Politique

Comment éviter un PLQ éternel?

Pendant que le PLQ a des scores quasi soviétiques à Hampstead, il n’obtient l’appui que de 21 % des francophones. Savez, les francophones? Ceux qui forment 81 % de la population?

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Imaginons quelqu’un appelé William.

William est né en avril 2003, et parce que ses parents écoutent beaucoup de musique et de télé, il porte le nom d’un chanteur de téléréalité aujourd’hui oublié. Le jour de sa naissance, Jean Charest était élu premier ministre du Québec pour la première fois.

William a aujourd’hui 13 ans, il passe son temps sur Snapchat, et il ne se souvient pas d’avoir déjà regardé quelque chose à la télévision. Il ne sera pas assez vieux pour voter en 2018, mais ça importe peu: si rien ne change dans le paysage politique, le Parti libéral du Québec va retourner au pouvoir encore une fois.

Présumons pour l’exercice que c’est ce qui va arriver.


À lire aussi:

Que faire avec les fréquentations de Sam Hamad?


Quand William va pouvoir voter pour la première fois au provincial, en octobre 2022, il aura 19 ans et il aura vécu toute sa vie sous des gouvernements libéraux, sauf pour 18 mois de PQ minoritaire. William risque de se demander si ça vaut même la peine d’aller voter. «Bienvenue dans le club», lui diront plusieurs.

Dix-neuf années de pouvoir. Dix-neuf. Et le PLQ trouvera probablement quand même le moyen de blâmer le PQ pour tout ce qui va mal.

Ce succès électoral à répétition ne s’explique pas tant par une popularité digne de la tarte aux pommes que par une fidélité indéfectible du Québec anglophone et allophone aux troupes libérales. C’est un appui que rien n’arrive à éroder. Il est indestructible comme Keith Richards.

Encore aujourd’hui, même après des années d’odeur de corruption, même après l’arrestation de l’ancienne vice-première ministre, même après deux années d’austérité qui ont éreinté tout le monde, même après Gaétan Barrette qui insulte, même après un budget inspirant comme un biscuit soda un peu humide, le PLQ récolte encore 72 % du vote non francophone. (Selon un sondage Le Devoir-Journal de Montréal)

Les révélations d’Enquête à propos de Sam Hamad inverseront-elles la tendance? Si vous cherchiez un exemple de question rhétorique, en voilà un.

Tout ça donne le goût d’aller se promener dans Baie-D’Urfé pour questionner les passants. «MAIS QU’EST-CE QUE ÇA VOUS PRENDRAIIIIIIIIT?» que je leur demanderais, en les brassant vigoureusement par les épaules. On me répondrait probablement «What?», mais ça me ferait du bien d’au moins leur poser la question.

Il y a plus de non-francophones qui voteraient pour «un autre parti» (9 %) que pour le PQ et QS réunis (4 % chacun). Il y a donc plus d’anglophones prêts à voter pour «un autre parti» que de francophones capables de nommer un «autre parti». Il faut le faire!

Et pendant que le PLQ a des scores quasi soviétiques à Hampstead, il n’obtient l’appui que de 21 % des francophones de la province. Savez, les francophones? Ceux qui forment 81 % de la population?

C’est en ce moment plus facile de trouver un fan du Canadien qu’un électeur francophone enthousiaste du PLQ. Pourtant, le deuxième va quand même gagner la Coupe Stanley électorale, alors que le premier ne fera même pas les séries.

Si j’étais membre du PLQ, je serais un peu mal à l’aise que mon parti soit si déconnecté du grand public et qu’il se maintienne quand même au pouvoir. Je serais mal à l’aise, mais pas trop longtemps, et pas assez pour changer quoi que ce soit. Pourquoi changer une formule gagnante?

Même qu’être au PLQ, je ne me donnerais pas la peine d’élaborer un programme complet à la prochaine élection. Ma plateforme ne compterait qu’un seul item: «Pas un référendum». Et peut-être un deuxième, juste pour être sûr: «Un premier ministre qui n’a jamais été indépendantiste». Semblerait que c’est tout ce que ça prend pour faire fureur à Dollard-des-Ormeaux.

Dans les coulisses de l’Assemblée nationale, on commence à s’inquiéter que le règne du PLQ soit une histoire sans fin, mais sans le chien qui vole et la chanson-thème accrocheuse. Du coup, ça «bouillonne», nous dit-on.

Le constat est assez facile à faire: l’opposition est beaucoup trop divisée pour être capable de prendre le pouvoir. La solution serait une alliance PQ+CAQ ou PQ+QS.

Les trois partis seraient peut-être prêts à faire une alliance, mais ils voudraient tous que l’autre fasse une alliance avec eux. Pas le contraire. Alors, comme dans une danse de gymnase au secondaire, tout le monde reste accoté contre le mur à se regarder pendant que le slow joue. Personne ne bouge, alors que le gars dégêné «frenche» sur la piste de danse même si ce n’est vraiment pas le plus beau de l’école.

Il nous faut donc un plan B.

Bon. Alors… il y a trop de partis pour un système comme le nôtre. Que faire, que faire… «Oh! Je sais!» s’exclament soudain à l’unisson un jeune homme en veston et un ancien député. «On pourrait… lancer un nouveau parti!»

Le tonnerre du génie a frappé! Un parti de plus, pour régler le problème de surabondance de partis, comme la fameuse dernière bière qui aide à dessaouler.

Ce parti arriverait à pomper le vote de tous les autres partis pour bloquer le PLQ, atteignant en quelques mois un niveau de popularité digne d’une fusion de Marie-Mai et de Véronique Cloutier, grâce à un projet de société plus rassembleur que l’indépendance: pas l’indépendance.

D’après vous, sur une échelle de 0 à «pas pantoute», à quel point le PLQ a-t-il peur pour sa réélection?