Politique

Sam Hamad en pleine crise de «libéralite»

Monsieur Hamad n’a malheureusement pas laissé d’adresse où on pourrait envoyer des dons et des messages d’encouragement.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Ainsi, Sam Hamad est en Floride. «Je ne me sauve pas», affirme celui qui s’est inscrit à l’hôtel sous le nom de Steve Poitras et a quitté sa maison au milieu de la nuit sans le dire à personne.

«Je suis parti pour refaire le plein d’énergie. Je suis brûlé», a très sérieusement déclaré le député, qui doit souvent faire une longue sieste après avoir marché de son bureau jusqu’à la machine à eau. Pas facile, la vie de député.

Monsieur Hamad n’a malheureusement pas laissé d’adresse où on pourrait envoyer des dons et des messages d’encouragement. Ses amis savent probablement où le trouver, mais j’imagine que «notre ami Sam» préférerait qu’ils le laissent tranquille.

Sam Hamd est en Floride. Faites avec.
Sam Hamad est en Floride. Faites avec.

Pour le PLQ, il semble totalement normal qu’un député faisant l’objet d’une enquête par le commissaire à l’éthique aille se faire dorer la bedaine en Floride en conservant son salaire de ministre. Paraît qu’on devrait même être reconnaissant qu’il n’ait pas fait le trajet avec sa limousine de fonction.

Tant qu’à y être, Lise Thériault a souligné à quel point il était «honorable de la part de Sam» de laisser le commissaire à l’éthique enquêter sur lui, «par souci de transparence». On en a la larme à l’œil. Se faire prendre pour des valises à ce point, ça a quelque chose de poétique.

Dans le monde parallèle des libéraux, ce que le reste du monde appelle «la moindre des choses» devient un acte d’humilité digne du plus noble des chevaliers. Ils seraient du genre à donner un Nobel de la paix à quelqu’un qui a cédé son siège dans l’autobus, tellement leurs standards sont bas.


À lire aussi:

Que faire avec les fréquentations de Sam Hamad?


Le gouvernement Couillard a beau prétendre laver plus blanc que blanc, il n’a aucune notion du bon moment où faire une brassée. Le bac de linge sale n’est jamais assez plein. Pris dans ce monde parallèle, on essaie toujours d’en faire le moins possible. On teste les options, pour voir ce que le public est prêt à gober.

C’est ainsi que le reportage d’Enquête est passé en deux jours de «c’est un pétard mouillé» à «OK, on va demander une enquête, mais c’est tout», à «Sam Hamad a été retiré de ses fonctions de ministre, mais pas de son salaire». Ses fonctions au Conseil du Trésor seront prises en charge par la machine à café, seul élément du PLQ qui soit encore au-dessus de tout soupçon.

Rien de honteux à son retrait du Conseil des ministres. Oh non. C’est comme un congé de maladie, nous a expliqué le docteur Couillard. Être le cancer de Pierre Moreau, je serais franchement insulté qu’on me compare à une affaire de courriels douteux.

C’est que Sam Hamad a attrapé une libéralite, une terrible maladie dont le principal symptôme est une incapacité totale de comprendre comment se comporter quand des doutes sérieux planent sur son éthique.

La maladie est répandue au PLQ. Ce n’est pas Philippe Couillard qui a décidé du sort de Sam Hamad. C’est une équipe de gestion de crise qu’il a appelée après avoir vu à la télé que les gens étaient fâchés. «Mais pourquoi donc?» s’est-il demandé, en pleine crise de libéralite.


À lire aussi:

Sam Hamad se devait de quitter le Conseil des ministres


Et, tant qu’à annoncer tout croche une décision prise toute croche, on a décidé de le faire à la sortie de funérailles nationales. Faire ça dans un bar de danseuses en région aurait eu plus de classe.

Rendu à ce stade de la maladie, si le PLQ au complet décidait d’aller refaire sa vie en Floride, je me demande si quelqu’un se plaindrait.

Sam Hamad est donc en paix sur la plage, le premier ministre le trouve courageux, Jean Charest donne des conférences sur «les moyens de rétablir la confiance du public à l’endroit des institutions publiques», et moi, je commence à trouver ça difficile d’écrire quelque chose de plus ridicule et absurde que la réalité.

Le PLQ m’épuise. Je suis brûlé, et je n’ai pas les moyens de partir me ressourcer dans le Sud. La vie est injuste.