Les tribus non contactées, derniers peuples libres de l’humanité

Un fascinant documentaire de la BBC, diffusé dans le cadre de l’émission Human Planet, dévoile l’existence d’une tribu de la jungle amazonienne brésilienne qui n’aurait jamais eu de contact avec le reste du monde.

Crédit: Miranda Gleilson/Survival
Crédit:Gleilson Miranda/Survival

En fait, cette tribu originaire du Pérou et qui a fui la déforestation, est connue depuis longtemps par José Carlos Meirelles, le directeur de la FUNAI (Fundação Nacional do Índio, le département brésilien des affaires indiennes), qui avait jusqu’ici préféré ne pas parler publiquement de leur existence, pour préserver leur mode de vie.

Mais la menace que représentent aujourd’hui les bûcherons illégaux, de même que l’attitude du gouvernement péruvien, qui a toujours nié l’existence de cette tribu, l’ont incité à changer d’idée, comme on peut le constater dans le surprenant extrait vidéo qui apparaît ci-bas. « Si ce sont des bûcherons ou des prospecteurs illégaux qui les trouvent, ils ne leur tireront pas le portrait, ils leur tireront dessus », de dire le directeur de la FUNAI.

https://www.youtube.com/watch?v=5lWVVFHzuLE

Pour ne pas indûment troubler la quiétude de cette tribu, les caméramen de la BBC l’ont filmée de très loin (1000 mètres) grâce à des téléobjectifs munis de stabilisateurs. Sur les images, on aperçoit distinctement plusieurs adultes au corps couvert de teinture rouge, des enfants, des provisions de manioc, des huttes rudimentaires…

De par le monde, une centaine de tribus non contactées vivrait en marge du monde moderne, refusant d’adhérer aux modes de vie contemporains. Celle que l’on considère comme la plus isolée, la tribu des Sentinele, dans les îles Andaman (Inde), a été remarquée lors du tsunami de 2004: ses membres étaient les seuls être humains à refuser l’aide qu’on leur proposait. Cette tribu farouche vivrait dans ces îles depuis près de 60 000 ans, et on pense qu’elle descendrait des premières populations humaines à avoir quitté l’Afrique.

Comme dans Avatar ou La Forêt d’émeraude, toutes ces tribus sont constamment menacées par les activités de « l’homme moderne », que celui-ci représente les intérêts des industries minière, pétrolière, forestière, agricole ou autre, ou qu’il leur transmette des virus qui peuvent leur être fatals. Fort souvent, ces tribus ont fui face à ces menaces et n’ont trouvé refuge qu’au fin fond de la jungle… jusqu’à ce qu’elles soient rattrapées par la civilisation.

Depuis une quarantaine d’années, l’organisme à but non lucratf Survival s’est donné pour mission de protéger ces tribus et de porter leur existence à la connaissance du monde. Parce que comme le dit José Carlos Meirelles: « Il est important de laisser ces tribus évoluer comme bon leur semble : elles nous rappellent qu’on peut encore vivre différemment, de nos jours. Ce sont les derniers hommes libres de la planète. »

Pour visionner la splendide bande-annonce de la série Human Planet, cliquez sur la vidéo ci-bas.

https://www.youtube.com/watch?v=2HiUMlOz4UQ

Trouvé sur Twitter via Dominic Arpin.

Les commentaires sont fermés.

Selon la théorie de l’évolution de Darwin, seuls les plus forts survivent, et méritent de se reproduire.

Cette civilisation isolée n’a de toute évidence pas dépassée le stade des chasseurs-cueilleurs.

Malgré toutes les précautions, il est évident qu’un jour au l’autre, ils devront faire face au choc des civilisations. En fait, cela est déjà commencé: Ils sont bien conscients qu’il se passe de drôles de choses dans leur ciel.

Heureusement, ils ne connaissent probablement pas Darwin, et ne savent donc pas ce qui leur pend au bout du nez.

La nouvelle de la découverte de cette « tribu non contactée » circule depuis 2008 sur le web et continue de fasciner les observateurs « modernes et civilisés » du monde entier.

Ce mythe des « tribus jamais contactées », toujours empreint d’un romantisme naïf frisant le racisme, mérite qu’on y prête attention. L’organisme Survival International a une mission noble, mais les moyens employés pour sensibiliser sont simplificateurs et conduisent souvent à des généralisations douteuses sur les notions de civilisation, d’évolution, de primitivisme, etc.

Pour approfondir la question, je conseille à l’auteur de cet article ainsi qu’à ses lecteurs de lire ces deux textes écrits par des anthropologues (en anglais):
The Double Standard of the Uncontacted Tribes Circus
http://www.antropologi.info/blog/anthropology/2008/the_double_standards_of_the_uncontacted_
« Uncontacted Indians !? » Contact an anthropologist
http://culturematters.wordpress.com/2008/05/30/uncontacted-indians-contact-an-anthropologist/

Pour conclure, j’aimerais souligner que l’histoire de notre planète regorge d’exemples de chocs culturels désastreux, d’extermination de peuples, d’ethnocides, d’expropriations et d’abus envers les peuples autochtones. Pourquoi donner le film Avatar en exemple alors que tant d’exemples concrets et proches de nous existent ?

Les plus populaires