Le paradoxe du Made in China

Quand j’étais très jeune, il n’y avait rien de plus dérisoire, de plus fragile, de plus incertain qu’un produit Made in Japan. Une automobile ou même une radio fabriquée au Japon était la preuve que vous ne l’aviez pas payée cher et que la qualité était douteuse. Les temps ont changé. Rien n’est plus prisé, plus solide et plus réputé aujourd’hui qu’un produit japonais.

En sera-t-il ainsi avec les produits Made in China? Pour le moment, cela regarde mal. L’été 2007 a terni considérablement l’image de la Chine. Qui voudra acheter un jouet fabriqué en Chine, à moins d’haïr les enfants !!!? Cette sale réputation n’est pas seulement partagée par les Occidentaux. Un sondage publié dans le China Daily, le quotidien anglophone chinois, indiquait que 41 % des Chinois n’avaient pas confiance dans les produits alimentaires fabriqués dans leur propre pays !

Pourtant, on aurait tort de croire que la Chine n’est plus un joueur qui compte. Au même moment où tout le monde se dit que les Chinois ne sont même pas capables de peinturer convenablement des poupées Bardie, on apprend ce matin que la Chine est devenue le premier fournisseur étranger de Boeing. L’avionneur américain sous-traite actuellement des contrats totalisant 2,5 milliards de dollars avec des fournisseurs chinois.

Bref, les Chinois nous menacent dans ce que nous croyons être nos forces (industrie aéronautique) et ratent leur coup dans le domaine où nous avons déjà abdiqué depuis longtemps (production industrielle de masse). Étrange paradoxe.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

14 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Dans Le Devoir de ce matin on apprend que le Québec accorde 125 bourses à des Chinois pour venir étudier ici sous notre bras, pendant que la Chine n’accorde que 15 bourses à nos étudiants!!! Idem pour tout le reste.
Pendant que nous on est ouvert à tout vent, les Chinois eux veillent au grain

http://www.ledevoir.com/2007/09/07/155859.html

——-
Un p’tit mot sur Olymel. Depuis que la cie a coupé les salaires de 40%, une centaine d’employés ont foutu le camp. Qui les a remplacés? Des Latinos. Des Latinos qui ne parlent pas français et qui sont très heureux de travailler à moins 40%. Les travailleurs du coin eux voient évidemment les choses différemment et pestent contre les importés qui viennent voler leur gagne-pain jusque dans leur patelin!
A qui profite l’immigration au Québec? Aux boss (c’est eux qui gueulent le plus fort pour augmenter les taux d’immigration qui sont déjà parmi les plus élevés au monde)
Qui paie pour l’immigration? Les ti-travailleurs qui voient chaque jour débarquer des gens prêts à casser les salaires.

Bref, les Chinois réussissent où ils ont de la compétition et coupent les coins ronds là où ils n’en ont pas.

Pour ce qui est des étudiants chinois dans nos universités, ce sera toujours bénéfique pour les universités de se payer les meilleurs étudiants qui une fois leur diplôme en main retourneront partout dans le monde étendre la réputation de leur alma mater. Il faut comprendre qu’il y a une grande quantité d’étudiants chinois qui paient le gros prix pour venir étudier dans nos universités québécoises sous-financés. Ces établissements les accueillent à bras ouverts!

Malgré le fait que nous disions que les Japonais fabriquaient des bébelles, dès les années 50 ils fabriquaient déjà les premiers radios transistor au monde et ont eu un grand succès avec le premier radio miniature nommé Sony de bonne qualité. Le glas pour la fabrication d’appareils électronique en Amérique était désormais sonné.

Ce n’est pas différent pour la Chine. Il existe de nombreux produits d’excellente qualité fabriqués en Chine dont la quincaillerie et le meuble. Certains meubles sont d’une qualité telle, que la presque totalité des entreprises du Québec sont incapables d’en égaler qualité et ce à des prix dérisoires. Dans mon livre à moi, le meuble au Québec c’est fini, comme les bottines.

Mais il y a de tout en Chine, de la scrape aux aliments empoisonnés, a la meilleure qualité.

Les Chinois ratent leur coup? Ce n’est pas à moi qu’il faut dire ça. Mattel serait assez cave pour se faire pour se faire passer de la camelote pendant des années? C’est Mattel qui nous a fourré, et ne venez pas me dire qu’ils ne le savaient pas. Je crois qu’ils vont payer très cher pour avoir sous-estimé l’intelligence de leur clientèle.

J’ai lu un reportage où l’on donnait l’exemple d’une entreprise mafieuse de 10 000 employés, qui finalement est une ville fermée à tous les médiats qui fabrique par exemple des toutous pour les enfants bourrés avec des pansements d’hôpitaux souillés de sang.

Mais la population de L’Amérique a sa part de responsabilité. Pour sauver 2 ou 3 sous, nous achetons des conserves provenant de la Chine au risque d’y trouver du DDT, tout en faisant crever nos agriculteurs et nos entreprises qui elles sont soumises a des normes extrêmement sévères, pendant qu’il n’y en a même pas en Chine.

Bref, mous encourageons les entreprises chinoises qui font une concurrence déloyale aux nôtres, pendant que nous abandonnons ceux et celles qui ont tout risqué pour nous procurer du travail.

Le Japon a ébranlé l’économie Américaine. Mais la chine c’est 16 fois plus gros!

@Frédérick Gosselin
Je pense que tu as très mal compris. Les Chinois ne paient pas le gros prix pour venir étudier au Québec. Ils viennent étudier sur le bras des contribuables québécois qui leur allongent 125 grosses bourses! En retour, les Chinois renvoient l’ascenseur pour seulement 15 Québécois.

Idem pour le commerce. Ils nous innondent de produits alors que nous on leur vend à peine quelques avions.

Quant au prestige, ça fait 40 ans qu’on forme des Africains dans nos universités et notre commerce sur l’Afrique n’a jamais levé!

Nos médias ont fait grand état des jouets contaminés au plomb fabriqués en Chine. Les alter-protectionnistes ont sauté sur l’occasion pour nous parler du péril jaune et des dangers que nous courons à acheter des produits chinois… Après tout en Amérique, jamais nous n’avons eu besoin de rappeler des produits dangereux… comme des voitures…

Mais dans cette histoire, les médias n’ont pas dit toute la vérité…

Mattel a du rappeler 18.6 millions de jouets. De ce nombre, seulement 2.3% étaient contaminés au plomb. Le reste, 97.7%, a fait l’objet d’un rappel à cause d’un défaut de conception: de petites pièces pouvaient se détacher des jouets et être avalées par des enfants. Une fois avalées, ces pièces pouvaient causer des lésions fatales. Ce défaut de conception, potentiellement mortel, n’avait absolument rien à voir avec les manufactures chinoises.

Mais les médias ont mis l’accent sur le 2.3% et ils ont ignoré le 97.7%.

Les chinois étaient tellement plus cool quand ils étaient pauvres et qu’on pouvait en acheter un pour 25¢…

Tout comme l’a fait le Japon, la Chine va améliorer la qualité là où ça compte le plus. Pour la camelote que personne ne réussit à fabriquer à meilleur coût, c’est aux pays acheteurs à surveiller la qualité et à refuser la «scrappe».
La Chine va nous supplanter tous d’ici 25 ans !

La Chine est soumise aux règles du marché et le marché va la pousser à produire des produits qui sont toujours de meilleur qualité.

En passant il est normal que l’on donne des bourses à des étudiants étrangers. C’est un moyen d’attirer ici les meilleurs et on le fait parce que c’est rentable. D’ailleurs tous les gouvernement le font. C’est l’inverse qui serait inquiétant.

@jacques noel

Ne renvoyez par vos incompréhensions vers moi.

Comprenez que 125 bourses par années ce n’est rien à côté de de la quantité phénoménale d’étudiants chinois dans nos établissements. En se payant les meilleurs étudiants, nos universités en font des ambassadeurs et améliorent leur réputation internationale. C’est ensuite que les étudiants payants affluent.

Il faut savoir que pour étudier à McGill par exemple, un étudiant étranger paie environ 15000$ par année comparativement à 1800$ pour un Québécois. Cette source de revenu n’est pas négligeable; toujours à McGill, 20% des étudiants viennent d’en dehors du pays. Ce qui attire ces étudiants chez-nous, c’est une réputation internationales.

Les 125 bourses sont en fait un tout petit investissement de marketing!

Quant au commerce avec la Chine, sachez que SNC-Lavalin fait des affaires d’or en Chine et que toutes l’industrie minière marche à pleine vapeur pour satisfaire aux demandes de l’empire du milieu. Pour d’autres exemples voir:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie-Affaires/2007/09/03/001-mission-chine.shtml

Pensez-vous toujours que j’ai très mal compris?!?!

-amicalement,
Frédérick

Frederick Gosselin

Le Québec a signé tellement d’ententes avec l’étranger que les deux-tiers des étudiants étrangers paient….comme les Québecois: 1900$ par année!

Saviez-vous qu’à l’Université Laval on accueille cette année plus de 1000 étudiants français qui ne paient que 1900$ par année alors que les étudiants acadiens et ontariens qui viennent à Laval doivent payer trois fois ça!

Lavallin fait affaire dans le monde entier. Ca n’a rien à voir avec les étudiants étrangers.

Avec nos taxes, nous aidons les chinois à apprendre nos meilleures technologies, nous aidons nos grandes entreprises à s’installer en Chine pour procurer du travail aux chinois.

Pendant ce temps, la chine démolit nos PME et commence à écraser notre agriculture et il en sera de même pour les entreprises de haute technologie.

Faut-il s’attendre au retour de l’ascenseur? Je n’y crois pas, la Chine gardera son fric et emplois pour elle.

Le jour où nous ne serons plus déficitaire avec la Chine et que les emplois continueront à entrer ainsi que les premiers dollars en retour sur l’investissement, alors là seulement je comprendrai et ce jour, il est très loin et ne viendra peut être jamais.

Plus il y aura de Chinois qui viendront étudier ici, plus il y aura de Chinois à des hauts postes qui connaîtront le Québec, plus les Québécois pourront faire des affaires avec la Chine et plus nous nous enrichieront.

@ jacques noel:

Quand des ententes font en sorte qu’un étudiant étranger paie la même chose qu’un québécois, c’est parce que son gouvernement accepte de payer la balance…

P.S.: Je connais beaucoup d’étudiants étrangers qui sont venu étudier ici et qui sont resté ici une fois leur diplôme obtenu. Que désirer de plus !

Si la Chine est trop bête pour attirer chez-elle des canadiens, il faut s’en réjouir car nous on se prive pas pour attirer des chinois dans nos universités.

Monsieur Noel,

Sachez que l’entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement français est une entente bilatérale. Les Québécois qui vont étudier en France ne paient pas de frais de scolarité puisqu’il n’y a pas de frais de scolarité en France.

Sachez aussi que la France est le deuxième pays d’où proviennent les immigrants du Québec(après l’Algérie). Je connais personnellement plusieurs Français venus faire leurs études au Québec qui se sont ensuite installés de façon permanente chez nous. On parle de gens formées dans nos institutions, à notre façon, donc d’immigrants qui s’intègrent très bien dans notre société.

Si vous voulez parler du fait que le Québec est la seule province au Canada qui charge des frais de scolarité supérieurs aux étudiants des autres provinces, on entre dans un tout autre débat.

Pour ce qui est de SNC-Lavalin, je ne faisais que répondre à votre assertion selon laquelle « on leur [les Chinois] vend à peine quelques avions ».

Monsieur Noel,

Vous n’avez pas penser que si seulement 15 étudiants québecois étudient en Chine c’est peut-être qu’il n’y a que 15 personnes qui ont fait une demande pour étudier en Chine?

Les 100 employés d’Olymel qui ont quitté, c’est parce qu’ils ont probablement trouvés de meilleurs emplois ailleurs. On se retrouve donc avec 100 personnes qui occupe un emploi plus payant qu’un abatoir, tandis que 100 nouveaux habitant du Québec ont trouvés un emploi. Je ne vois que du positif dans cette nouvelle.