippe le manteau pour vous tirer à l’extérieur. Rien n’arrête le trafic automobile : un piéton est un obstacle à contourner ; une foule compacte qui traverse un boulevard, un mur à percer.

Que demandent donc ces fidèles, priant Bouddha en tenant bien haut des bâtons d’encens fumant ? Deux choses : santé et fortune.

La rue Nanjing, l’une des artères les plus célèbres de la ville. Qu’y fait-on ? On y magasine ! Tout ici n’est que boutiques et centres commerciaux.

Les Shanghaiens habitent de petits appartements tout juste bons pour y dormir. Ils passent leur temps libre à l’extérieur, souvent dans les restaurants.

Les tours d’acier de Lujiazui, le Wall Street chinois, apparaissent dans le brouillard. Ce sont des ouvriers comme ceux-ci – des migrants venant des campagnes – qui les ont bâties.

Bienvenue dans l’ancienne concession française ! Ce quartier cossu aux rues bordées de platanes est l’un des rares endroits de la ville où l’on retrouve une certaine tranquillité. On peut même y prendre un café en terrasse.

Voici le pavillon du Canada sur le site de l’Exposition universelle de Shanghai, qui s’ouvre le 1er mai. Le bâtiment, signé Cirque du Soleil, prend la forme d’un « C » couché. À l’intérieur, les visiteurs pourront, entre autres activités, pédaler dans un Montréal, un Toronto ou un Vancouver virtuels en chevauchant des vélos stationnaires installés devant un mur sur lequel seront projetées des images en 3D.

Le pavillon de la France. On retrouvera, à l’intérieur des treillis, un jardin français et des œuvres provenant du musée d’Orsay, à Paris. La France est considérée par les Chinois comme le pays le plus romantique au monde. De nombreux couples comptent se marier dans ce pavillon.

Je suis arrivé à Shanghai un soir de célébration du Nouvel An chinois, un congé férié d’une semaine. Et voici la scène qui m’attendait. Les Chinois ont l’habitude d’improviser des spectacles de feux d’artifice pendant ce congé. À Shanghai, ces feux éclatent entre les tours. Impressionnant… mais risqué.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie