Politique

Le tableau de la discorde

Les députés la regardent chaque fois qu’ils siègent dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. Mais savent-ils tous que cette toile contient des clés pour comprendre le débat politique le plus acrimonieux de l’histoire du Québec? Suivez le guide !

 

 

Le tableau de la discorde
Coll. Assemblée nationale/Christian Chevalier

Les députés la regardent chaque fois qu’ils siègent dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. Mais savent-ils tous que cette toile contient des clés pour comprendre le débat politique le plus acrimonieux de l’histoire du Québec? Suivez le guide !

 

 

La loi sur les écoles passerelles a ravivé un vieux débat cet automne au Québec : la protection du français. Les députés de tous les partis en ont débattu passionnément une nuit durant, faisant écho à l’immense tableau historique qui trône au-dessus de leurs têtes dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale.

Le débat sur les langues, peint il y a près d’un siècle par l’artiste Charles Huot (1855-1930), illustre un épisode fondateur de la polémique linguistique québécoise.

En 1793, une trentaine d’années après la Conquête, des élus se sont battus pour faire reconnaître le français dans le premier Parlement de la province du Bas-Canada.

« C’est un moment fort d’affirmation nationale et culturelle », souligne l’historienne de l’art Joanne Chagnon, spécialiste de l’art québécois ancien.

Voici une présentation commentée d’une œuvre qui rappelle qu’au Québec la langue et la politique forment un couple inséparable… et rarement harmonieux.

 

 

 

tableau-de-la-discorde

 

 
tableau-discorde-1Le français, l’anglais  ou les deux
?

« C’est l’intensité de ces débats que le peintre saisit en donnant du mouvement à son œuvre, entre autres avec cette chaise renversée », souligne Joanne Chagnon. L’Assemblée législative du Bas-Canada se réunit pour la première fois le 17 décembre 1792, à Québec, dans la chapelle du palais épiscopal. C’est la première institution du genre au Québec : jamais auparavant il n’y a eu de représentants élus dans la province. Députés francophones et anglophones ouvrent aussitôt les hostilités : les travaux se dérouleront-ils en français, en anglais ou dans les deux langues ? Pendant des semaines, on s’affronte à coups de discours, d’ajournements, de motions et d’amendements, les francophones votant en bloc contre toute proposition qui accorde un statut inférieur à leur langue. Dans les journaux, les lettres des lecteurs prolongent la polémique.

Les rapports entre les deux groupes linguistiques resteront tendus à la Chambre. Le 3 juillet 1793, dans une lettre à Londres, le lieutenant-gouverneur écrit qu’« un esprit de jalousie et quelque animosité se sont manifestés, principalement par suite de l’appréhension conçue par les Canadiens que les Britanniques eussent l’intention de dominer les procédures de la Chambre ».

 


tableau-discorde-2La bataille décisive

Le 21 janvier 1793, l’Assemblée législative convient que tous les textes seront rédigés dans les deux langues. Mais le député John Richardson met le feu aux poudres en proposant que seule la version anglaise ait force de loi. Après trois jours de débats orageux, les Canadiens français ont gain de cause : l’Assemblée adopte une résolution qui place les deux langues sur un pied d’égalité dans la législation et qui exige que tout projet de loi soit présenté en anglais et en français dès la première lecture.

L’idée du bilinguisme ne sourit toutefois pas aux autorités britanniques. Quelques mois plus tard, Londres fait de l’anglais l’unique langue officielle du Parlement du Bas-Canada et relègue le français au statut de langue de traduction. Ce qui n’empêchera pas les élus de continuer à débattre dans la langue de Molière…

 


tableau-discorde-3 «
McGill français »

Sur les 50 députés qui forment la première Assemblée, 16 sont anglophones, dont le marchand de fourrures James McGill, un des hommes d’affaires les plus riches de Montréal. Les francophones sont majoritaires, mais leur pouvoir est limité. Toutes les décisions de la Chambre sont soumises au droit de véto du Conseil législatif, dont les membres, nommés par le gouverneur, sont presque tous britanniques.

À sa mort, James McGill lègue un domaine et une somme d’argent qui permettront la fondation, en 1821, de l’université qui porte son nom. Cet établissement deviendra, aux yeux de bien des nationalistes, un symbole du pouvoir disproportionné de l’élite anglo-saxonne dans la société québécoise.

Le 28 mars 1969, 10 000 personnes marchent jusqu’aux portes de l’université pour réclamer sa francisation. C’est la manifestation « McGill français », moment marquant d’une époque où de nombreux Québécois pressent l’État d’agir pour donner le contrôle de l’économie à la majorité francophone et assurer la prédominance du français. Les lois linguistiques se succéderont bientôt : la Loi pour promouvoir la langue française au Québec (loi 63), en 1969, la Loi sur la langue officielle (loi 22), en 1974, et la Charte de la langue française (loi 101), en 1977.

 


tableau-discorde-4La tête à Papineau

Le député de Montréal Joseph Papineau est un des hommes politiques les plus admirés de son temps. Mais il est mieux connu aujourd’hui en tant que père de Louis-Joseph, brillant chef patriote qui a milité pour des réformes du Parlement, pour un nombre accru de Canadiens français dans l’administration publique et pour le respect de leur langue.

C’est d’ailleurs le portrait du fils qui a failli orner le grand cadre de la salle de l’Assemblée. En 1890, le premier ministre Honoré Mercier arrête son choix sur un tableau de l’artiste ontarien Charles Alexander intitulé L’Assemblée des six-comtés. Cette toile illustre un célèbre rassemblement patriote qui a eu lieu à Saint-Charles-sur-Richelieu le 23 octobre 1837. On y voit Louis-Joseph s’adresser à une foule galvanisée quelques jours avant le début de la rébellion armée.

Mais lorsque le peintre met la touche finale à son œuvre, en 1891, un nouveau gouvernement est en place à Québec, et le premier ministre Charles-Eugène Boucher de Boucherville rejette la toile, qu’il trouve trop « révolutionnaire ».

 


tableau-discorde-5De militaire à député

Michel Chartier de Lotbinière a combattu l’armée britannique pendant le siège de Québec, en 1759, à l’âge de 11 ans. Il était alors simple cadet. Trente-quatre ans plus tard, c’est en tant que député à l’Assemblée du Bas-Canada qu’il se porte à la défense de son héritage français.

Le tableau représente Chartier de Lotbinière au moment où il prononce un éloquent plaidoyer en faveur de sa langue. Il déclare : « Le plus grand nombre de nos électeurs étant placés dans une situation particulière, nous sommes obligés de nous écarter des règles ordinaires et sommes contraints de réclamer l’usage d’une langue qui n’est pas celle de l’Empire ; mais aussi équitables envers les autres que nous espérons qu’on le sera pour nous-mêmes, nous ne voudrions pas que notre langage vînt à bannir celui des autres sujets de Sa Majesté, mais demandons que l’un et l’autre soient permis. »

 


tableau-discorde-6« Mister Speaker »

Le 18 décembre 1792, une dispute éclate à la Chambre au sujet du choix de l’« orateur » : celui-ci doit-il forcément maîtriser la « langue de l’Empire » ? Soutenu par ses pairs francophones, Jean-Antoine Panet obtient le poste, au déplaisir des anglophones, qui lui auraient préféré quelqu’un de bilingue. Panet s’en excuse auprès du lieutenant-gouverneur : « Je supplie Votre Excellence de considérer que je ne puis m’exprimer que dans la langue primitive de mon pays natal et d’accepter la traduction en anglais de ce que j’aurai l’honneur de lui dire. »

Cette « langue primitive » se teinte déjà de nombreux anglicismes. Un « curieux jargon » s’élabore entre francos et anglos, « qui réussissent à se comprendre mutuellement au moyen de tournures boiteuses », écrit un voyageur anglais de passage dans la province. Certains calques de l’anglais ne seront remplacés qu’en 1968, lors d’une réforme du Parlement : l’orateur (speaker) deviendra le président, l’Assemblée législative (Legislative Assembly), l’Assemblée nationale, et le greffier (clerk), le secrétaire général.

 

tableau-discorde-7Aux premières loges

Le public assiste aux débats de l’Assemblée dans la tribune qui lui est réservée. Les interventions dans la langue de Shakespeare lui échappent sans doute. « Peu de Canadiens ont pris la peine d’apprendre l’anglais », se plaint un député anglophone. On dénombre alors 160 000 Canadiens français au Bas-Canada, et seulement 10 000 Britanniques.

La situation s’inversera au fil des décennies, avec l’immigration massive en provenance du Royaume-Uni. Au moment de l’Acte d’Union, qui crée le Canada-Uni, en 1840, le Bas-Canada compte environ 650 000 habitants, dont 500 000 Canadiens français et 150 000 Britanniques, et le Haut-Canada quelque 450 000 personnes, presque toutes anglophones.

 


tableau-discorde-8Nés sous le lys

Charles Huot s’est permis une fantaisie géographique en peignant le château Saint-Louis, que l’on aperçoit par une fenêtre. De ce côté, on devrait plutôt voir les jardins du Séminaire. L’erreur n’est pas innocente, selon Joanne Chagnon. Le château a été la résidence officielle du gouvernement de la Nouvelle-France pendant plus d’un siècle. « C’est un clin d’œil de l’artiste. Il nous dit : cette Chambre d’assemblée nous a été accordée par les Anglais, mais nous ne sommes pas nés avec eux. Nous étions là avant. »

Ce puissant symbole du Régime français, rasé par les flammes en 1834, a été littéralement enterré par les autorités britanniques. Sur les ruines du château, le gouverneur général lord Durham a fait bâtir une plateforme en bois, à laquelle il a donné son nom. La « terrasse Durham » sera rebaptisée « terrasse Dufferin » en 1879, en l’honneur du gouverneur qui l’a fait prolonger.

Lord Durham est surtout réputé pour son rapport éponyme, dans lequel il décrit les Canadiens français comme « un peuple sans histoire et sans littérature ». De passage dans la colonie pour enquêter sur les causes de la rébellion des Patriotes, il a préconisé la fusion du Bas-Canada (le Québec) et du Haut-Canada (l’Ontario) en une seule province, afin d’accélérer l’assimilation des francophones. Sa recommandation a été mise à exécution avec l’adoption de l’Acte d’Union, en 1840.

 


tableau-discorde-9Cadre cherche toile

Quand l’hôtel du Parlement a été inauguré, en 1886, aucune œuvre ne décorait la salle de l’Assemblée. Mais le cadre, de près de neuf mètres sur quatre, qui accueillera plus tard Le débat sur les langues était déjà accroché. Il restera vide pendant 27 ans ! « Les travaux de construction de l’édifice avaient coûté cher, explique Joanne Chagnon. Un important budget avait été voté pour les sculptures de la façade, mais rien n’avait été prévu pour les tableaux. »

Ce n’est qu’en 1910 que le gouvernement de Lomer Gouin a commandé la toile. La sauvegarde du français alimentait alors une querelle historique au Parlement : un jeune député nationaliste, Armand La Vergne, se démenait pour faire adopter un projet de loi obligeant les entreprises de services publics – compagnies de transport, de télégraphe, de téléphone, d’électricité – à fournir à leurs clients du Québec des documents bilingues, et non unilingues anglais. Il s’agissait de la première intervention législative de l’État québécois pour promouvoir le français.

La « loi La Vergne » est sanctionnée le 4 juin 1910, après des mois de polémique. Le 16 août, Charles Huot signe un contrat de 5 000 dollars pour Le débat sur les langues. Trois ans plus tard, il collera sa toile à l’intérieur du cadre et l’achèvera, juché sur un échafaudage.


* * *

SANS APPEL D’OFFRES


tableau-discorde-10

Charles Huot n’a pas seulement laissé sa griffe sur un mur du Salon bleu. Il a aussi peint, au plafond, une œuvre allégorique inspirée de la devise du Québec, Je me souviens. Et dans le Salon rouge trône son tableau Le Conseil souverain (1926-1931), sur le premier gouvernement civil de la Nouvelle-France.

Grande vedette à Québec au début du 20e siècle – ses toiles décoraient plusieurs églises de la région -, l’artiste jouissait en outre de relations privilégiées avec le gouvernement. « Il a eu son propre atelier au parlement, que lui avait procuré le président de la Chambre ! raconte Joanne Chagnon. Il en a profité pour faire une grande expo-vente dans l’édifice. C’est clair qu’il a bénéficié d’un certain favoritisme. »

La commande prestigieuse du Débat sur les langues – dont rêvaient tous les peintres de la province – lui a été obtenue par deux amis proches du pouvoir, sans qu’un concours ait été ouvert.

Photo : Collection Assemblée nationale / Marie-Ève Vézina