Commonwealth: le Sri Lanka critique la décision du Canada de boycotter le sommet

COLOMBO, Sri Lanka – Le Sri Lanka a critiqué, jeudi, la décision du premier ministre canadien Stephen Harper de boycotter le sommet du Commonwealth le mois prochain à cause du bilan des droits de la personne dans ce pays.

Un porte-parole du gouvernement sri-lankais, Keheliya Rambukwella, a déclaré que M. Harper menait un «combat solitaire» et qu’il n’avait pas réussi à persuader les autres membres du Commonwealth de boycotter le sommet, organisé par le Sri Lanka.

Stephen Harper a accusé le Sri Lanka de ne pas respecter les valeurs fondamentales du Commonwealth. Lundi, il a déclaré que le Canada était inquiet face aux allégations persistantes concernant l’intimidation et l’incarcération de leaders politiques et de journalistes, le harcèlement des minorités, les disparitions présumées et les allégations d’exécutions extrajudiciaires.

Le Canada est le pays d’accueil de la plus grande communauté expatriée de Tamouls, une minorité qui affirme être victime d’une discrimination généralisée au Sri Lanka.

M. Rambukwella a rejeté les critiques de Stephen Harper, affirmant que celui-ci avait «ses propres obligations politiques».

Le Commonwealth, qui regroupe les anciennes colonies britanniques et d’autres pays, compte 54 pays membres.

Les pays occidentaux pressent le Sri Lanka de justifier la disparition de milliers de civils, qui seraient morts dans les derniers mois de la longue guerre civile dans le pays ayant pris fin en 2009, quand le gouvernement a écrasé les rebelles tamouls qui se battaient pour l’autonomie de leur territoire d’origine.

Même si le Sri Lanka vit en paix depuis quatre ans, des groupes de défense des droits de la personne accusent le gouvernement de réprimer les dissidents et d’étouffer le système judiciaire.

L’Australie et le Royaume-Uni ont adopté une approche d’accompagnement du Sri Lanka plutôt que de vouloir l’isoler, et ont encouragé les autres pays à participer au sommet du Commonwealth le mois prochain.

Le premier ministre Harper a indiqué que le Canada examinerait sa contribution financière au Commonwealth. Il a affirmé que si le Commonwealth voulait rester pertinent, il devait défendre les principes fondamentaux de liberté et de respect de la dignité humaine.

Le Canada verse 20 millions $ annuellement à différentes initiatives du Commonwealth.

Les plus populaires