Le World Press Photo 2010: le meilleur et le pire du monde

À chaque année, je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire dubitatif en voyant débarquer l’exposition du World Press Photo… au Musée Juste pour Rire de Montréal. Non pas que j’aie une dent contre l’endroit, bien au contraire; seulement voilà, l’essentiel des clichés qui figurent dans cette remarquable exposition de photos n’a généralement rien de drôle.

Crédit: Adam Ferguson/World Press Photo
Crédit: Adam Ferguson/World Press Photo

Des exemples de la cuvée 2010? Une bombe au phosphore explose dans les Territoires palestiniens, une femme prend les jambes à son cou après un attentat à la voiture piégée en Afghanistan, une autre hurle sa rage à Téhéran, un Somalien est enterré jusqu’aux hanches avant d’être lapidé…

On l’aura compris, cette exposition nous fait généralement voyager à travers le monde… en nous montrant ses travers. Organisme à but non lucratif fondé en 1955, le World Press Photo vise à promouvoir le photojournalisme partout sur la planète, en plus de rendre la photo de presse accessible au grand public. Pour y arriver, cette fondation néerlandaise organise des séminaires, des ateliers et, surtout, l’un des concours de photojournalisme les plus courus du globe.

Cela dit, tout n’est pas que sombre, dans cette remarquable succession de photos prises de main de maître : on peut y voir d’excellents portraits, des clichés d’action et de nature, et même quelques images qui prêtent à s’esclaffer, comme George W. Bush attendant nerveusement Obama pour lui remettre les clefs de la Maison blanche, ou ce GI photographié en caleçons « I love New York » parce qu’il n’a pas eu le temps d’enfiler son pantalon, lors d’une attaque surprise matinale.

Crédit: David Guttenfelder/World Press Photo
Crédit: David Guttenfelder/World Press Photo

Quoi qu’il en soit, toutes ces photos sont percutantes à divers degrés, et toutes valent la peine d’être vues. Rien là de plus normal, puisqu’elles sont sélectionnées parmi des dizaines de milliers d’envois. En fait, cette année, un nombre record de 101 960 photos ont été soumises par 5847 photographes provenant de 128 pays. Et c’est la crème de la crème de ces images du monde – qu’on peut voir ici – qui est présentée à Montréal du 3 septembre au 3 octobre, avant de déménager à la Pulperie de Chicoutimi, dès le 4 novembre.

À Montréal, trois expositions thématiques sont également présentées, parallèlement : Haïti à Vif; les meilleures pages couverture des 50 dernières années du magazine Châtelaine; et les meilleurs clichés des photographes de The Gazette.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie