Melbourne, l’autre grande australienne

Petit à petit, Melbourne est en train de sortir de la zone d’ombre dans laquelle Sydney la tient, depuis les Jeux Olympiques de 2000.

b1
Enseigne d’un salon de coiffure, dans le quartier St. Kilda - G. Lawrence

Elle-même ancienne ville olympique (1956), deuxième agglomération urbaine au pays, Melbourne est aussi la capitale architecturale d’Australie. Au 18e s., du temps de la Ruée vers l’or, elle s’est tant parée d’immeubles ravissants qu’on l’a surnommée « Melbourne la magnifique ».

Le Manchester Unity Building, chef-d’œuvre Art déco - G. Lawrence

Si elle compte quelques chefs-d’œuvre Art déco et de nombreuses terrace houses aux dentelles de fer, elle rappelle aussi le vieux Londres, par endroits. Au cours de la dernière décennie, elle a connu un boum immobilier qui a engendré de vastes projets, dont l’immeuble résidentiel le plus élevé de l’hémisphère Sud et le nouveau quartier NewQuay, sur le front de mer.

Immeuble résidentiel dans le quartier NewQuay - G. Lawrence

Pas aussi excentrique que sa rivale Sydney, Melbourne cultive surtout un léger laisser-aller doublé d’un certain souci du chic. Elle accuse enfin un sérieux penchant pour la culture et l’art de vivre et elle a, chose méconnue, plusieurs atomes crochus avec Montréal.