Les petits papiers d’Arlette Vermeiren-Zucoli

Papiers recyclés pour une exposition poétique à la Maison de la culture Frontenac.

Ce n’est pas pour me vanter (si, tout de même un peu), mais je possède une œuvre d’Arlette Vermeiren-Zucoli, qui égaie une fenêtre de la maison. Fait à la main à partir de papiers d’emballage d’agrumes filés et noués les uns aux autres, Défi 2010 (c’est son titre) se révèle au bout du compte un rideau unique, un tableau poétique, une pièce fantaisiste, qui anime la fenêtre et la rend presque vivante au gré des transparences. Quand la lumière du jour s’infiltre dans les béances de l’œuvre, je ne vous dis pas les effets que ça fait sur les murs et les gens. Suractive et verbomotrice, l’artiste peut vous raconter jusqu’à pas d’heure l’histoire du fil, du lin, voire du bouton. Directrice à la recherche textile d’art contemporain au Centre de la tapisserie, des arts du tissu et des arts muraux de la Communauté française de Belgique, la Bruxelloise propose depuis quelques jours, et pour la première fois à Montréal, un choix d’œuvres, toutes réalisées à partir de matières récupérées : papiers de melons ou d’oranges, emballages de biscuits et de bonbons, fragments de papiers de soie, etc. Aussi à voir : des colliers et une spectaculaire veste-boléro qu’elle a imaginée pour le défilé 2010-2011 du créateur haute couture Maurizio Galante. Intitulé Les couleurs de la vie, le « vêtement » – présenté sous vitrine et sans les plumes, signées d’un autre créateur, qui, d’ailleurs, en réduisaient la magie – montre jusqu’à quelle hauteur va la créativité de l’artiste.

Qu’un assortiment de petits papiers recyclés et assemblés donne des œuvres d’une telle force esthétique et métaphorique tient du miracle. L’exposition a le grand mérite de ne pas étouffer le visiteur sous un trop-plein. Admirablement éclairées et mises en espace, les installations papier d’Arlette Vermeiren-Zucoli sont un ravissement que les scénographes et metteurs en scène de théâtre et d’opéra, entre autres, devraient s’empresser de goûter.

Éclectisme, Maison de la culture Frontenac, à Montréal, jusqu’au 27 août, 514 872-7882.

Les plus populaires