Société

Le temps d’une paix

Le huard a franchi les 99 cents ce matin pour reculer par la suite. L’inflation est en baisse et le taux de chômage n’a jamais été si bas. Les taux d’intérêt devraient baisser à leur tour au Canada en septembre et la Bourse performe remarquablement bien. Pourtant, je reste prudent et je me méfie de toutes mes tentations euphoriques.Je l’ai écrit hier, les entreprises exportatrices font face à un défi colossal. Leurs produits sont maintenant aussi chers que ceux fabriqués aux États-Unis. Les prochains mois seront difficiles. Mais il y a pire.

Si le dollar canadien s’envole, c’est que le prix du pétrole s’enflamme et que l’économie américaine s’enlise. Qu’est-ce qui pourrait freiner la progression du prix du baril de pétrole ? Un ralentissement marqué de l’économie américaine. Une récession aux États-Unis freinera donc la progression du prix du pétrole et du dollar, en plus de limiter encore plus les importations en provenance du Canada.

Bref, si les États-Unis tombent en récession – et les augures vont de plus en plus dans ce sens – je ne pense pas que l’économie canadienne résistera longtemps. Le ralentissement pourrait être moindre et durer moins longtemps, mais comment peut-on être à l’abri quand les trois-quarts de nos exportations sont dirigées vers le marché américain ?

Vivons-nous une embellie précédant une jolie tempête ?