1er juillet: Pourquoi la fête est-elle si triste ?

Pour tout étranger établi au Québec, l’étonnement est annuel. La Fête nationale du Québec, le 24 juin, est un événement majeur.

La Fête du Canada, le premier juillet, est largement ignorée. Comment a-t-on pu en arriver à cette situation, impensable dans toute nation normalement constituée (je pèse mes mots) ?

C’est qu’il y a un vice de conception.

Le premier juillet 1867, date de fondation du pays, fut un jour chômé et les autorités organisèrent plusieurs manifestations (voir ici)*.  Le haut clergé était très favorable à la confédération, se sachant maître des compétences léguées à la nouvelle province, notamment l’éducation, outil de son autoperpétuation.

Les Québécois, alors appelés Canayens — les autres étaient Les Anglais — se sentaient évidemment concernés. Dans l’intense débat du moment, les leaders du projet, dont le conservateur George-Étienne Cartier, avaient même promis de tenir un référendum sur le sujet. Mais ayant testé la méthode au Nouveau-Brunswick, et s’étant fait dire non, ils ont renoncé à tenir parole.

Des élections ont eu lieu d’août à septembre 1867, faisant office d’élection référendaire. Le Parti rouge — dont le PLQ est le lointain héritier — s’opposait à la confédération, préférant que le Québec reste une province autonome dans l’empire britannique — une souveraineté-partenariat avant la lettre.

Cette élection fut une des plus divertissantes de l’histoire politique. D’abord, ce qui était normal à l’époque, le vote n’était pas secret: les électeurs signaient leur nom dans un grand livre ouvert. Seuls les hommes de plus de 21 ans détenant une richesse minimale avaient le droit de vote, ce qui réduisait l’électorat à une fraction du nombre d’adultes.

Ensuite, le clergé a annoncé que voter pour le Parti rouge serait un « péché mortel », qui conduirait, pour l’éternité, aux flammes de l’enfer. Les prédécesseurs de Mgr Ouellet ont averti que les prêtres refuseraient même de donner l’absolution aux fautifs, assurant ainsi leur damnation. (L’historien Marcel Bellavance a montré qu’effectivement, moitié moins d’absolutions furent consenties aux Pâques suivantes qu’aux précédentes.) Par mesure préventive, des curés refusaient aussi l’absolution, en confession, aux ouailles qui avouaient lire les journaux de l’opposition.

Résultat : 40% des électeurs ne se sont pas présentés, refusant de commettre ce péché, réduisant d’autant le bassin électoral. D’autres techniques furent mises en œuvre :

L’escamotage : Pour être candidat, il fallait être présent, au jour et à l’heure dits, pour un « appel nominal » des candidatures. Pourquoi ne pas kidnapper le candidat adverse –on disait escamoter — le temps de la procédure ? Cela est arrivé dans trois comtés, au profit des conservateurs.

L’achat : Ailleurs, le candidat conservateur, parfois avec l’assistance du curé, proposait au candidat libéral une somme d’argent ou une nomination (les nominations devaient être approuvées par le clergé). En échange, le libéral retirait sa candidature au moment de l’appel nominal, ce qui avait pour effet de faire élire sur-le-champ le conservateur. Ce fut le cas dans deux comtés.

Le défranchisage : Les officiers chargés de l’appel nominal, souvent conservateurs, avaient le pouvoir de «défranchiser» une paroisse, c’est-à-dire d’y annuler l’élection, sous divers prétextes. Les quartiers libéraux du comté de L’Islet -la moitié des électeurs- furent ainsi «défranchisés», comme trois paroisses libérales de Kamouraska, donnant dans les deux cas une courte victoire aux conservateurs.

Dans cette élection, la plus frauduleuse de l’histoire du Québec, même au regard des standards de l’époque, 45 % des électeurs (donc une majorité de francophones, car les anglos votaient conservateur) ont quand même bravé les interdits pour voter contre la fédération. L’adhésion du Québec au Canada a donc été décidée par moins de 10 % des adultes, moins de 20 % des hommes adultes. Les Canayens de l’époque savaient et les historiens d’aujourd’hui savent, que s’il s’était agi d’un vote libre, l’électorat aurait très majoritairement refusé l’entrée au Canada.

Ces faits sont évidemment perdus dans la mémoire collective. Mais ils aident à comprendre pourquoi la date du premier juillet 1867 n’a jamais constitué, pour les francophones du Québec, un moment fort. Voilà pourquoi on ne s’est pas transmis, de génération en génération, le goût de célébrer… une fraude.

Et encore…

Certains accusent les « séparatistes » d’avoir voulu nuire au Canada en faisant du premier juillet, la date légale de la fin des baux, plutôt que le premier mai comme c’était le cas auparavant. En fait, le changement fut décidé par le ministre libéral de la justice, Jérôme Choquette, grand pourfendeur de séparatiste en 1971. La raison : ne pas perturber l’année scolaire des enfants affectés dans les déménagements.

***

*J’ai modifié cette phrase suite à l’information fournie par l’alertinternaute Guillaume Leduc.

* Ce billet a d’abord été publié le 30 juin 2010

Les commentaires sont fermés.

Grand merci pour cette information.

«Je me souviens» prend davantage de poids historique…

Rions un peu voulez-vous?

En fait si c’était si plate jusqu’à pésent le 1er juillet c’est parce qu’on ne savait pas encore.

On ne savait pas qu’il y avait la concrétisation de l’alliance devenue sacrée entre les canadiens français, les Btitanniques et les amérindiens.

on ne savait pas que ça s’était scellé en 1812 probablement avec la bénédction du calotin du temps, ancêtre de Mgr Ouellette, à Lacolle dans la bataille qui n’a pas eu lieue.

Le maire du village et le chef historien du patelin l’ont raconté ce midi à radio Canada. Et depuis ce qu’on est fier d’être canadian, on se peut pu tellement c’est excitant.

Maintenant que l’on sait on va fêter. Après tout ne vivons-nous pas en Absurdistan?!

Félicitations pour cet excellent texte. Vous expliquez très bien comment dès le début de la « confédération », les Canadiens français et les Québécois se sont fait flouer. Pour ceux que cela rend trop tristes, je les invite à allez voir la capsule vidéo du MQF. Ils retrouveront le sourire et auront le goût d’accueillir chaleureusement MM. Harper et Charest à Québec le 2 juillet! http://www.youtube.com/watch?v=Y9YDPDZPYIA

Vous auriez pu ajouter qu’il y a eu six mandements des évêques incitant à voter pour le parti conservateur. Chaque mandement était lu à toutes les messes, tout comme les lettres des évêques, et était imprimé dans tous les journaux. Des coups de tonnerre répétés sans aucune comparaison avec les tweets ou les pub d’aujourd’hui! Des élections subséquentes ont été annulées à cause de l’intervention de l’Église qui, reconnaissons-le, forçait les catholiques davantage dans les comtés rouges que dans ceux acquis aux bleus. Le Canada n’a aucune légitimité de 1867, si de 1982!

Deux particularités nous séparaient des Anglais, notre religion catholique et le français qui la protégeait contre le protestantisme anglais qui nous aurait précipités directement dans les enfers de Satan si nous avions succombé à cette religion.

Maintenant, la religion catholique, la grande majorité des Québécois francophones, s’en sacrent carrément. Fait que, la langue française continue de protéger notre culture et la langue anglaise nous permet d’avancer mieux économiquement et autrement, en Québécois francophones bilingues.

Comme les véritables séparatistes québécois, à tort ou à raison, sont très minoritaires « c’est la raison qui retarde le prochain référendum », nous sommes enlignés pour demeurer dans le Canada jusqu’à la fin des temps qui devrait arriver avec le réchauffement de la terre…éventuellement.

En attendant cette évènement, fêtons le Canada et/ou le Québec, selon notre goût, sans trop nous pomper le Québécois avec les vieilles chicanes canadiennes ou, si nous ne pouvons pas endurer la situation, retournons donc vivre en France, pays d’origine de nos ancêtres ou en Afrique, où le français est rapporté comme LA langue croissante de ce continent vaste avec température plus clémente, sauf dans leurs déserts…bien entendu. Un autre problème de réglé.

Monsieur Lisée, j’ai vu votre prestation sur YT en compagnie de madame Véronique Hivon. Qu’attendez-vous pour nous annoncer votre candidature dans Outremont. Nous avons besoin de personnes de votre qualité au pouvoir.

Je n’apprécie pas que vous confondiez les termes
1) «Confédération» («Union de plusieurs États qui s’associent tout en conservant leur souveraineté»), et
2) «Fédération» («Union de plusieurs États en un seul État fédéral). (*)

(*) Cf. Le Petit Robert

Aussi, vous écrivez que: «l’électorat aurait très majoritairement refusé l’entrée au Canada.». Ça porte à confusion, car «Canada» était à l’origine le premier nom du Québec. (**) Nos ancêtres vivaient déjà «en Canada» en 1867..!

(**) En 1763, les conquérants anglais ont rebaptisé le Canada ainsi: «Province of Quebec»…

De plus, ce nom («Canada») n’est pas tout ce que les Anglais nous ont volé, car ils nous aussi chipé le «Ô Canada» (écrit pour la St-Jean-Baptiste en 1880), la feuille d’érable (emblème des Patriotes), le nom («Canadiens») que nos ancêtres s’étaient donné pour se distinguer des Français, etc…

Soit dit en passant, avant que les Anglos s’approprient notre nom, «Canadien» ainsi que «Canayen» signifiaient à l’origine «francophone et catholique».

p.c q’il s’agit justement d’une triste célébration.

En grande marorité, les gens remarquent très bien le désengagement du gouv fédéral envers Québec. Et on sent aussi bien l’évitement de la discussion entre Québec et Ottawa. Sans oublier les autres provinces qui ont atteint leurs limites face aux « récriminations » (comme ils qualifient nos demandes. C’est presque à se demander si on ne devrait pas le faire, ce référendum avant qu’ils ne décident de nous simplement nous botter hors du Canada.

Triste, effectivement. Comme si ce pays s’était maintenu par la malhonnêteté, le mensonge et la mémoire courte. Ça aura profité à une clique, évidemment.

Une preuve de plus que si l’on veut savoir d’où on vient et, pour mieux voir où l’on s’en va, il nous faut absolument connaître l’histoire.

Ben oui, autre époque, autres moeurs. Les choses ont changé, et vite, au Canada. Moins vite parfois au Québec : n’est-ce pas votre province qui fut la dernière à accorder le droit de vote des femmes aux élections provinciales? Vous devriez une de ces Saint-Jean Baptiste publier certains textes des nationalistes québécois qui s’opposaient au droit de vote des femmes au Québec. Les trouveriez-vous réjouissants ?

Merci pour cette page d’histoire .Elle ressemble étrangement à celle de 95 où d’autres moyens détournés ont été pris pour fausser la démocratie.
C’est pas grave on se reprendra et puisque selon votre autre billet les « Canadians » ne sont plus intéressés à la cohabitation. On se dit que ça devrait être plus facile.

Cependant en regard des 50 milliards qu’ils nous suçent annuellement , je ne suis pas certain qu’ils nous laisseraient partir sans à nouveau prendre tous les moyens pour nous retenir.

Pourquoi, les québécois ne savent pas ces choses là…pourquoi ne pas dévoiler, en faire une publicité, afin que de montrer comment on s’est fait avoir et que c’est encore le cas (1980-1995 Référendum)aujourd’hui.?….peut-être arriverions-nous à conscientiser notre peuple, l’aider à se lever debout et à ne croire qu’en eux plutôt qu’aux mensonges de l’élite, du clergé et des anglais.???

l’étendue du territoire. S’il est vrai que les québécois se sentent plus québécois que canandien, il est aussi vrai que les gaspésien se sentent plus gaspésien que québécois et les Montréalais plus Montréalais que québécois. Alors l’étendu du territoire dilue le sentiment d’appropriation. Les sentiments d’affiliation sont comme pour la famille. Loin des yeux loin du coeur. C’est pourquoi quand on a la chance de possàder un aussi grand territoire il faut le visiter, se l,approprier, le reconnaitre. Développer la conscience de l,espace et du monde pour ne pas tomber dans l,esprit de clocher et finir par croire qu’on a avantage a s’isoler quand au contraire il faut s’ouvrir sur le monde et cultiver les échanges autant culturels qu’économiques qui sont avantageux pour notre stabilité tout en protégeant le marché intrafrontalier pour assurer notre accès aux nombreuses ressources qu’on a nous offrir la vaste territoire canadien le deuxième plus grand pays au monde. Certainement le plus démocratique et le plus riche tant en ressources naturelles qu’en diversité culturelles. Avec la fonte des glaciers en l’artic deviendra probablement le plus grand et plus meilleur pays au monde.

Il n’y a rien à fêter le 1 er juillet pour un Québécois. Comment peut-on fêter alors que nous n’avons même pas signer la nouvelle constitution ? On ne fait même plus parti de ce pays… Bien hâte que le Québec soit indépendant !

Je suis d’avis qu’on devrait s’investir davantage pour rendre cette fête plus grandiose et en faire un véhicule de promotion de notre attachement à ce beau pays qu’est le Canada.

Nous sommes bien tanné d’être mal perçu à travers la planète à cause de cette minorité de braillard séparatistes qui n’ont d’ambition que l’expression » Maître chez-nous » et malheureusement ne sont pas représenté par la classe la plus vaillante de notre société.

Le parti québécois intensifie ses alliances syndicales et par défaut, la corruption, depuis des lunes. Les deux secteurs les plus touchés sont les plus important pour une société, soit ; l’éducation et la santé.

Afin de mieux endormir le peuple, les péquiste préfèrent faire diversion avec la souveraineté, plutôt que de nous rappeler qu’ils n’ont jamais rien fait d’intelligent avec notre impôt à l’égard de l’éducation et la santé. Des secteurs sur-syndicalisés et corrompu à l’extrême.

Pendant ce temps, ils essaient de nous faire rêver à un pays qui ne se reproduit plus, là ou l’immigrant vient sauver les forces du nombre, là ou le suicide atteint des niveaux record, et là ou les autochtones propriétaires de nombreuses terres, n’ont pas encore réglé leurs traités ! Sans parler de cette population vieillissante qui arrive à la croisée des chemins de l’insuffisance monétaire.

Amis séparatistes, commencez donc par la maîtriser cette belle culture avant d’en réclamer sa protection, soyez-en fier et ouvrez-vous sur le monde qui vous entoure. Cessez de vous voir comme des inférieurs aux voisins anglophones et réalisez que nous sommes complémentaire dans le partenariat. Ce n’est pas dans la discorde qu’on peut avancer mais bien dans l’union des différences.

Bonne fête dans la joie de ce merveilleux pays, le Canada !

Ces données sont fortes. Si tout cela est vrai, il y a matière pour une sérieuse réflexion.
De toute manière, la question importante pour aujourd’hui est celle-ci: qu’est-ce que je décide pour aujourd’hui? Jusqu’où suis-je prêt à m’investir pour un réel changement? (pour ne pas toujours rester dans la « victimite ».

Le 1er juillet ne signifie rien pour moi à part que ce soit un jour férié. Rien de plus.

Jamais je me suis senti interpellé par les célébrations organisées par les fédéralistes. En fait étant donné que quand je vais à Ottawa, à Toronto où ailleurs au Canada, je me sens aussi étranger que quand je vais à Boston, à Cuba ou au Mexique, le premier juillet n’a pas plus de signification que 4th of july par exemple.

Donc le premier juillet n’est pas plus triste qu’un autre jour, le 2 juillet par exemple.

«L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.»
[Gandhi]

Mon abonnement annuel obligé au Rocanada me coûte 50% de mon trésor public, 50% de mes impôts et taxes versés à Ottawa servant à défrayer les services publics d’un pays étranger rendus à sa nation refusant de me libérer de son emprise politique, et qui plus est, ne m’aime pas, ne me trouve pas sympathique et qui ne me retourne même pas 100% de ma dîme annuelle sous forme de services publics, transferts et péréquation; cette pratique n’est rien de moins qu’une forme déguisée d’extorsion de fonds à mon endroit, l’institutionnalisation d’une fraude protégée par la constitution d’une nation étrangère imposée à mon peuple.

Tout ce dont je ne peux accepter de cette situation toute normale est le fait de ne pas être aimé de mon pimp. Suis-je atteint du syndrome de Stockholm ? Vite un psy !!!

Je me reconnaie pas dans ce pays et le Canada ne represente pas mes valeurs. Pour moi mon pays c’est le Quebec,quand je vais a l’exterieur du canada et qu’on me demande de quel Pays je viens; je repond le Quebec et sa fais sourire beaucoups de gens 🙂 Surtout quand je vais en France les francais adore ma reponce et tous me dise qu’ils sont avec nous.

Moi, une ètrangëre immigréee, je trouve triste la fête de la St. Jean, une fête politique qui divise les personnes. au contraire, je trouve très joyeuse la FÊTE DU CANADA, qui unifie sous UN SEUL drapeau.

M.J-F Lisée….. parce que …
ton Christ est Juif.ta voiture est Japonaise .ta pizza est italienne .ton riz est chinois .ta démocracie est grecque .ta montre est suisse .ta chemise est indienne .ta radio est coréenne . tes vacances sont américaine .tes chiffres sont arabes .ton écriture est latine .et tu reproche à ton prochain d’être étranger…..
c’est peut-être pour ça …

Étymologiquement, la province est le pays vaincu (pro vincere) par les empereurs romains, puis sous l’ancien régime les provinces sont des circonscriptions militaires et fiscales.- Source: Wikipedia, définition de « province ». Assez évocateur et qui concorde assez bien avec votre texte.

C’est bien de se souvenir mais ça serait encore mieux de s’assurer que ces informations fassent partie du bagage de connaissances transmises de manière institutionnelle et générationnelles. Je me targue d’avoir une bonne connaissance de mon héritage historique, au point d’avoir écrit sur certains domaines qui lui sont pertinents mais j’ignorais tout de ce pan de notre histoire… Je suis donc un ignorant que vous avez informé!

Les gens de Terre-Neuve se rappellent de leur entrée cahotique dans la fédération et fondent nombre de leurs actions sur ce souvenir. C’est vrai que 1949, c’est plus près de nous que 1867 mais, tout de même…

Et encore…

Mon cher Lisée, vous avez encore vendu la mèche. Laissez donc nos chers fédéralistes s’empêtrer dans leur ignorance.

C’est bien simple, à la fête du Québec tout le monde se saoule, à celle du Canada tout le monde est sobre.

Cette fête devrait être festive. J’ai lu des commentaires qui me donne de l’espoir. Je ne suis pas seul à croire en ce Canada. Merci à tous ceux qui osent parler haut et fort.

Pourquoi vivre dans le passé quand on a un avenir. Si tout les pays devaient tenir compte des vieilles querelles du passé, ce serait le KO dans le monde. Une guerre sans fin.

C’est beau d’écrire je me souviens. En fait je trouve ça totalement con. On aurait pu inscrire fière de nos racines ou autre chose de positif. Car oui on a des racines différentes et c’est bien d’en être fière. Ça fait plus universel et même les immigrants peuvent s’identifier à cette phrase.

Nos ancêtres ont contribué à construire ce pays et il est nôtre. C’est à nous de s’ouvrir à nos voisins et à le découvrir. L’histoire c’est bien beau mais elle ne doit pas nous empêcher d’avancer. Laissons le passé où il est et apprécions ce que nous avons maintenant.

Je fête le Canada car j’en suis fière. Vive le Canada. Je donnerais ma vie pour ce pays. Pour ceux qui dirons que le Canada ne nous ressemble pas, je répondrai que c’est à nous de travailler avec les reste du Canada. Il nous ressemblera d’avantage. Il serait temps de revenir sur terre et d’arrêter de cracher sur nos voisins. On a tout intérêt à apprendre les uns des autres. La vie c’est pas je me moi.

Aujourd’hui je fête mon pays. Je suis un Canadien du Canada. Un pays d’avenir ou il fait bon vivre.

Fêter le Canada?
Mais quelle question!
Pour moi, c’est quelque chose d’absolument impensable. Après tout ce que les anglais on fait par le passé (et pas seulement dans l’histoire du Québec), c’est le peuple dont l’histoire me dégoûte le plus, elle est « sale » et entachée de mensonges, de lâcheté et de sang, ce serait comme cracher sur la mémoire de mes ancêtres qui se sont battus pour leurs droits et pour notre Québec. Je ne vois pas du tout ce qu’il y a à fêter. Évidemment, à l’école, la véritable histoire du Québec n’est pas enseignée, tous les passages les plus noirs et les plus importants sont étrangement « oubliés »… Mais bon, semblerait-il que la désinformation soit rendue chose courante au Québec…
Bref, bravo pour cet article, il en faudrait d’avantage comme celui-là!

Monsieur Lisée, vous réécrivez l’histoire, comme le font les médias du Canada-anglais.

Dire que le Canada a été fondé en 1867 est aussi aberrant que de dire que la France a été fondée en 1958 par l’arrivée de la constitution de la Vème république.

Le Canada préconfédéral existait bien pourtant.

Pourquoi l’occulter ?

Pourquoi ne pas rappeler que le 30 juin 1867, sous le régime constitutionnel du Canada-Uni, le Bas-Canada comptait 65 députés sur 130 et que le lendemain, il en comptait 65 sur 181 et que maintenant, le Québec détient 24% des sièges ?

Pourquoi ne pas parler des luttes menées dans le Haut et le Bas-Canada sous le régime constitutionnel de l’Acte constitutionnel de 1791 ?

Le Cadada existait grâce aux peuples aborigènes bien avant sa découverte par les Européens et Jacques Cartier en 1534.

Alors, faire remonter l’histoire du Canada à 1867, c’est bien court; c’est comme si la France faisait disparaître de son histoire Charles Martel, Charlemagne, Louis XIV ou Edouard Daladier parce qu’ils ne sont pas des enfants de la Vème république.

Quant au changement constitutionnel de 1867 il y a une rare unanimité chez les historiens à l’effet que s’il avait été soumis à référendum, il aurait été rejeté.

Les plus curieux pourront à ce sujet consulter l’un des plus magistral discours étoffé prononcé en Chambre par le député de Lac Saint-Jean, Jacques Brassard, lors du débat sur la question référendaire de 1980.

Comme nous avons changé de constitution sans consultation populaire, nous pourrions bien en changer encore par une élection référendaire plutôt que par un référendum qui accorde de facto un droit de veto à une minorité.

Je suis Française et me suis tjs demandée pourquoi le 1er juillet était fêté justement, car il y a des célébrations partout même si elles ne sont pas courues comme le 24… pk continuer à le garder fériée et continuer à dépenser du $$ pour ça??

Triste la fête du Canada?

Au contraire. Le Premier Juillet est notre Fête Nationale et qui plus est, c’est le 140e anniversaire de notre pays, le beau et grand Canada.

Vous auriez dû être à Ottawa et admirer nos Québécois sur scène.

Par contre, le 24 juin n’est qu’une fête régionale soulignée par les fêtards et les ivrognes du Québec qui continuent toujours à sortir leur chiffon bleu et de l’étendre « su l’hood » pour quelques heures et ensuite le remiser loin dans les ténèbres de leur conscience.

De plus en plus de Québécois ne se sentent plus concernés par notre pseudo-fête nationale du 24 juin qui n’est en fait qu’un gros party de séparatistes fait à NOS frais.

D’ailleurs, quelqu’un peut nous dire ici ce qui s’est passé de si important dans l’histoire du Québec un 24 juin pour justifier en faire notre fête nationale?

Selon moi, RIEN!

Pour être conséquents avec nous-mêmes, ne devrions-nous pas plutôt déménager notre fête nationale le 21 janvier, jour où notre Premier Ministre de l’époque, Maurice Le Noblet Duplessis nous a fait adopter notre drapeau provincial (non les séparatistes, ce n’est PAS René Lévesque!) comme emblême où la croix catholique et la fleur de lys de la monarchie française sont bien en évidence?

Ailleurs qu’ au Québec, la fête Nationale est très populaire. Hier soir à Ottawa les festivités ont attiré beaucoup de monde. Seulement, au Québec, les séparatistes n’ en veulent pas du Canada, normal alors qu’ ils ne le fête pas !

Quand on a quelque chose (un pays, une existence, de la substance), nul besoin de faire du fracas pour célébrer l’anniversaire de sa naissance, qui n’est, après tout, qu’un incident astronomique. Célèbre-t-on la naissance de Moise? Non, car il y a plus de substance à célébrer ailleurs dans ce personnage.

Les anniversaires de naissance, c’est surtout pour les enfants, et ça fait surtout plaisir aux enfants ou à ceux qui en ont l’immaturité et la naiveté. C’est très correct de les célébrer, mais il n’y a rien de bizarre à les célébrer sans son et lumière.

Plus on aura de « fête nationale » provinciale, de « parcs nationaux » provinciaux, de « capitale nationale » provinciale, de routes « nationales » provinciales, moins la population québécoise ressentira le besoin d’avoir un pays. Plus on jouit des apparences, moins on ressent le besoin de la substance.

Bravo M. Lisée… parfois je me demande si vous n’êtes pas un agent double à la solde du fédéral. Votre prochaine étape sera-t-elle une équipe de soccer « nationale » et une équipe de hockey « nationale » pour le Québec, un peu comme ont fait les britanniques envers les Ecossais depuis belle lurette? Allez-y, foncez! La main invisible vous guide…

Les Québécois et les Canadiens (le reste des Canadiens), moi je les considère comme des Colocs. Ils partagent un espace commun et essaient l’un et l’autre de ne pas empiéter sur l’intimité et les choix de l’autre…dans la mesure du possible. Pas toujours évident tout de même. Il arrive que l’un ou l’autre veuille un peu plus d’espace, plus de liberté, ait des désirs de gérer cet espace selon sa sensibilité, ses croyances. L’autre peut acquiescer et trouver un terrain d’entente de façon à continuer de cohabiter comme il peut hésiter, tergiverser, voire s’opposer..etc. Si on regarde l’histoire, du Canada et du Québec, des trente dernières années, en revisitant les péripéties autour du rapatriement puis de l’adoption (sans le Québec) de la constitution canadienne, des accords du lac Meech et de Charlottetown, ça ressemble pas mal à des conciliabules de deux Colocs que bien de choses distinguent et qui essaient de s’arranger pour continuer de vivre ensemble.

Comme notre devise « je me souviens » apparaît de plus en plus comme une antiphrase, il est bon de rappeler régulièrement ces faits irréfutables.

Pour tout étranger établi au Québec, l’étonnement est annuel. La Fête nationale du Québec, le 24 juin, est un événement majeur.
_________________
C’est le mot nationale qui sème la confusion et le gouvernement du québec et les villes mettent le paquet pour faire le party. À force d’abuser du mot national les immigrants sont devenus tout mélangé et pensent que le québec est un genre de semi-pays alors ils m’embarqueront jamais dans vos lubies séparatistes. L’important, est que, dans les faits, le québec soit une province comme les autres. Vous aurez beau inscrire partout le mot nationale vous n’y changerez rien. Vous nuisez à la cause que vous prétendez promouvoir. Vous êtes un allié objectif de Jean Chrétien, Trudeau etc

@ Claude Cournoyer $19

« Je suis d’avis qu’on devrait s’investir davantage pour rendre cette fête plus grandiose et en faire un véhicule de promotion de notre attachement à ce beau pays qu’est le Canada. »

Très peu de Québécois en veulent de votre fantasme. Vous devez vous sentir isolé avec toutes les faussetés que vous nous écrivez.

« Nous sommes bien tanné d’être mal perçu à travers la planète à cause de cette minorité de braillard séparatistes qui n’ont d’ambition que l’expression ” Maître chez-nous ” …»

Faux : Nous sommes très bien perçus dans le monde.

Si vous n’aimez pas être maître chez-vous, laissez faire les autres.

Faux : Aux USA les Québécois ont tous la réputation d’être vaillant.

« … qu’ils n’ont jamais rien fait d’intelligent avec notre impôt à l’égard de l’éducation et la santé. Des secteurs sur-syndicalisés et corrompu à l’extrême. »

Voilà tous le respect que vous avez pour le personnel enseignant et le personnel infirmier et les travailleurs des hôpitaux : vous les traitez de corrompus à l’extrême.

Vous traitez une grande partie de vos concitoyens, plus de 40%, de braillards. C’est de la projection que vous faites.
++++++++

« Amis séparatistes, commencez donc par la maîtriser cette belle culture… »

Les séparatistes comme d’autres Québécois sont parmi les meilleurs au monde dans les tests pour l’écriture et la compréhension de la langue. De plus ils sont très ouverts sur le monde, autant sur les langues qu’en géographie et en politiques. Surtout les séparatistes.

De plus de la façon dont vous les traitez, les séparatistes ne sont pas vos amis.

Votre petite propagande fédéraliste d’antan basée sur la peur s’adresse à ceux qui sont moins instruits, surtout des fédéralistes que vous bernez avec votre propagande.

Voilà tout le respect que vous avez pour votre peuple.

En fait, selon le dernier sondage Léger des 6 et 7 mai, c’est plutôt 52% des Québécois (francophones donc) qui veulent l’indépendance. C’est quand on ajoute les canado-montréalais (anglophone donc) que le pourcentage baisse à 41%. Cela veut dire que nos commentateurs médias mentent quand ils affirment que les québécois ne veulent pas entendre parler d’indépendance.

Effectivement, j’avais raison. Nous sommes maintenant le 2 juillet et la journée s’annonce semblable à celle d’hier. Pas de différence …

Et joyeux 2 juillet à tous et à toutes !

P.S. @ Claude Cournoyer # 19 : je ne vois vraiment ce qu’il y a de mauvais à être «maître chez nous». Pourriez-vous nous l’expliquer M. Cournoyer ?

@ ruth levesque #26

« ta voiture est Japonaise .ta pizza est italienne …ta montre est suisse .ta chemise est indienne … tes vacances sont américaine .tes chiffres sont arabes .ton écriture est latine…

.et tu reproche à ton prochain d’être étranger…..
c’est peut-être pour ça … »

Si vous parles de mes voisins Canadians et des Américains, ce n’est pas un reproche, mais un FAIT. Ils sont des étrangers.

Quand je mange une pizza italienne dans un restaurant itallien à Atlanta, je suis un étranger pour eux et ils le sont tous pour moi.

Comment puis-je leur en faire le reproche?
+++++++++++++++++++

Les propagandistes fédéralistes ont toujours de ces idées boiteuses et illogiques pour essayer de nous convaincre du bienfait du Canada.

@ ruth levesque # 26

Voici l’original de votre phrase ainsi que son auteur:

«Ton christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, ton écriture est latine, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes et… tu reproches à ton voisin d’être étranger !»

[Julos Beaucarne]

«Les citations sont les béquilles des écrivains infirmes.»
[Paul Morand]

@ Loraine King @ 13

Vous devriez également relire les propos de votre premier ministre Harper au sujet de l’enfant-soldat canadien emprisonné à la prison de Guantanamo depuis plus de 10 ans.

Les trouvez-vous réjouissants ?

«Les masques à la longue collent à la peau. L’hypocrisie finit par être de bonne foi.»
[Edmond et Jules de Goncourt]

La fête du Canada est très bien , car les Canadiens fêtent en famille et sont fiers de notre Premier Ministre Stephen Harper qui sait comment rassembler les gens .
De plus cette fête n’est pas colorée par la boisson , mais avec beaucoup de respect, soyons fiers et bienvenus à tous ceux qui veulent respecter les régles de notre pays.

La fête du Canada est celle où tous les Canadiens sont fiers de notre Leader Premier Ministre Stepehen Harper , lui qui sait rassembler tous les canadiesn et à les valeurs de la famille.
de plus bienvenue à tous ceux qui veulent respecter les règles de notre pays . Soyons fiers d’avoir un si beau pays que celui du Canada.

Les pays qui sont nés sans cataclysme, comme le Canada, l’Angleterre ou la Suède, n’ont nullement besoin de « journées nationales » ou de célébrations abracadabrantes.

Quand est la journée nationale des Anglais? Il n’y en a pas.
Quand est la journée nationale des Suédois? On n’en entend jamais parler. C’est une fête mineure à peine célébrée, le « flag day ».

La journée nationale des Canadiens? Même chose que pour les Anglais ou les Suédois.

La confédération, ce n’est quand même pas la révolution américaine, la révolution française, la révolution russe, ou la renaissance d’Israel.

« Comment a-t-on pu en arriver à cette situation, impensable dans toute nation normalement constituée (je pèse mes mots) ? », demande M. Lisée.

Si la question de M. Lisée est intelligente, il faut alors conclure que l’Angleterre et la Suède ne sont pas des nations « normalement constituée ».

Comme la Suède et l’Angleterre sont des nations très normalement constituée, tout comme le Canada d’ailleurs, il faut’ donc conclure que la question de M. Lisée est exceptionnellement sotte.

C’est ce qui arrive quand on s’enferme dans le carcan de militant: on en vient à perdre tout esprit critique et tout contact avec le réel.

Pauvre Georgette,le sinistre Harper est peut-être fier des familles canadiennes mais se fout éperdument des familles afghanes et palestiniennes. Et même des familles québécoises. La fête nationale du Québec est colorée par un patriotisme très sain, de gens qui savent se tenir debout.

Les haïssables haïssant le Québec s’en donnent à coeur joie sur ce blogue. Ils font une fois de plus la démonstration de leur nationalisme canadian né du seul fait de leur volonté de se distinguer des armoricains dans le concert des nations. PATHÉTIQUE !!!

@honorable

Quel vacuité dans votre réflexion !

Comme ça, Israël est né dans un cataclysme onusien !

Dites merci !

@ François 1 #38
«D’ailleurs, quelqu’un peut nous dire ici ce qui s’est passé de si important dans l’histoire du Québec un 24 juin pour justifier en faire notre fête nationale?

Selon moi, RIEN!»

On pourrait aussi dire : D’ailleurs, quelqu’un peut nous dire ici ce qui s’est passé de si important dans l’histoire du Canada en 1812 pour justifier en faire partie à notre fête nationale ?

Selon moi, RIEN!

Et à nos frais. Triste histoire en effet.

@ Honorable

Dans le Royaume-Uni, chaque constituante a sa propre fête nationale soulignée selon leur histoire et leurs traditions. Par exemple. l’Angleterre souligne allègrement la St-George Day.

Quant à la Suède, leur fête nationale (6 juin) n’a pas l’ampleur de celle que le Suédois ont l’habitude de fêter depuis très longtemps : la St-Jean, le 24 juin. Tiens donc ! Mais ça ressemble au Québec.

Bref Honorable vous auriez intérêt à vous informez un peu plus avant de dire n’importe quoi.

Je ne fête pas la St-Jean, car pour moi cet évènement a toujours représenté une fête de soulons. Je ne fête pas plus la fête du Canada, car je n’ai tout simplement pas la fibre patriotique très développée.
Je n’ai rien contre le Canada, c’est mieux que d’être absorbé par les États-Unis, mais à cause des agissement du gouvernement actuel, j’avoue qu’hier, pour la première fois, j’ai senti que « Bonne Fête Canada » sonnait creux, très creux. Et cela me fait très peur.

@Honorable.

La fête natinale de la suède commémore l’accession au Trône de Gustav Vasa, le 6 juin 1523, ce qui mit fin à la domination danoise en Suède nous apprends Wikipédia.

Il est donc faux comme vous le prétendez, que la Suède n’a pas connu de moment charnière ou déterminant ayant donné vie à une fête nationale.

Je présume que lejour où nous obtiendrons notre indépendance (en fait le jour ou nous la prendrons) deviendra sans doute le jour de notre fête nationale.

En attendant le 24 juin est depuis des siècles une fête patrimoniale. ce fut celle de la Saint Jean-Baptiste pour le temps ou les calotins ont dominé notre vie sociale. Mais c’était et c’est encore la fête de la lumière au solstice d’été depuis des centaines voire des milliers d’années dans les pays latins et nous appartenons à cette part de la civilisation.

Mais en ce qui a trait à vous Honorable, je pense bien que vous faites partie de ceux qui comme le disait Falardeau vont trop loin, tout simplement parce que vous, vous n’allez nulle part.

Nous sommes les gaulois de langue française en Amérique.. et pour ce fait, avec les premiers ministres au Canada méprisants la francophonie qu’on nous imposent.. pas surprenant que tout bon québécois dans l’âme et dans le coeur n’ai pas envie de fêter cette farce qu’est la confédération cana tienne à nos yeux. Je trouve d’un ridicule qu’on s’acharne à nous maintenir dans cet ensemble canayen qui ne nous ressemble nulle part.

Toujours surpris de voir comment les fédéralistes québécois peuvent détester leur propre peuple. Ça lève le cœur.

Y a rien de tristounet là-dedans, faux débat d’une prémisse en Lisée. Kanata est le nom de ce pays et ce pays à une histoire que pour ceux qui en discernent d’en connaître de façon intelligente ce qu’était le Kanata au-delà des 125 ans dernières années, enrichissez-vous pour la suite des choses.

La conquête, les massacres c’est ce qui est inscrit dans nos mémoires génétiques, nos gènes, et fêter la conquête est pour les moins absurdes d’une souvenance trash et provocante.

Autres culturalisme et autres choses, moi mon terroir est incrusté dans une Amérique que vous convoité d’ailleurs bien évidemment, dites-vous bien que ce pays fut bâti par un peuple débrouillard et d’ingénieux laissé pour conte par une monarchie colonisatrice, si vous êtes ici aujourd’hui c’est grâce à cette prémisse d’espoir que nous avons su faire par le savoir-faire en technologie, et ce, pour votre suite de choses.

Avis aux contradicteurs: j’ai vécu 3 ans de « fêtes nationales » et de « Saint-Jean » en Suède. La « Saint-Jean » (midsommar) est beaucoup plus fêtée que la « fête nationale », EXACTEMENT comme ici.

A la « fête nationale », il ne se passe habituellement rien, sauf à Stockholm. Au midsommar, il se passe des choses dans toutes les villes et villages.

Les Suédois ont la maturité de ne pas nommer « fête nationale » midsommar!

@ Cincibole (# 61):

Le 24 juin le solstice d’été une fête « nationale »???

Ça veut rien dire et RIEN d’important n’est arrivé dans NOTRE histoire pour justifier que le 24 juin est notre « fête nationale ». RIEN!

C’était la Saint-Jean Baptiste, fête religieuse que les péquistes se sont empressés de faire diaparaître (anti-cléricalisme primaire oblige!) au profit de Dollard-des-Ormeaux qu’ils ont ensuite rechangé quelques années plus tard pour la « fête nationale » du Québec lorsqu’ils se sont aperçus que le Dollar en question avait quelques squelettes dans son placard.

Je persiste à affirmer que notre VRAIE « fête nationale » devrait être rechangée pour le 21 JANVIER, jour où notre Premier Ministre de l’époque, Maurice Le Noblet Duplessis, nous a donné notre emblême national et j’ai nommé le drapeau du Québec avec sa croix blanche, symbole religieux du catholicisme, accompagné des 4 fleurs de lys, symbole de la monarchie française.

Mais c’est encore plus triste aujourd’hui car on nous as volé le référendum et nous n’avons jamais signé lors du raptriement de la constitution et on nous impose le monarchisme ostentatoire et la guerre de 1812 comme référence au salut de notre langue. Tout cela me fatigue et me désole grandement.

Une question à poser aux fédéralistes québécois:
Pourquoi préfèrent-ils le Canada à leur province.

Si vous posiez la même question aux Terre-neuviens

ou Albertains ; réponderaient-ils dans le même sens.?

Je suis persuadé que ces derniers optent pour leur
province en tout premier lieu.

Alors fédéralistes du Québec, expliquez-moi donc
pourquoi êtes-vous différents des autres canadiens

Une petite cloche sonne dans votre attitude et votre jugement.

bonjour, j ai trouvé la manière de rendre le 1er juillet beaucoup moins triste: il faut considérer ce jour comme une 2e fête de la St-Jean Baptiste et faire en sorte que nous pratiquons pour quand la souveraineté ou l indépendance sera…ainsi personne ne s ennuierait parce qu il n y aurait pas de congé ce jour là mais bien profiter en 2 fois de ces jours de fête qui sont à la fois patriotique et bien de chez nous!!! Habillons-nous de blanc et bleu, par exemple et fêtons bien pacifiquement ce jour de ocngé qui pourrait être celui de la séparation d avec le canada.

@ François 1 # 66

Ça ne serait pas une mauvaise que vous alliez vous geler sur les plaines par un belle soirée du 21 janvier. Vous seriez beau à voir.

@ honorable # 65

Évidemment vous mélangez tout et ne comprenez rien. Mais ça c’est votre choix.

Qu’on le veuille ou non, les canadiens des origines du Québec à l’époque de la Nouvelle-France, se sont donné comme saint patron saint Jean Baptiste dont on célébrait la fête le 24 juin.

Il y a donc toute une histoire à la fois religieuse et païenne dans le 24 juin. Même les druides celtiques pourraient en revendiquer une certaine paternité.

Or, dans la majorité des cas, la date des fêtes nationales est donnée par décrets gouvernementaux, pas nécessairement par la présence d’évènements.

Qu’il est dont agréable de lire tous ces textes paniqués de tous ces fédéralistes qui n’ont d’autres choses à promouvoir et à offrir que le statu quo, car ils savent très bien que pour le RduC, le cas du Québec est réglé…

«it’s take it or leave it» (ils nous l’ont signifié le 23 juin 1990)

Pour ma part la réponse est clair et limpide, je préfère quitter que de rester dans ces conditions que les québécois refusent depuis 30 ans déjà (17 avril 1982).

Peut-être que la fossoyeur de l’Accord du Lac Meech Mme Coyne et le parti Libéral du Canada seront encore capable de faire avaler encore une fois la pilule aux québécois???

La fête du 24 juin c’est juste une gang de colons et de rigodons et comparer avec la fête du Canada j’ai honte d’être Québécois

@Denis Drouin: le midsommar est entièrement paien. Pas la Saint-Jean-Baptiste. C’est d’ailleurs pourquoi le midsommar a lieu le 21 juin et non le 24 juin. Je n’ai rien mélangé et c’est vous qui n’aviez pas compris que j’aidais le lecteur non familier en lui disant que midsommar était une sorte de St-Jean.

Non seulement certains ne pardonnent pas au Québec d’exister, ils se flagèllent, s’auto-mutilent, se fendent en quartiers pour y demeurer. Vite un psy !

@ François 1
Si on suit votre raisonnement, la fête du Canada devrait être fêter un 15 février, date d’inauguration du drapeau canadien. Et pourquoi pas avec bonhomme carnaval, lui qui est déjà rouge et blanc!

@ Pierre Gervais #74

Si vous avez si honte d’être québécois, pourquoi n’allez-vous pas vous enrichir (car généralement ceux qui ont honte comme vous d’être québécois râlent contre l’État québécois et ont l’impression de s’appauvrir) et faire assimiler votre descendance dans le RduC?

Seriez-vous un autre de ces masochistes bienheureux?

Si vous l’êtes, et bien assumez-vous!

Sinon qu’attendez-vous pour quitter cette province honnie!!!

Pôvres fédéralistes pathétiques envieux du sort des autres… (mais l’on se rend compte rapidement que l’herbe n’est pas nécessairement plus vert chez le voisin quand on y demeure)

« C’était la Saint-Jean Baptiste, fête religieuse que les péquistes se sont empressés de faire diaparaître (anti-cléricalisme primaire oblige!) au profit de Dollard-des-Ormeaux(…) »

Euh… Hein? Quoi? Olala! Mais il est vraiment tout mélangé! Il confond la St-Jean avec la fête des patriotes! En plus, il brode par dessus!

Ah bin! T’as fait ma journée!

Ça me rappelle cette bonne madame libérale pourfendeuse de « pékiss » (sa propre épellation). Toujours prête à rabrouer les infidèles, elle se pointait, blogue par blogue, billet par billet, avec zèle et son bagage de surnoms tout-usage… le parfait kit pour pourchasser les méchants.

Un jour, elle s’est abattue comme une furie sur tous ces gens qui osaient qualifier Jean Charest d’ex-conservateur. « Voyons donc!, disait-elle, Si Jean Charest était chef conservateur, il serait devenu premier-ministre! » Elle ignorait que Jean Charest avait déjà été chef du PC.
Évidemment, on a beaucoup ri. Et Dieux sait qu’elle m’a fait rire en de multiples occasions. Mais cette dame m’aura au moins appris une chose que semble confirmer Francois 1 aujourd’hui:

Plus on est fanatique d’une cause, moins on la connaît.

@ Jean-François Trottier (# 79):

Vous avez raison au sujet des séparatistes qui ont une première fois changé la Fête de notre Reine pour celle de Dollar pour la changer encore une fois pour celle des Patriotes que personne ne fête. C’est tout juste si une quinzaine de perdus se ramassent au Pied-du-Courant à chaque année.

De retour au point principal: Que s’est-il passé au juste un 24 juin dans l’histoire du Québec pour justifier en faire notre « fête nationale » déjà?

J’attends votre réponse avec « curiosité »…

@ Marc Sauvageau (# 77):

Ou ma question est trop subtile pour votre esprit ou vous faites semblant de ne pas comprendre.

Le Premier Juillet correspond à un évènement archi-important dans notre histoire nationale: Le 1er juillet 1867, la reine Victoria sanctionne le projet de loi sur la création d’une confédération canadienne, qui entrera en vigueur le 1er juillet suivant. Les Canadiens français du Québec bénéficient d’un appareil étatique qu’ils dirigent unilatéralement, malgré le partage des pouvoirs que leur impose en principe le gouvernement fédéral. Même le représentant de la reine d’Angleterre, le lieutenant-gouverneur, sera désormais un Canadien français catholique.

Idem pour tous les autres états: 4 juillet pour les USA, 14 juillet pour la France, etc…

Alors…que s’est-il passé d’important un 24 juin dans l’histoire du Québec pour en faire notre « fête nationale »??? Votre Pauline a inauguré ses toilettes silencieuses? Son mari a encaissé son premier chèque de pension à vie gracieuseté du Parti québécois? La fin du cauchemard de La Gaspésia? Le Parti québécois a exécuté son dixième salto arrière sur les frais de scolarité? Je ne sais pas moi…

Aidez-moi SVP!!!

Le meilleur texte historique que j aie jamais lu sur l histoire du Canada.

La technique de l escamotage(kidnaping) m a bien detendu et m a fait penser a Pierre Poutine du Parti Conservateur de Harper.

De plus en plus, le Canada ressemble a la naissance de la Belgique, un pays artificiel que seul retiennent des arguments d ordre economique.

Le Canada, la Belgique d Amerique ?

Pourquoi pas un Nouveau-Quebec compose du nord de l Ontario, de le frange frontaliere du Nouveau-Brunswick et de la province actuelle de Quebec ?

En partant si la Fête du Canada est « si triste » c’est peut-être parce qu’elle n’est pas organisée par des Québécois. C’est connu que nous sommes plus « démonstratifs » et « festifs » que les anglo-saxons !
Mais pourquoi les Québécois auraient-ils le coeur à la fête le 1er juillet ?
– Pourquoi nous réjouir de vivre dans un pays qui nous a imposé une Constitution en 1982,sans l’accord de notre gouvernement dûment élu, sans consulter le peuple par référendum tel que promis par Trudeau, et qui persiste malgré qu’aucun gouvernement, ni libéral fédéraliste, ni péquiste indépendantiste, n’ait signé cette Constitution depuis plus de 30 ans ?
– Pourquoi nous réjouir de voir la Charte multiculturaliste du Canada rabattre la Nation québécoise (peuple fondateur de ce pays) au même niveau que n’importe quel groupe ethnique ?Alors que nous constatons que la politique du multiculturalisme est rejetée en Allemagne, en Suisse, en Hollande et même en Angleterre, car elle mène à la ghettoïsation des nouveaux arrivants !
– Pourquoi nous réjouir lorsque l’on voit la Cours Suprême du Canada, avec certains de ses juges unilingues anglais, s’arroger le droit de se prononcer sur la validité de plus de 200 articles de la Charte de la langue française ?
– Pourquoi nous réjouir d’avoir comme chef d’État la reine d’Angleterre, symbole monarchique obsolète, représentée en 11 personnes (ça bat un Dieu en 3 personnes) ?
– Pourquoi nous réjouir de vivre sous le gouvernement majoritaire de droite de Harper, élu par le reste du Canada, qui fait ce qu’il veut à Ottawa avec ses baillons et sa loi mammouth ?
– Pourquoi nous réjouir d’avoir voté pour une opposition de néophytes, dont le chef est mort, et qui s’expriment plus souvent en anglais à la Chambre des Communes et qui tiennent certainement leurs cocus en anglais malgré que les élus québécois soit au nombre de 60 sur 104, ce qui ne se passait jamais avec le Bloc ?
– Pourquoi nous réjouir de vivre dans un pays ou les lois sont approuvées par une deuxième chambre composée de sénateurs non-élus, choisis pour leur allégeance politique ou pour services rendus ?
– Pourquoi nous réjouir de vivre dans un pays qui vient d’abolir le registre des armes à feu et ses données, malgré l’opposition du gouvernement fédéraliste du Québec ?
– Pourquoi nous réjouir des politiques militaristes à l’américaine du gouvernement canadien, en lieu et place des traditions d’aide humanitaire du temps de Pearson et de ses casques bleus ?
– Pourquoi nous réjouir des lois coercitives à l’endroit des jeunes contrevenants nous obligeant à construire plus de prisons, au lieu des programmes de réhabilitation pratiqués avec succès au Québec ?
– Pourquoi nous réjouir du retrait du Protocole de Kyoto pour lancer le Canada dans l’exploitation débridée et extrêmement polluante des gaz bitumineux ?
– Pourquoi nous réjouir des mesures drastiques à l’encontre les chômeurs saisonniers, les contraignant à se retrouver sur le bien-être social québécois, tout ça pour atteindre le déficit « 0 » dans le budget fédéral ?
– Pourquoi nous réjouir de constater l’adhésion inconditionnelle des canadiens anglais à la culture américaine à la radio, à la télé, sur le net, au théâtre, en littérature, au cinéma et tout ça en anglais naturellement ?

Et nous devrions nous sentir fiers d’être canadiens, « Proud to be Canadians» pour être bien compris par ceux qui sont venus nous dire en anglais en 95 » We Love YOU ???

NON merci pour moi !

@Francois 1: « Le « point principal »? Tu veux dire le « prétexte » pour dénigrer une fête suivie par 8 millions de Québécois. Et une diversion pratique pour éviter de justifier le concert de faussetés anti-péquistes que tu as commis dans le post auquel je réplique. le plus drôle, c’est que, dans ces faussetés que tu profère se trouvent la réponse que tu veux camoufler.

1) Ce ne sont pas les « péquistes » qui ont changé l’appellation de la fête des patriotes mais la société St-Jean Baptiste.

Ce qui amène à:

2) Cette même société a été créée en 1834 pour commémorer quoi? Bin oui, la fête des Canadiens-Français. Je me sens obligé de te préciser qu’ils n’étaient pas péquistes.

Et si on suit l’historique de cette fête, on se rend compte que 3) cette fête a servi de point de ralliement et de symbole d’unité pendant 178 ans.
En plus, St-Jean Baptiste est le patron des Canadiens-Français décrété par l’Église. Compte tenu des origines très catholiques du peuple Québécois, ça a son importance que, évidemment, tu peux décider de nier (une habitude chez vous). Mais avant de le faire, admets au moins que ça te rendrait aussi primairement anticlérical que les péquisss que tu « hayyyyïïïï » tellement!

À l’attention de François 1
Que la reine Victoria sanctionne le 1er juillet, à partir de Londres, le projet de loi sur la création d’une confédération canadienne … est archi-important pour toi ? Ça justifierait le choix de la date du 1er juillet ?
Tu écris que les Canadiens français du Québec bénéficient d’un appareil étatique qu’ils dirigent unilatéralement, … mais tu gardes sous silence les envahissements du gouvernement central et la diminution constante des pouvoirs du Québec depuis 1867.

Depuis 1867 le Canada n’est plus le même. Le Québec est passé à une province sur quatre à une province sur dix : 8 anglophones, une bilingue (Nouveau-Brunswick) et une officiellement française le Québec. En 1867 les Québécois représentaient plus de la moitié des canadiens. En 2012 il en représente moins du quart !!!
En passant, les lieutenants gouverneurs relèvent de l’autorité fédérale, soit le Gouverneur général. Le tout premier gouverneur général « canadien » n’a été nommé qu’en 1952. Entre 1867 et 1952 c’étaient des britanniques à qui répondaient nos petits lieutenants gouverneurs, sans pouvoir réel.
Le 1er G.G. francophone a été Georges Vanier de 1959 à 1967 (soit presque 100 ans plus tard que 1867) et il n’y a eu que 4 G.G. francophones sur sur une trentaine !
Pourquoi en tant que canadien contemporain ne pas donner priorité à la signature d’Élizabeth II, à OTTAWA, le 17 avril 1982 pour officialiser la nouvelle Constitution « vraiment canadienne » du Canada moderne avec ses 10 provinces et ses 3 territoires ?
Oups, c’est vrai le Québec ne l’a pas signée !

françois 1 pose une question et y répond lui-même. Le premier juillet ne représente rien pour le Québec sinon une journée fériée.

Le Québec a décidé que la fête nationale des Québécois serait le 24 juin. Il y a là une question de tradition.

Pourquoi françois 1 tient-il tant à identifier une autre raison ? C’est peut-être qu’il veut souligner l’absence de consultation des « Canadiens-français » pour avoir leur opinion en rapport avec l’imposition de la confédération le premier juillet 1867.

Les fédéraleux sont toujours prompts pour rabaisser tout ce qui n’est pas en encore avec leurs points de vue, particulièrement si ça vient du Québec.

«Si tu vois le lâche, attends-toi à voir son double, et qui est son double ? La trahison !»
[Massa Makan Diabaté]

@ François 1

« « Le Premier Juillet correspond à un évènement archi-important dans notre histoire nationale: Le 1er juillet 1867, la reine Victoria sanctionne le projet de loi sur la création d’une confédération canadienne, qui entrera en vigueur le 1er juillet suivant. » »

Raison pour laquelle ce jour-là de 1867 les Québécois étaient tristes. Comme JFL vous l’a expliqué (vous auriez du lire) ils étaient contre l’intégration du Québec dans le pays de l’Angleterre.

La fête du Canada reste pour la mémoire de la population un journée bien plate comme on peut le constater tous les ans.

Le 24 juin les Québécois fêtent l’antidote de ce que vous semez sur le WEB.

@ François 1
On peut fêter des événements comme on peut fêter par tradition. Donc on fête le 24 juin comme on fête le 25 décembre (c-à-d. par tradition). Car les traditions participent l’identité d’un peuple.

«Le 1er juillet 1867, la reine Victoria sanctionne le projet de loi sur la création d’une confédération canadienne, qui entrera en vigueur le 1er juillet suivant.» Très subtil en effet, car voyez vous mes livres d’histoires mentionnent que le 29 mars 1867, la reine Victoria accorda la sanction royale au BNA act. auquel elle a apposé sa signature le 22 mai de la même année.

«Les Canadiens français du Québec bénéficient d’un appareil étatique qu’ils dirigent unilatéralement, malgré le partage des pouvoirs que leur impose en principe le gouvernement fédéral.» Le partage des pouvoirs est imposé par la constitution et non par le gouvernement fédéral. Votre « appareil étatique » étant dans une fédération, elle ne peut être dirigée comme vous dites « unilatéralement ».

M.Lisée…La Fête du Canada est toujous triste parce que notre plaisir est gaté sachant que des millions de Québecois veulent fracasser le pays que nous aimons tant. Mais dans notre coeur nous savons que le Canada est un des meilleur pays au monde. C’est triste que les séparatistes, sans aucune vraie bonne raison, sont complétement hargneux et détestables envers ce pays merveilleux. Voilà M.Lisée, nous sommes écoeurés de votre chialage, le ventre plein bénéficiant des Milliards que les provinces riches nous donnent. Le Québec a besoin du Canada bien plus que le Canada a besoin du Québec…ça c’est sure! http://www.youtube.com/watch?v=AE8iBW91hbE&feature=related

Le premier Juillet est une fête pour les immigrants, on le voit très bien dans les médias. Je trouve que c’est bien que ces immigrants fêtent leur nouveau pays, ça leurs donne plus d’appartenance.