Politique

Des arguments blindés

Stéphane Dion soutient que si ce n’est pas le Canada qui fournit les blindés à l’Arabie Saoudite, ce sera un autre pays. De la même façon, si ce n’est pas moi qui dis que c’est un argument débile, c’est quelqu’un d’autre qui va l’écrire.

Un VBL III des Forces canadiennes. (Photo: Le caporal-chef Jonathan Barrette/Forces canadiennes/Wikimédia)
Un VBL III des Forces canadiennes. (Photo: Le caporal-chef Jonathan Barrette/Forces canadiennes/Wikimédia)

L’armé saoudienne pourra bientôt aller flasher dans le désert avec de tout nouveaux blindés «Made in Canada». Plus moyen de reculer sur la vente.

Ça ne paraît pas très bien pour les libéraux, qui doivent s’ennuyer du temps où Trudeau affirmait à Tout le monde en parle que «ce ne sont pas des armes, ce sont des jeeps». Sauf qu’un jeep équipé de systèmes de missiles antichars ou de canons, on en croise pas souvent. On y penserait deux fois avant d’en dépasser un sur l’autoroute.

Un «jeep», c’est plus inoffensif qu’un «véhicule blindé léger». Le premier donne l’impression qu’on va transformer l’Arabie Saoudite en petit camp de chasse au fond des bois, le deuxième nous rappelle que c’est un pays à qui on aurait peur de prêter un couteau à beurre.


À lire aussi:

Des Jeux olympiques modestes… et une licorne, SVP


Dans l’opposition, les libéraux parlaient de ces contrats comme étant l’œuvre des conservateurs. Aujourd’hui, les rôles sont inversés: les conservateurs sont dans l’opposition et reprochent au gouvernement son manque de transparence (le ridicule ne tue pas!), et ce sont les libéraux qui signent les papiers qui vont permettre aux blindés d’être exportés.

Le ministre Stéphane Dion, celui-là même qui a sorti son stylo Bic des grands jours pour autoriser l’exportation, défend la position du gouvernement.

D’abord, a-t-il expliqué, si ce n’est pas le Canada qui fournit les blindés, ce sera un autre pays. De la même façon, si ce n’est pas moi qui dis que c’est un argument un peu débile digne d’un enfant de 3e année, c’est quelqu’un d’autre qui va l’écrire.

On pourrait justifier le pire du pire avec un tel raisonnement. «Oui, c’est un resto à déjeuner avec un nom en jeu de mots avec œuf qui va ouvrir dans ce local, mais si ce n’est pas nous qui le louons…»

On nous assure aussi que les blindés ne serviront pas à violer les droits de la personne. Le ministère va s’en assurer.

On s’imagine déjà la conversation, dans le garage de l’armée saoudienne, quand viendra le temps de réprimer une manifestation pour un blogueur emprisonné (un exemple de même). «Non, prends pas ces camions-là, on n’a pas le droit, ils sont canadiens. Prends plutôt les français. Avec eux, y a pas de problème.»

Quand tu fournis du matériel militaire à une armée qui est responsable de «violations généralisées et systématiques du droit international humanitaire» selon un rapport de l’ONU, faut compartimenter pas mal pour arriver à dire que NOS blindés n’auront rien à voir là-dedans.

«Travailler avec les Saoudiens nous permet de leur faire rendre des comptes et de créer des occasions de faire des avancées sur une série d’enjeux, y compris les droits de la personne», a affirmé le porte-parole de Stéphane Dion. Nous ne sommes pas en train de marcher sur des œufs et sur nos principes. Non monsieur! Nous sommes en train de faire avancer les droits de la personne. Ces blindés vont même leur faire un lift s’ils les croisent dans le désert!


À lire aussi:

Les Panama Papers en cinq citations


Quand on livrera les premiers véhicules, on prendra bien soin d’y apposer une petite note, sur un post-it rose.

«Bonjour !

Le Canada espère que vous apprécierez vos nouveaux blindés. Rappelez-vous de ne pas brimer les droits de l’Homme avec, hein? On vous fait confiance! 🙂

P.S. Quand vous aurez deux minutes, pourriez-vous libérer Raif Badawi? Ce serait bien apprécié.»

On sait tous que si les Libéraux ne bloquent pas la transaction, c’est d’abord pour préserver les 2000 emplois qu’elle génère en Ontario. Ce n’est pas une raison complètement loufoque. C’est ce que l’équipe de Trudeau devrait mettre de l’avant, parce que leurs autres arguments me donnent l’impression qu’on roule sur mon intelligence avec un véhicule blindé léger.