Politique

Le français est trop difficile pour les juges

Un texte qui fait réagir depuis quelques jours : celui de Barbara Kay, du National Post, au sujet du bilinguisme des juges de la Cour suprême du Canada. Le blogueur Mathieu Charlebois a décidé d’écrire une lettre à la chroniqueuse.

justice-marteau

Chère Barbara,
Politique

J’espère que vous vous êtes remise de la fois où vous aviez peur pour votre sécurité si vous parliez anglais en public à Montréal. Je me dois de vous rassurer : depuis, j’ai entendu des centaines de personnes le faire, et tout le monde est encore en un seul morceau.

Comme je ne sais pas si les ondes radio ou télé se rendent jusque dans votre bunker antinucléaire souterrain, j’en profite aussi pour vous signaler que vous pouvez sortir en toute sécurité : Pauline Marois a perdu l’élection.

Je vous écris aujourd’hui parce que j’ai lu votre brillant plaidoyer contre Justin Trudeau et sa position sur le bilinguisme des juges à la Cour suprême, «Of course Justin Trudeau wants bilingual judges: he’s the product of bilingual privilege».

Ou, si je peux me permettre de traduire (comme si j’étais moi-même un product of bilingual privilege) : «Bien sûr que Justin Trudeau veut des juges bilingues : il est un privilégié du bilinguisme».

Privilégié du bilinguisme ? Tout à fait, dites-vous. Justin Trudeau est born avec une spoon d’argent dans la mouth. Élevé dans un bilingual milieu, par un francophone father et une mère anglophone, le bilinguisme lui est venu «sans effort», «comme un cadeau».

À l’âge où l’on rêve d’une piste de course miniature pour sa fête, Justin, lui, recevait de ses parents le cadeau du bilinguisme. À sa place, j’aurais boudé pendant au moins un mois.

Mais aujourd’hui, selon votre texte, Justin le privilégié est incapable de comprendre qu’il est difficile d’apprendre une deuxième langue. Quand il demande aux juges d’être bilingues, il ne se rend pas compte qu’il leur demande… des efforts !

Vous racontez n’être jamais arrivée à maîtriser convenablement le français. Et si VOUS n’y arrivez pas, QUI le pourrait, n’est-ce pas ?

Vous avez raison, madame Kay.

Les juges de la Cour suprême ne sont pas des surhommes ou des génies. On ne peut quand même pas leur demander de parler autant de langues qu’une vendeuse au magasin Ardène du Carrefour Laval ! Soyons raisonnables !

Le seul vrai moyen d’apprendre une langue, c’est par osmose, en ayant la chance de naître dans un milieu privilégié. Moi-même, j’ai appris l’anglais grâce à mon père et ma mère, les très anglophones Pierre et Jocelyne, qui utilisaient souvent des expressions comme parking, toaster et yes, sir !

Les francophones bilingues de Saguenay et de Rimouski le sont devenus grâce à leur immersion dans la vibrante communauté anglophone de leur coin — généralement une personne appelée Steven ou Jackie. Des privilégiés eux aussi.

Vous écrivez, en substance, que si on commence à exiger des juges bilingues, plusieurs candidats seront handicapés au profit de ces privilégiés.

Il est vrai qu’il serait bête qu’un parcours où tout le monde a toujours eu des chances égales, tout le temps (les aptitudes en droit constitutionnel, c’est bien connu, sont réparties également dans la population), se termine abruptement parce qu’un «fendant» a eu la chance d’être doué pour les langues.

Oups ! Est-ce que j’ai écrit «les» langues ? Je voulais dire «la» langue : le français. Parce que le juge qui ne comprend rien quand on lui parle en anglais, il n’existe pas encore.

Le jour où il sera nommé, je m’empresserai d’aller lire votre chronique donnant un appui inconditionnel à Didier Tremblay, premier juge unilingue francophone à la plus haute cour du pays.

 «I declère the accusé coupabeul. Toaster !»

D’ici là, si vous tenez toujours à discuter de privilèges et de Cour suprême, avez-vous remarqué que tous les juges qui y siègent ont la peau blanche ? Je dis ça comme ça.

Au plaisir,
To the pleasure,

Mathieu Charlebois