Carnet slovène (4): humeurs vénitiennes

Si la Slovénie a fait partie de l’Empire austro-hongrois, elle a également été, pendant près de cinq siècles, sous la domination de la République de Venise – du moins le long de la mer Adriatique. Aujourd’hui encore, on passe de l’ambiance alpine du nord-ouest du pays aux humeurs très italiennes du sud-ouest, en Istrie slovène, en quelques heures à peine.

 

Osek, petit village de la vallée de Vipava - G. Lawrence
Osek, petit village de la vallée de Vipava - G. Lawrence

 

Dans la région de Kobarid (Caporetto), théâtre d’un épisode sanglant de la Première guerre mondiale, l’architecture, la langue et les us et coutumes s’italianisent déjà un peu. Plus au sud, dans la vallée de Vipava, on se sent presque dans le Piémont, lorsqu’on s’arrête dans les villages pour goûter aux vins locaux.

 

Koper - G. Lawrence
Koper - G. Lawrence

 

Mais c’est surtout le long de la côte adriatique que l’influence italienne se fait véritablement sentir. À Koper (Capodistria), chef-lieu des Italiens slovènes et seul port de Slovénie, l’affichage est partout bilingue et la vieille ville fortifiée se fait très vénitienne, avec ses lions ailés de Saint-Marc, ses arches trilobés et son campanile.

 

Lion de Saint-Marc, Koper - G. Lawrence
Lion de Saint-Marc, Koper - G. Lawrence

 

L’influence vénitienne se fait encore plus sentir à Piran, sur la pointe la plus occidentale du pays. Voisine de Portoroz, la Saint-Tropez slovène, cette ravissante ville est un vrai dédale de ruelles et de passages voûtés tout droit sortis de Vénétie. Et quand on débouche sur la place Tartinijev, on n’est carrément plus en Slovénie.

 

Piran - G. Lawrence
Place Tartinijev, Piran - G. Lawrence

 

Droit en face de Piran, la baie du même nom a longtemps été l’objet d’un conflit entre la Croatie et la Slovénie, qui ne jouissait pas d’un accès direct aux eaux internationales en raison d’un litige sur les frontières maritimes. Mais cette crise a récemment connu un dénouement heureux. Et Piran, comme autrefois, peut de nouveau regarder librement vers la Cité des Doges, à 100 km droit en face.

Les commentaires sont fermés.

Le charme de la vielle pierre, un incontournable !!,
Derrière cette ambiance magique, chaude et rassurante que procure la vielle pierre, il faut y lire les techniques de clés de voûte, les méthodes de construction en « pierre sèche » ou en torchis…et puis il y a ce que l’on voit et ce qui est caché, l’épaisseur des mûrs, les charppentes, taillée à même l’arbre, sans pour autant qu’il y ai l’ombre d’un code de normalité ou de standardisation…tout l’art et le savoir faire des anciens perpétués aujourd’hui part les compagnons…
Les maisons en pierre recouvertent de crépis appartenaient aux grandes famille, souvent aisées.
L’homme construisait sa maison de pierre, c’était une épreuve longue et fastidieuse,la plupart du temps chaque génération y rajoutait une chambre, une grange,supplémentaire…
Au levé du jour sur la place Tartinijev, le temps d’un petit expresso sans sucre, les pierres vous murmurent leur histoire…

Profitez bien !

Les plus populaires