Tourisme : l’autre Cuba

Une histoire d’amour lie Cuba et les Québécois, sa plus importante clientèle. L’île veut maintenant conquérir autrement ces voyageurs en les sortant des formules tout inclus pour leur faire voir le « vrai » pays, en pleine mutation.

Galerie d’images

Infos
Fermer
Plein écran

      Une histoire d’amour lie Cuba et les Québécois, sa plus importante clientèle. L’île veut maintenant conquérir autrement ces voyageurs en les sortant des formules tout inclus pour leur faire voir le « vrai » pays, en pleine mutation.

      Les commentaires sont fermés.

      Je vais à Cuba tous les ans cet hiver je vais justement à Santa Maria pour découvrir cette région je vous en parle à mon retour à la fin de Janvier, il faut plus de service à la clientelle il y a des endroits ou le service aux clients a baisser.

      j’ai été à Cayo Santa Maria en février 2011. bel endroit tranquille. Excursion Jeep safari nous fait passer à travers les petits villages cubains, ça c’est vraiment le vrai Cuba, pas celui de l’hôtel.

      Personnel de l’hôel très courtois

      J’ai visité Cuba à quatre occasions dont la première en 1983,alors que le tourisme était naissant.A chaque visite je me suis baladé dans le pays profitant des offres d’excursions pour rencontrer des habitants autant dans les villes que dans les campagnes.Ce fut chaque fois un enchantement que d’être accueilli par des Cubains chaleureux et curieux de nous connaitre.Je me suis fait soigné une fois pour une affection de la peau et le médecin Cubain fut d’un grand professionnalisme.J’ai lu récemment que Cuba comptait 80,000 médecins pour une si petite population dont plusieurs s’activent à l’étranger, ,il devrait partager avec nous cette abondance.

      Au printemps 2011, je me suis rendu à Cuba pour la 1re fois. Je suis resté en casas particulares (B & B). J’y ai voyagé en routard de Varadero à Santiago, m’arrêtant au passage à La Havane, Cienfuegos, Trinidad, et Camaguay.Partout, les Cubains ont été super sympas. Même les jineteros ne m’embêtaient qu’une seule fois à mon arrivée, puis ils me laissaient tranquille quand ils comprenaient que je n’étais pas intéressé à ce qu’ils me proposaient. J’ai fait du pouce, voyagé dans une boîte de camion avec une quarantaine de Cubains, fait de l’équitation dans la Sierra del Escambre et du rollerblade avec l’équipe de Trinidad, écouté assidûment le concert du groupe J J Son avec la chanteuse Idalvelis chaque après-midi à la célèbre librairie La Escalera à Santiago de Cuba. En un mot, à 55 ans, mon 1er bain dans la culture cubaine fut un véritable enchantement. Alors, je n’ai aucun doute que les Québécois sauront sortir des sentiers trop battus que sont tous les Cayos »Sol y Cervezas » pour s’aventurer sur toute la longueur du Crocodile… Buen viaje!

      J’ai fait plusieurs séjours linguistiques à l’Academia Cienfuegos. Les cours se donnent à l’hôtel Faro Luna, petit hôtel de 40 chambres. C’est une façon différente et agréable de connaître Cuba. En plus des cours en matinée, le séjour inclut des activités axées sur l’histoire et la culture cubaine. Les professeurs sont compétants, chaleureux et disponibles.

      Je reviens de mon 5e voyage à Marea del Portillo, dans l’extrême sud ouest du pays, en deux ans. Un tout inclus, eh oui. Sauf que j’ai partagé le repas du Jour de l’An dernier dans la famille du chef cuisinier à Pilon, visité la nouvelle maison de ma femme de chambre dans la montagne à Sierra Arriba, passé offrir des vêtements au village de Marea chez le gardien de sécurité et passé de beaux moments toujours à Pilon dans la famille du responsable des réservations. J’ai aussi adopté une famille très pauvre dans le ghetto à 20 minutes à pied de l’hôtel. Comme quoi parler espagnol ouvre grand les cœurs et les portes!

      Nous sommes de retour de Cayo Santa Maria depuis le 19 décembre, après un séjour de 14 jours. Notre première visite, au même endroit, avait eu lieu en février 2008. À l’époque, il n’y avait que 5 hôtels et le Barcello était en construction à l’est. Nous avions bien aimé l’endroit, son intimité, son côté « nature » et encore sauvage (la réserve à l’est) où nous nous rendions en scooter – à la cabane du pécheur. On est retournés au même hôtel (Sol Cayo Santa Maria); il s’est dégradé, l’entretien semble au minimum, difficile de louer un scooter car souvent brisés! Les poignées de portes patios sont toutes cassées, air climatisé défectueux, pôle de douche qui tombe par terre, douches près des plages qui ne fonctionnent plus, nombreux déchets un peu partout et les cubains nous ont semblé de plus en plus nonchalants; ils manquent vraiment d’organisation ! D’autres hôtels sont apparus et il y en a encore en construction. On a fait un centre aquatique à l’ouest avec dauphins et otaries; ce centre est présentement désert. On a aussi construit une place commerciale avec des boutiques et restaurants qui restent vides à l’est près du Barcello. On dirait une petite « Florida ». Est-ce le signe annonciateur de l’arrivée prochaine des américains ? Et qui est intéressé à payer pour manger au restaurant quand vous êtes en vacances dans un « tout inclus » ?
      On a fait une route en plein milieu d’un espace protégé (la réserve à l’est) et on est à y installer l’aqueduc, donc d’autres hôtels à venir… Dommage… l’ambiance et l’environnement que l’on a connu en 2008 a disparu. Il est décevant de voir cette construction effrénée et l’abandon des constructions existantes!

      Je recommande à tout le monde la lecture du Manuel de l’anti-tourisme de Rodolphe Christin aux éditions Écosociété.

      Une belle réflexion notre rapport au voyage…