Société

L’arnaque (2)

Une fois n’est pas coutume, mais je ne suis pas d’accord avec ce que le chroniqueur Claude Picher de La Presse écrivait samedi à propos de la différence de prix entre les États-Unis et le Canada.Selon Picher, il ne peut y avoir d’équivalence de prix entre les deux pays même si le dollar canadien vaut maintenant autant que le billet vert. Il avance quatre arguments pour justifier l’écart : la productivité moindre au Canada, la taille du marché américain, la fiscalité différente et les coûts de transport.

Oui, il y a un écart important en ce qui concerne la productivité entre les deux pays. Cela ne justifie en rien pourquoi les Canadiens paient plus cher que les Américains une Honda Civic… fabriquée en Ontario ! Ou pourquoi nous payons davantage pour un iPod assemblé en Asie.

Oui, la taille d’un marché a un impact sur les prix et le marché américain est dix fois plus gros que le marché canadien. Mais ce n’est pas « le Canada » qui achète des biens de consommation en Chine, c’est Wal-Mart. Pourquoi les prix du plus grand détaillant au monde serait-il différent quand les devises valent la même chose ?

Oui, le Canada est un immense pays et transporter des marchandises coûte cher. Mais y a-t-il un endroit plus isolé, plus éloigné des grands centres que Bentonville en Arkansas (Wal-Mart) ? La distance entre San Diego et Boston doit être aussi grande que celle entre Fredericton et Yellowknife.

Oui, la taxation est plus élevée au Canada qu’aux États-Unis. On sous-estime néanmoins très souvent les taxes municipales aux États-Unis, qui sont souvent très élevées. De plus, les coûts d’établissement dans les grandes villes sont plus chers qu’au Canada.

Je ne dis pas que tous les prix doivent être équivalents au cent près. Je m’insurge néanmoins contre des écarts qui atteignent souvent plus de 20 %. Cela est inacceptable.