Politique

[Chantal Hébert] Les libéraux en avance : une explication en trois temps

Selon Léger Marketing, les libéraux de Philippe Couillard filent actuellement vers une victoire majoritaire. Mais à la clé de l’équation libérale, il y a trois erreurs de calcul péquistes, dit Chantal Hébert.

PolitiqueAvec moins de carburant au départ, le PLQ a fait plus de «millage» dans les intentions de vote que le PQ.

Selon Léger Marketing, les libéraux de Philippe Couillard filent actuellement vers une victoire majoritaire.

À la clé de l’équation libérale, il y a trois erreurs de calcul péquistes.

1- Une méprise sur le poids de la Charte. Il n’a jamais été comparable à celui de la loi 101, qui touchait un enjeu central pour les Québécois, toutes appartenances politiques confondues. Il est insuffisant pour faire contrepoids à la souveraineté dans la balance des enjeux favorables et défavorables au PQ.

Un tiens valant plus cher que deux tu l’auras, un électeur non péquiste est peu susceptible de renoncer à la certitude qu’il n’y aura pas de reprise des hostilités référendaires au cours du prochain mandat en échange de la certitude de l’adoption intégrale du projet de Charte des valeurs du PQ. C’est particulièrement vrai dans les régions où l’application de la Charte aura peu d’incidence concrète sur la relation des citoyens avec l’appareil au sens large de l’État.

2- Pierre Karl Péladeau n’égale pas Jacques Duchesneau. La recrue-vedette de la campagne de 2012 était une acquisition rassembleuse pour la CAQ. Son apport positif au débat sur l’éthique faisait l’unanimité, ou presque. Pour la plupart des électeurs, l’arrivée de M. Duchesneau à l’Assemblée nationale était une bonne chose, quelle que soit la bannière sous laquelle il se présentait.

Par comparaison, l’arrivée du personnage polarisant qu’est PKP sur les rangs ne pouvait qu’envoyer un signal inquiétant aux électeurs progressistes qui s’étonnaient souvent déjà d’un glissement certain vers la droite du PQ depuis son arrivée au pouvoir. On comprenait désormais que ce virage n’était pas seulement dû à l’exigence de composer avec une opposition majoritaire, mais qu’il pourrait même s’accentuer au cours du prochain mandat.

3- Une erreur d’appréciation du sentiment antiréférendaire. Règle générale, les stratèges péquistes ne s’étonnent pas de recueillir l’appui de souverainistes qui n’aiment pas le projet de Charte du parti. À leurs yeux, il est normal que la vocation souverainiste du PQ l’emporte sur tout le reste au moment d’un scrutin. Ce sont souvent ces mêmes stratèges qui ne conçoivent pas que des électeurs fédéralistes aient le même comportement et que l’option prenne le dessus sur tout le reste dans l’isoloir.

Dans le même esprit, ils semblent avoir de la difficulté à apprécier le fait que ce n’est pas la souveraineté ou même un hypothétique référendum qui fait fuir une partie de l’électorat d’autre part sympathique à certaines politiques péquistes, mais plutôt la hantise de voir le gouvernement passer le prochain mandat à tenter de préparer à un référendum. Cela explique pourquoi les assurances de Mme Marois selon lesquelles il n’y aura pas de référendum si les Québécois n’en veulent pas ne règlent rien pour bien des gens.

À cela, il faut encore ajouter une donnée à laquelle le PQ n’a pas accordé l’importance qu’elle méritait, et c’est que Philippe Couillard n’est non seulement pas Jean Charest mais qu’il a également été un des rares ministres dont on sait qu’il a tenu tête à l’ancien premier ministre libéral.

Pour conclure, s’il fallait résumer en une seule phrase le talon d’Achille du plan de match électoral de Pauline Marois, ce serait que sa campagne a été conçue par des souverainistes… pour des souverainistes !

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.