Si tout le monde vivait dans le pays de son choix…

S’ils étaient totalement libres, 13% des adultes du monde entier quitteraient leur terre natale pour s’installer de manière permanente dans un autre pays.

Monument Valley, à la frontière de l'Arizona et de l'Utah. Le site fait partie d'une réserve des Navajos, qui accueillent les visiteurs et récoltent les droits d'entrée (la carte annuelle des parcs nationaux n'est pas acceptée).
Photo: Ginette Haché

S’ils étaient totalement libres, 13% des adultes du monde entier – soit une population de 630 millions de personnes – quitteraient leur terre natale pour s’installer de manière permanente dans un autre pays, montre une étude de Gallup, qui a effectué des entrevues avec 501 366 adultes de 154 nations, entre 2010 et 2012, pour en arriver à ces résultats.

Mais pour aller où ?

Les États-Unis sont l’eldorado des immigrants, puisque 138 millions d’entre eux ont dit vouloir s’y installer. Le Royaume-Uni (42 millions), le Canada (37 millions), la France (31 millions) et l’Arabie Saoudite (29 millions) complètent le top 5 des pays qui font rêver.

More Than 100 Million Worldwide Dream of a Life in the U.S. © Gallup

L’indice de migration nette potentielle apporte également une perspective intéressante concernant les flux à l’intérieur même des pays. Il est obtenu quand, au nombre d’adultes qui voudraient déménager de leur pays si l’opportunité se présentait, on soustrait le nombre de ceux voulant y emménager. Plus le chiffre est élevé, plus la population adulte s’agrandit.

Si tous les adultes pouvaient choisir le pays où ils aimeraient vivre, le Canada verrait ainsi sa population adulte grimper de 120 %. Un chiffre élevé, bien loin des 257 887 immigrants acceptés en 2012, mais quand même en forte baisse depuis le dernier coup de sonde, qui couvrait la période 2007-2009, et qui avait abouti au chiffre de 160 %.

Il en va de même pour les autres pays les plus désirés : les États-Unis sont passés de 60 % à 45 %, le Royaume-Uni de 62 % à 53 % et la France de 60 % à 38 %. L’Arabie saoudite fait exception pour la seule raison qu’aucune donnée n’y avait été récoltée lors du précédent sondage.

Ameriques-©Gallup

Europe-©Gallup

MoyenOrient-©Gallup

Asie-©Gallup

Afrique-Gallup

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Fort intéressant. Je comprend mal, toutefois, le très haut pourcentage pour l’Arabie saoudite. Ce pays défend l’alcool, les cinémas, le théâtre. Les femmes ne peuvent pas y travailler sauf dans les secteurs sociaux (médecine, éducation). Un régime autoritaire où la libre expression n’existe pas. Peut-être ceux qui veulent y habiter sont musulmans et veulent être proche de la Mèque, le plus haut lieu saint de l’Islam? Fascinant.

L’attractivité de ces pays ne correspond pas nécessairement à la capacité d’accueil des pays en question. Les USA, le Canada ouvrent grand leurs portes à l’immigration, comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne. Mais la France, qui invoque sans cesse la « laïcité républicaine » pour défendre son identité et son patrimoine culturel contre « une menace islamique croissante » accepte pourtant, paradoxalement, beaucoup moins d’immigrants que ses voisins. Selon Eurostat, 149 500 étrangers ont été accueillis en France en 2010, contre 497 000 au Royaume-Uni, 430 400 en Espagne, 317 200 en Allemagne et plus de 220 000 au Canada. Je suis certain, quand je lis le Figaro ou le Monde, que la chose ne s’est pas améliorée, au contraire. Le danger islamiste appréhendé semble donc se trouver beaucoup plus entre les oreilles des politiciens « national-populistes » français, que dans les mosquées, par ailleurs fort peu nombreuses (90 en 2012) en regard des 10 000 églises catholiques qui s’y trouvent. Je dis cela simplement cela pour faire réfléchir nos janettes, qui réclament la « vigilance » la plus grande, terrorisées par un raz-de-marée musulman, qui ressemblerait plus à un OVNI qu’à une réalité.