Voyager au Mexique : est-ce sécuritaire ?

Des plages invitantes. Un soleil chaud. Une coupe de margarita. Voilà les images qui viennent en tête à la plupart des touristes quand ils pensent au Mexique. Mais la guerre à la drogue, qui a fait plus de 50 000 morts dans ce pays depuis six ans, sème l’inquiétude. Les vacanciers devraient-ils éviter de s’y rendre ?

Voyager au Mexique : est-ce sécuritaire ?
Photo : iStock

En réalité, l’immense majorité des 1,5 million de Canadiens qui visitent le Mexique chaque année n’y rencontrent aucun problème. La péninsule du Yucatán (Cancún), où se rendent la plupart des vacanciers, reste peu touchée par la violence.

Le ministère des Affaires étrangères du Canada recommande toutefois « d’éviter tout voyage non essentiel » dans les États du Nord : nord de la Baja California, Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo León, Tamaulipas, Durango et Sinaloa (à l’exception de la station balnéaire de Mazatlán).

Et pour cause. Des fusillades entre narcotrafiquants et des attaques contre les touristes peuvent s’y produire « à tout moment », estime le Ministère. Les voleurs et les bandits ciblent particulièrement ceux qui se déplacent dans des véhicules utilitaires sport et des camionnettes.

Au cours de la dernière année, le consulat canadien à Monterrey, dans l’État de Nuevo León, a dû secourir plusieurs touristes voyageant à bord de véhicules de plaisance (mieux connus sous le nom de « VR »). Dépouillés de tous leurs biens, de jeunes retraités ont dû mettre un terme abrupt à leur rêve de traverser le pays du nord au sud.

« Quand des amis me demandent des conseils de sécurité pour voyager par la route entre la frontière des États-Unis et Monterrey, je leur dis : prenez donc l’avion ! dit l’homme d’affaires québécois Luc Pelchat, établi dans la région de Monterrey depuis 20 ans. Pourquoi risquer inutilement de se faire attaquer ?  »

Ceux qui, malgré tout, tiennent à emprunter les routes du Nord devraient à tout prix voyager de jour, par mesure de précaution (la majorité des attaques se produisent une fois la nuit tombée).

Sur la côte Ouest mexicaine, plusieurs compagnies de croisières ont suspendu leurs escales à Mazatlán à la suite de quelques incidents violents très médiatisés. Mais cette station balnéaire, qui accueille chaque année des dizaines de milliers de touristes en provenance du Canada anglais, reste malgré tout sécuritaire.

Idem pour Mexico. Considérée il y a encore quelques années comme une des villes les plus dangereuses d’Amérique, la capitale est depuis presque devenue (étonnamment) un havre de paix. Les autorités ont multiplié le nombre de patrouilles policières dans la mégalopole, en particulier dans les zones touristiques. On y dénombre aussi beaucoup moins de règlements de comptes entre narcotrafiquants que dans les États du Nord.

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie