La tentation de fermer les portes

Cela relève du réflexe. Quand ça va mal, c’est d’abord la faute des autres. C’est la même chose en affaires (et en politique…).

Un patron qui sent la soupe chaude sera tenté d’accuser les gouvernements, les banques, les syndicats, les taux d’intérêts, les fournisseurs, les importations (toujours du dumping !) et même les clients avant d’admettre qu’il a aussi ses torts et qu’il doit faire mieux. Quand l’économie va mal, la liste des boucs émissaires s’allonge…

Regardez ce qui se passe aux États-Unis. L’économie américaine chancelle et la balance commerciale est lourdement déficitaire. Qui est le coupable ? La surconsommation et l’endettement des ménages ? Bien sûr que non. Le coupable désigné est le libre-échange.

Un sondage du Wall Street Journal ce matin révèle que 60 % des électeurs du Parti Républicain sont opposés au libre-échange parce qu’il nuirait à l’économie et tuerait des emplois. Les répondants veulent des mesures qui limitent les importations de marchandises provenant des autres pays. Ce chiffre est révélateur et catastrophique parce que le Parti Républicain, pour tous ses défauts, est celui qui est le plus favorable à la liberté des marchés.

Déjà les candidats démocrates aux élections de 2008 tapent constamment sur ce clou. Il se pourrait fort bien que les exportateurs canadiens se retrouvent dans un an avec des législateurs et un gouvernement américains déterminés à mettre des entraves au commerce. Imaginez la crise du bois d’œuvre à la puissance 10 !

Or, la tentation américaine de retourner au protectionnisme ne tient pas la route. La très grande majorité des emplois ne sont pas soumis à la concurrence internationale. Le déficit commercial de nos voisins est gigantesque, mais les importations ne représentent que 16,7% de leur économie. C’est-à-dire que les produits venant du Canada ou de la Chine, les principaux fournisseurs extérieurs de biens, comptent pour environ 2,2% de l’économie américaine.

Et ce serait nous les coupables!

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Le déficit est de 850 milliards je ne m’abuse, ca fait donc 2800$ par hab. Une petite famille de 4 qui gagne en moyenne 70,000$ importe donc 11,200$ de plus de l’étranger qu’elle n’exporte. Et ce, année après année!! Ajouter le déficit budgétaire de 300 milliards à Washington (c’est comme un trou de 30 milliards à Ottawa!!) et faut pas s’étonner que le USD soit en train de s’écrouler. Ce pays est dans le trou!

Dans la série ça va mal au Québec, on est donc pauvre et c’est la saute au PQ
http://www.statemaster.com/graph/eco_gdp_percap-product-current-dollars-per-capita

Le PIB du Québec est rendu à 284 milliards soit 37,300 usd per capita. Le pauvre Dubuc va être poigné pour refaire son palmarès de la misère parce qu’on est rendu à 28e rang américain, devant tous ces miséreux:

#28 North Dakota: $37,037.62 per capita
#29 Michigan: $36,830.47 per capita
#30 Ohio: $36,484.34 per capita
#31 Tennessee: $36,381.10 per capita
#32 Indiana: $36,235.97 per capita
#33 Kansas: $36,102.48 per capita
#34 Vermont: $35,493.14 per capita
#35 Oregon: $35,189.24 per capita
#36 Missouri: $35,033.99 per capita
#37 Arizona: $33,616.80 per capita
#38 Louisiana: $33,599.80 per capita
#39 Florida: $33,419.31 per capita
#40 Utah: $33,346.90 per capita
#41 Maine: $32,749.78 per capita
#42 Kentucky: $32,446.41 per capita
#43 South Carolina: $31,786.22 per capita
#44 New Mexico: $31,601.59 per capita
#45 Alabama: $30,394.87 per capita
#46 Idaho: $30,334.56 per capita
#47 Oklahoma: $30,225.34 per capita
#48 Montana: $29,605.52 per capita
#49 Arkansas: $28,805.89 per capita
#50 West Virginia: $27,395.68 per capita
#51 Mississippi: $26,087.88 per capita
#52 US Virgin Islands: $22,997.39 per capita
#53 Guam: $18,983.89 per capita
#54 Puerto Rico: $18,499.23 per capita
#55 Northern Mariana Islands: $11,199.32 per capita

Ce que les Américains ne sont pas capables de tolérer incapables de blairer est qu’on fasse une piasse avec eux.

Se faire un salaire raisonnable ça va pour eux, mais faire de l’argent sur leur dos est totalement inacceptable pour eux ne serai-ce que 3 piasses en plus du salaire.

La plus grande priorité de l’administration est la domination sur la planète, ce qu’ils sont en train de perdre. Pas surprenant qu’ils réagissent fortement.

Ce qu’on ne dit pas ici c’est combien moins d’argent, ils font avec les pays extérieurs, ce qui est peut-être plus important que le surplus des importations.

Stephen Harper avait bien raison:

« Aux États-Unis, on s’inquiète de l’idéologie du populisme, du nationalisme et du protectionnisme dans les Amériques, et des gouvernements qui la défendent.

Honnêtement, plus que partout ailleurs dans l’hémisphère, c’est aux États-Unis que ces forces peuvent causer le plus de torts réels. »