Frère et sœur sur la même longueur d’onde

White et White, Materia prima, bronze et aluminium, 2009

Jean-Guy et Céline White, frère et sœur issus d’une famille de sculpteurs sur bois, ont mené des carrières individuelles avant d’associer leurs forces il y a sept ans. Je ne connais pas leur travail en soliste, mais ce qu’ils réussissent en tandem éblouit les yeux-cœur-esprit. « Notre processus de création est guidé par une conscience aiguë de la beauté de la nature, mais également par la fragilité de ses écosystèmes. » Ainsi va le thème de l’expo intitulée Le son de l’eau, cette source de vie en péril (on le sait mieux depuis que Guy Laliberté en a fait son principal combat). Les White s’expriment dans des sculptures en bronze et en aluminium, qui figurent des hommes, des femmes, des enfants… et leur reflet dans l’eau. Là, on est soufflé, car les artistes sculptent les réfractions, et on y croit tellement qu’on y mettrait la main s’il n’était pas interdit de toucher aux œuvres d’art ! Sous le discours, beaucoup de poésie, de richesse expressive, d’émerveillement et de pensée. La douzaine de sculptures, qui imposent le silence et la réflexion, devraient s’ancrer dans vos mémoires.

Au même programme : Géologie humaine, un ensemble de montages  photographiques de Claude Dallaire, « évoquant notre attachement à la terre, aux cristaux, à la pierre, à l’humain ».

Claude Dallaire, De là s'écoule la vie, jet d'encre sur canevas, 2009

 

Le son de l’eau et Géologie humaine, Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, du 6 nov. 2011 au 8 janv. 2012, 450 536-3033.

 

Les plus populaires