Les pesticides de nouveau mis en cause dans le déclin des abeilles

MONTRÉAL – Même une exposition à des niveaux infimes de pesticides peut avoir un impact négatif sur une colonie d’abeilles et provoquer sa disparition, affirment des chercheurs anglais.

Les scientifiques de l’université Royal Holloway ont déterminé que les abeilles exposées à des pesticides de la classe des néonicotinoïdes, si elles n’en meurent pas, commencent ensuite à se comporter étrangement.

Le fait qu’elles n’accomplissent plus correctement leurs tâches stresse toute la colonie, au point de pouvoir entraîner son effondrement, a dit l’auteurs principal de l’étude, le docteur John Bryden.

Il a ajouté que la destruction de l’habitat et la maladie peuvent également jouer un rôle dans la disparition des colonies d’abeilles. L’exposition aux pesticides est potentiellement la goutte qui fait déborder le vase, a-t-il expliqué.

La clé du succès des abeilles est leur esprit de collaboration, a dit le co-auteur Vincent Jansen. Toute interférence avec ce mécanisme peut donc entraîner la disparition d’une colonie.

Le déclin des populations d’abeilles à travers la planète mystifie plusieurs scientifiques. D’autres préviennent de conséquences catastrophiques pour la chaîne alimentaire, puisqu’environ le tiers de l’alimentation humaine dépendrait des abeilles.

Les scientifiques espèrent que leur étude permettra d’améliorer les essais de pesticides, l’évaluation de leur impact sur les abeilles et les méthodes de gestion des pesticides.

Les plus populaires