La Chine, l’Inde, le Web et moi

Me voici de retour à L’actualité après quelques détours et aventures. Je très heureux de vous retrouver et de vous entendre à nouveau sur les sujets économiques du jour. C’est un vrai retour au bercail, car je retrouve les mêmes habits et ces quelque 400 textes écrits entre 2006 et 2009 que je croyais effacés pour de bon. Le bon dieu du Web s’est sans doute dit que ça pourrait peut-être resservir !

Par contre, je n’ai pas encore eu le temps de faire des signets et de mettre le tout à ma main. J’avoue aussi que cela fait tout drôle de vous dire bonjour alors que je vous dit « Au revoir» dans le texte qui suit…

confessioncover__988905cl-3Dix-huit mois, ce n’est rien, mais cela représente une éternité sur le Web. Il y a 18 mois, le iPad n’existait pas et les livres numériques constituaient encore une curiosité. Il devrait se vendre 21 millions de iPad en 2011 et pour 1 milliard de dollars de dollars de ebooks cette année. Forester prévoit des ventes de 3 milliards en 2015. John Grisham a vendu 70000 versions numériques de son dernier best-seller The Confession en une semaine, contre 160 000 copies papier. Ce qui faisait dire à l’auteur à succès que :

« le futur est arrivé et nous le regardons en face ».

La télévision reste le premier média de masse, mais on la consomme sur nos écrans d’ordinateurs, nos appareils mobiles, sur des terminaux comme Google TV ou Apple TV. Depuis 2008, Radio-Canada a lancé trois web radio, une application iPhone, rassemblé 70 000 « amis  sur Facebook, produit des web séries et 20 millions de vidéos ont été diffusées sur TOU.TV, indiquait mercredi à la Journée de l’informatique du Québec Geneviève Rossier, directrice générale  Internet et services numériques de la société d’État.

Quand j’ai commencé à bloguer en 2006, il n’y avait pas Twitter et Facebook pour faire connaître nos textes. Auparavant, le nombre de commentaires constituaient le premier indicateur de la pertinence d’un article. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus intéressé par le nombre de personnes qui disent « aimer » mon texte sur Facebook ou qui le relaient à tous leurs abonnés sur Twitter. Leur pouvoir multiplicateur est magique. Leur impact est aussi fulgurant. Savez-vous qu’il y a tout près de 3 millions de Québécois sur Facebook ? C’est Bruno Guilminetti qui faisait état de cette statistique hier à un panel de Réseau Capital auquel je participais.

TwitterIl y a 18 mois, je consultais un agrégateur de contenus comme Netvibes pour me mettre au courant des grands titres d’une cinquantaine de médias. Twitter me donne la même information, me permet de constater ce qui retient l’attention de mon réseau et sur quoi « la chicane a pogné ». C’est l’équivalent d’une agence de presse ET d’un gigantesque groupe de discussions en 140 caractères.

Le conseiller financier (et blogueur) Fabien Major est un assidu de Twitter : « C’est le réseau des super-influenceurs. On voit les nouvelles se construire sous nos yeux. On constate les préoccupations des gens, préoccupations qui deviennent autant d’occasions d’affaires ».

https://www.youtube.com/watch?v=Z4gt62uAasE&feature=related
Les réseaux sociaux ont eu leur première heure de gloire avec Lady Gaga ou Paris Hilton, mais ils font dorénavant partie de la stratégie de l’entreprises. 33 % des entreprises consultées en juin  lors d’une étude du consultant américain McKinsey (Building the Web 2.0 Enterprise) reconnaissaient que les réseaux sociaux avaient un impact sur leur organisation et que 24 % les utilisaient pour recruter.

On s’inquiétait il y a 18 mois de l’avenir de la presse écrite. La fin de la récession et la reprise du marché publicitaire lui a redonné un peu d’oxygène.  Le « futuriste » australien Ross Dawson prédit la fin des journaux imprimés d’ici 2020 au Canada. Les journaux, comme les autres autres médias, cherchent la pierre philosophale, cette alchimie particulière qui pourrait transformer n’importe quel métal en or. Ici, il faut transformer le contenu web en contenu monnayable et rentable.

Dernier exemple sur lequel les yeux sont tournés, le Times de Londres dont le site est dorénavant payant. Les résultats ne sont pas très concluants jusqu’à maintenant alors que seulement 0,5 % des 20 millions de lecteurs se seraient abonnés. Pourquoi payer pour le Times quand le Telegraph, The Independant et le Guardian, pour ne nommer que les journaux « sérieux », sont gratuits ? Bref, cette question n’est pas réglée. Les éditeurs comptent sur la tablette numérique pour en finir avec cette gratuité dont ils sont à l’origine et qui leur joue un vilain tour.

cenjeux-nov10Mais s’il faut retenir un chiffre, c’est celui-ci : le Web comptera pour 20 % de l’économie mondiale en 2030. (numéro courant du magazine du quotidien Les Échos) Cette même année, la Chine devrait être la première économie mondiale avec 23 % du PIB planétaire. L’Inde sera probablement la deuxième puissance économique et les pays émergents compteront pour 60 % du PIB mondial.

De quoi sera fait le futur ? De la Chine, de l’Inde… et du Web.

À la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Presque trois millions de Québécois sur Facebook… Le chiffre est proprement ahurissant et révèle à quel point le web fait désormais partie intégrante de nos vies. De fait, ce trois millions implique une énorme popularité auprès de couches d’âges que l’on n’associerait pas spontanément aux réseaux sociaux. Étonnant comment une nouvelle norme sociale peut se développer aussi rapidement.

La Chine et l’inde oui.

Nos dretteux clame malheureusement la puissance infinie des USA.

Produit national brut des USA = 13,820 milliards.

Produit national brut de la chine = 6,743 milliards.

Produit national brut des de l’Inde = 4,262 milliards.

« En 2010, la Chine est la 2e puissance économique mondiale derrière les États-Unis et devant le Japon »

« La Chine est aujourd’hui le premier exportateur mondial, avec un montant des exportations de $1435 milliards en 2008. L’essentiel de ce commerce se fait avec l’Union européenne (20,4%),—- les États-Unis (17,7%)—-, Hong Kong (13,4%) et le Japon (8,1%). Les points forts des exportations chinoises sont les tracteurs, les montres et les jouets (85 % du marché mondial), les appareils photographiques et les ordinateurs portables (55 % du marché), les téléviseurs et les machines à laver (30 %), 15 % pour l’acier23. »

« Entre 1980 et 2007, le PIB a été multiplié par 12,7 »

On prévoit en 2020 que la Chine sera la première puissance économique du monde et l’Inde la deuxième.

La Chine pourrait se passer des USA en commerce avec certaines difficultés, mais les USA non, absolument pas. Les Chinois peuvent se passer de Chevrolet en achetant ailleurs. Mais ce serait la faillite une deuxième fois de GM. Les USA achèteront où leur TV? Les Chinois produisent 55% des ordinateurs portables dans le monde. Ils les achèteront où les USA leurs ordis?

À moins d’un revirement radical, ce que ne se présente pas actuellement, c’est foutu pour les USA et les grands argentiers de la planète s’en foutent complètement.

Aille ils l’ont’y l’affaire les Chinois!