EXPOSITION / Si Dieux existent !

Sculpture de Garuda (hindouisme).  Bali, Indonésie, 1991. Collection du Musée canadiens des civilisations (Gatineau). Photo : Nicola-Frank Vachon.Dieu(x), modes d’emploi, Musée de la civilisation, à Québec, jusqu’au 11 sept. 2011 ; Musée canadien des civilisations, à Gatineau, du 2 déc. 2011 au 3 sept. 2012.

Sacré sujet. La religion est une matière dangereuse, explosive, engendrant son lot de fanatisme, de tensions, de guerres. L’exposition Dieu(x), modes d’emploi propose une approche anthropologique des religions, se tenant loin du prosélytisme, des dogmes, de la morale, de la remise en question. [Évidemment, choisir de ne pas explorer les aspects controversés de la religion n’arrêtera pas les crimes commis en son nom…] 

Représentation du Christ provenant de la culture tsimshian. Collection du Musée canadien des civilisations (Gatineau).
Représentation du Christ provenant de la culture tsimshian. Collection du Musée canadien des civilisations (Gatineau).

Sacré sujet. La religion est une matière dangereuse, explosive, engendrant son lot de fanatisme, de tensions, de guerres.  L’exposition Dieu(x), modes d’emploi propose une approche anthropologique des religions, se tenant loin du prosélytisme, des dogmes, de la morale, de la remise en question. [Évidemment, choisir de ne pas explorer les aspects controversés de la religion n’arrêtera pas les crimes commis en son nom…]

Michel Côté, directeur général du Musée de la civilisation, à Québec, précise : « La notion de spiritualité n’est pas abordée sous l’angle théologique, mais plutôt grâce à des témoignages et à des artéfacts significatifs des pratiques actuelles. » On y découvre les différentes manières dont les fidèles vivent leur foi au quotidien partout sur la planète. L’exposition défend la coexistence entre religions au sein d’une société laïque. « En offrant une meilleure connaissance du fait religieux, tenter de favoriser la tolérance et l’ouverture à l’autre, croyant ou non croyant. »

Photo : Christophe Boisvieux/Corbis
Photo : Christophe Boisvieux/Corbis

Il est question d’une vingtaine de religions : des plus répandues, tels le catholicisme et l’islam, totalisant à elles deux plus de quatre milliards de fidèles, jusqu’au zoroastrisme, dont je n’avais jamais entendu parler, qui rallie 200 000 croyants. Ce que l’on est ignorant tout de même, et si peu curieux de l’autre. Devant la photo d’un sikh faisant ses ablutions, en Inde, j’ai entendu ce commentaire de la bouche d’un Québécois joufflu : « Tu lui as vu l’accoutrement ? » Ai bien eu envie de lui retourner le compliment.

L’expo approfondit 11 thèmes, parmi lesquels les divinités, les gestes et lieux du culte, les passages de la naissance à la mort, les lieux de pèlerinage, l’au-delà. Témoins : objets d’art religieux ou du quotidien, installations, films, photos. Dans l’espace Voix, on peut écouter un mixage d’une quarantaine d’extraits musicaux : chanteurs coraniques, télévangélistes congolais, chœur orthodoxe russe, etc. Du meilleur effet sur l’intériorité.

Non fléché, le parcours, que l’on peut commencer par le portail que l’on veut, s’inscrit dans un (magnifique) design, où la forme circulaire est privilégiée, la symbolique du cercle renvoyant au monde spirituel.

Préparée, et inaugurée en 2006, par le Musée de l’Europe et de Tempora SA (Bruxelles), l’exposition est adaptée par le Musée de la civilisation (Québec) et le Musée canadien des civilisations (Gatineau), où Dieu(x) s’arrêtera après son séjour à Québec.

Sculpture de Garuda (hindouisme).  Bali, Indonésie, 1991. Collection du Musée canadiens des civilisations (Gatineau). Photo : Nicola-Frank Vachon.
Sculpture de Garuda (hindouisme). Bali, Indonésie, 1991. Collection du Musée canadiens des civilisations (Gatineau). Photo : Nicola-Frank Vachon.

Dieu(x), modes d’emploi, Musée de la civilisation, à Québec, jusqu’au 11 sept. 2011 (cette date n’est évidemment pas innocente), 418 643-2158 ; Musée canadien des civilisations, à Gatineau, du 2 déc. 2011 au 3 sept. 2012, 819 776-7000.

Les commentaires sont fermés.

À chaque année, je ne sais jamais si je suis totalement autorisée à dire « Merry Christmas » à voix haute. Les religions sont fort intéressant mais elles peuvent devenir aussi un sujet épineux; nous ne somme jamais complètement sûrs si nous allons offenser quelqu’un par nos propos ou nos idéologies. D’autant plus qu’avec les fêtes de Noël qui s’en viennent, j’ai l’impression que les personnes deviennent plus sensibles à leurs croyances pendant ce temps de festivité. Je pense qu’il en est ainsi car de nombreuses familles aiment leurs traditions même si, à mon avis, celles-ci deviennent de plus en plus difficiles à conserver . De nos jours, tout le monde fait ce qu’il veut. Les nouvelles générations sont moins attachées aux traditions. Au Canada, en particulier, j’ai la sensation que Noël est un évènement dont le sens est propre à chacun plutôt que d’être une célébration nationale. En Colombie, par exemple, l’endroit où je suis née, Noël à davantage une dimension communautaire et je crois que c’est parce que nous sommes un pays très religieux où la majorité des personnes partagent les mêmes croyances. Quant à moi, ayant grandi dans une communauté religieuse, j’ai l’impression d’être un peu fermée d’esprit mais après avoir vécu au Canada pendant quelques années j’ai appris à respecter les personnes et leurs croyances et surtout à ne pas les juger parce qu’ elles m’ont respectée aussi. Pour moi, le temps des fêtes est une bonne excuse pour se reposer, passer du bon temps avec ceux qui nous aiment et célébrer les traditions qui nous sont chères , qu’elles soient de nature religieuse ou non .

Les plus populaires