Société

Le paradoxe du Made in China

Quand j’étais très jeune, il n’y avait rien de plus dérisoire, de plus fragile, de plus incertain qu’un produit Made in Japan. Une automobile ou même une radio fabriquée au Japon était la preuve que vous ne l’aviez pas payée cher et que la qualité était douteuse. Les temps ont changé. Rien n’est plus prisé, plus solide et plus réputé aujourd’hui qu’un produit japonais.

En sera-t-il ainsi avec les produits Made in China? Pour le moment, cela regarde mal. L’été 2007 a terni considérablement l’image de la Chine. Qui voudra acheter un jouet fabriqué en Chine, à moins d’haïr les enfants !!!? Cette sale réputation n’est pas seulement partagée par les Occidentaux. Un sondage publié dans le China Daily, le quotidien anglophone chinois, indiquait que 41 % des Chinois n’avaient pas confiance dans les produits alimentaires fabriqués dans leur propre pays !

Pourtant, on aurait tort de croire que la Chine n’est plus un joueur qui compte. Au même moment où tout le monde se dit que les Chinois ne sont même pas capables de peinturer convenablement des poupées Bardie, on apprend ce matin que la Chine est devenue le premier fournisseur étranger de Boeing. L’avionneur américain sous-traite actuellement des contrats totalisant 2,5 milliards de dollars avec des fournisseurs chinois.

Bref, les Chinois nous menacent dans ce que nous croyons être nos forces (industrie aéronautique) et ratent leur coup dans le domaine où nous avons déjà abdiqué depuis longtemps (production industrielle de masse). Étrange paradoxe.