Sur nos blogues

Nos blogueurs Chantal Hébert, Jean-François Lisée, Jean-Frédéric Légaré-Tremblay, du blogue Monde, Gary Lawrence, du blogue Voyage, et notre blogueuse scientifique Valérie Borde réagissent aux événements.

Le blogue de Chantal Hébert

Effet Haïti: Non-existant ?

Dans le sondage hebdomadaire commandité par la CBC – la firme Ekos persiste et signe. L’omniprésence du gouvernement Harper sur toutes les tribunes dans le cadre de sa gestion de la réponse canadienne à la crise haïtienne et les bons points qu’il a compté auprès de la majorité des commentateurs ne lui a pas permis de reprendre les devants dans les intentions de vote. 

LIRE LA SUITE >>

Harper, Haïti et les intentions de vote

Ce n’est pas un verdict final – comme le souligne son auteur – mais le premier sondage sur les intentions de vote réalisées dans la foulée du tremblement de terre en Haïti  montre que  la réaction, rapide et plutôt efficace, du gouvernement Harper aux événements et son omniprésence dans les médias n’a pas amélioré sa cote.

LIRE LA SUITE >>

Sortir Denis Coderre des boules à mites ?

Dans la foulée de la tragédie qui s’abat sur Haïti, le député de Bourassa est devenu rien de moins qu’incontournable. Aucun autre député libéral* n’arrive à sa cheville pour sa connaissance des dossiers relatifs à Haïti, de la communauté haïtienne montréalaise et de ses réseaux et du créole.

LIRE LA SUITE >>

Politique fédérale: L’effet-Haïti…

Le tremblement de terre qui a secoué Haïti la semaine dernière n’a pas que des échos humanitaires.  Sur la scène fédérale, l’événement a relégué à l’arrière-plan le débat qu’animait (avec succès s’il faut en croire les sondages)  l’opposition au sujet de la prorogation du Parlement jusqu’au début mars.

LIRE LA SUITE >>

Stephen Harper et Haïti…

Dans ma chronique du Devoir, j’explique comment la crise humanitaire en Haïti pourrait modifier le suivi canadien en Afghanistan et paver la voie à un  virage de la politique de développement international du gouvernement Harper vers le front haïtien.

LIRE LA SUITE >>

Un message d’Haïti…

Le courriel est de Richard Mimeau, directeur général d’Union Montréal et organisateur en chef de Gérald Tremblay, qui débarquait à Port-au-Prince quelques heures avant le tremblement de terre.  Je vous le communique dans son état original; la forme fait partie du message.

LIRE LA SUITE >>

Le blogue Monde

John Travolta transporte de l’aide… et des scientologues en Haïti

John Travolta ne s’est pas contenté de donner de l’argent ou de participer à un spectacle quelconque pour aider Haïti. L’acteur-vedette de Saturday Night Fever, muni d’une licence de pilotage commerciale, a manié lui-même le manche à balai de son Boeing 707 de chez lui , en Floride, jusqu’à Port-au Prince, hier, pour y acheminer quatre tonnes de rations alimentaires, du matériel médical… et une poignée de «ministres volontaires» de l’Église de Scientologie.

LIRE LA SUITE >>

Des exilés haïtiens à Guantanamo

C’est aujourd’hui qu’aurait dû fermer la prison de Guantanamo si Barack Obama avait pu respecter son engagement, pris il y a un an jour pour jour . Mais ceux qui se désolent de la voir encore ouverte se réjouiront peut-être d’apprendre que le camp de détention américain situé à Cuba vient de se faire confier une mission humanitaire : accueillir les exilés haïtiens et servir de plaque tournante logistique de l’aide à destination d’Haïti.

LIRE LA SUITE >>

Dialogue père-fils sur la reconstruction d’Haïti

Mon père était dans le quartier de Pétionville, à Port-au-Prince, lors du séisme, en route du bureau vers l’hôtel Montana, tous deux détruits. Il s’en est fallu de peu… Il a été parmi les premiers rapatriés, sain et sauf. Soulagement. Il en avait bien sûr beaucoup à raconter sur la catastrophe telle que vécue, mais aussi sur les défis et les écueils qui guettent la reconstruction d’Haïti. Camille Tremblay — ou «papa», c’est selon — y séjournait à titre de consultant en développement international. Comme il connaît bien Haïti et qu’il a l’expérience de la reconstruction et des réformes des institutions dans les pays en développement, on en a discuté. Voici donc un dialogue père-fils sur la reconstruction d’Haïti.

LIRE LA SUITE >>

Un « corps civil de service national » pour reconstruire Haïti?

Le spécialiste d’Haïti Robert Maguire avance l’idée audacieuse de transformer les camps de fortune qui se forment à l’extérieur de la ville en « corps civil de service national », soit des contingents d’hommes et de femmes qui seraient employés pour reconstruire le pays.

LIRE LA SUITE >>

Jacmel n’est plus l’« exception haïtienne »

La capitale haïtienne n’est malheureusement pas la seule ville à avoir été touchée durement par le séisme. Mais parmi les autres villes, la destruction de Jacmel, un havre de paix dans un pays plongé depuis longtemps dans la tourmente, fait particulièrement mal à Haïti.

LIRE LA SUITE >>

Selon Pat Robertson, Haïti a fait un pacte avec le diable

Dans l’émoi généralisé que causent le séisme et la catastrophe humanitaire en Haïti, le télé-évangéliste américain Pat Robertson est venu ajouter son grain de sel. Son propos, divulgué sur le Christian Broadcasting Nework: que les horreurs que vivent les Haïtiens à répétition depuis longtemps sont le fruit empoisonné d’un pacte conclu avec le diable à la fin du XVIIIe siècle.

LIRE LA SUITE >>

Le sort s’acharne sur Haïti

La perle des Antilles, comme on appelle Haïti, subit catastrophes après catastrophes depuis quelques années. Il y a à peine deux ans, une vague de tempêtes tropicales avait déferlé sur le pays, tuant sur son passage des centaines de personnes et détruisant routes, maisons et autres infrastructures. L’équivalent de 15% de la richesse nationale avait été détruit, soit environ 1 milliard $.

LIRE LA SUITE >>

Gary LawrenceLe blogue Voyage

Y a-t-il un avenir pour le tourisme en Haïti ?

Tandis qu’on discute ferme, aujourd’hui à Montréal , de l’avenir d’Haïti, certains se demandent si le développement du tourisme n’est pas une option à explorer en profondeur. À long terme, s’entend.

LIRE LA SUITE >>

L’industrie du tourisme au secours d’Haïti

Il n’y a pas que les organisations humanitaires qui mettent la main à la pâte, pour tenter de sortir Haïti de la détresse dans laquelle elle est enlisée. Depuis la semaine dernière, de nombreuses entreprises de l’industrie du tourisme ont annoncé une pléthore de mesures d’aide.

LIRE LA SUITE >>

La croisière s’amuse toujours en Haïti

À une centaine de kilomètres des zones dévastées par le séisme, des paquebots de croisière continuent de s’amarrer à un quai donnant accès à des plages privées, où les croisiéristes s’adonnent aux sports nautiques, lézardent ou sirotent un rhum dans un hamac. Tout ça à Labadee… en Haïti.

LIRE LA SUITE >>

La solidarité par le tourisme

« Quand s’abat un fléau comme celui de Port-au-Prince, les gens nous téléphonent pour savoir s’ils peuvent partir avec nous pour offrir de l’aide sur place, dit Justine Lesage, porte-parole d’ Oxfam-Québec . Mais seuls des coopérants bien entraînés peuvent être envoyés, du jour au lendemain, sur le site d’une catastrophe ».

LIRE LA SUITE >>

Gary LawrenceLe blogue de Valérie Borde

Pas de salaire pour les orthopédistes en Haïti

Les orthopédistes québécois partis aider en Haïti accomplissent une bien noble mission, mais ils se trompent s’ils pensent que la Régie de l’Assurance maladie du Québec devraient les dédommager pour le temps qu’ils passeront là bas, comme ils le demandent . J’ai une lecture à leur suggérer à leur retour.

LIRE LA SUITE >>

Haïti: encore des secousses à venir

De nombreuses répliques du séisme majeur du 12 janvier sont attendues à Haïti au cours des mois, voire des années à venir, selon un rapport préliminaire publié hier soir par les spécialistes du US Geological Survey .

LIRE LA SUITE >>

Une pluie de bouffe pour Haïti

Pour nourrir la population haïtienne, la meilleure stratégie consiste à larguer directement par avion des petites rations de nourriture au dessus des zones sinistrées, affirme un physicien américain.

LIRE LA SUITE >>

Haïti: pourquoi tant de victimes?

Le tremblement de terre qui a touché Haïti la semaine dernière n’a rien d’exceptionnel. Si ce n’est qu’il a frappé de plein fouet une population extrêmement vulnérable aux catastrophes naturelles en raison de la pauvreté qui l’afflige.

LIRE LA SUITE>>

Jean-Fran?ois Lis?eLe blogue de Jean-François Lisée

La phrase-choc de Bernard Kouchner sur Haïti

Céline Galipeau interviewait le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, présent à la rencontre de Montréal sur Haïti. Savourez l’échange…

LIRE LA SUITE>>

Ce soir j’aime les militaires (les infirmières et les pompiers)

Comme les infirmières québécoises qui se bousculent pour se rendre panser des plaies en Haïti, comme les policiers et pompiers qui piaffent d’impatience d’aller se rendre utiles, il n’y a pas assez de 1000 places dans l’expédition imminente des soldats de Valcartier.

LIRE LA SUITE >>

Les malheurs d’Haïti

Dans le Québec catholique des années 50, circulait cette phrase d’une logique douteuse: Les malheurs de la Pologne sont une preuve de l’existence de Dieu

Aujourd’hui, peut-on dire que les malheurs d’Haïti sont une preuve de l’existence du diable ? Car sinon, pourquoi diable le sort s’acharnerait-il autant sur ce pauvre peuple ?

LIRE LA SUITE >>

Les plus populaires