Politique

Celui dont tout le monde dépend

 

photo: Jeff McIntosh / PC
photo: Jeff McIntosh / PC

Les 750 000 autochtones du Canada ont un nouveau chef: Shawn Atleo, 42 ans, élu fin juillet à la tête de l’Assemblée des Premières Nations. Il a reçu un appui particulièrement fort au Québec, la quasi-totalité des chefs de la province s’étant rangés derrière lui.

Titulaire d’une maîtrise en éducation et chancelier de l’Université de l’île de Vancouver, Atleo symbolise la nouvelle génération autochtone. Le successeur de Phil Fontaine compte s’attaquer de front aux questions de reconnaissance des titres territoriaux, d’autodétermination et de partage des richesses naturelles.

Origines

Né le 16 janvier 1967 au sein des Ahousahts, nation isolée sur la côte pacifique de l’île de Vancouver (1 800 personnes vivant du tourisme, de la pêche et de la foresterie).

Ses deux parents possèdent un doctorat.

Expériences politique

En 1999, il succède à son père à la tête des Ahousahts. Son peuple le nomme A-in-chut, ce qui signifie «tout le monde dépend de toi».

En 2003, il est élu chef régional des autochtones de la Colombie-Britannique. Il contribue à l’unification des 30 nations de la province par la création d’un front commun destiné à négocier avec le gouvernement provincial.

Ses défis

L’éducation sera au cœur de ses priorités, puisque dans les communautés autochtones la population augmente trois fois et demie plus vite qu’ailleurs au Canada. L’âge médian y est de 27 ans, comparativement à 40 ans dans le reste du pays.

Il tentera d’apporter des solutions rapides à des problèmes qui durent depuis longtemps: la pauvreté dans les communautés autochtones et la non-reconnaissance des droits ancestraux.

Il voudra rallier à sa cause un gouvernement fédéral moins conciliant que le précédent, qui persiste à ne pas signer la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, approuvée par 144 pays en septembre 2007.