Politique

Un sondage royal

Amis canadiens, si votre appui à la monarchie dépend de la personne qui est sur le trône, ce n’est pas une monarchie que vous voulez.

N’en crachez pas votre gorgée de thé, mais selon un récent sondage, les Québécois n’aiment pas trop la famille royale britannique. Shocking, je sais.

«Les Québécois ne m'aiment pas? Oh non. Quel malheur.»
«Les Québécois ne m’aiment pas? Oh non. Quel malheur. Quoi d’autre?»

Seulement 58 % des Québécois reconnaissent la reine Élisabeth II comme souveraine canadienne. Pour les autres, elle est, au plus, l’orignal qui n’a pas de bois sur les 25 sous. Soulignons quand même que sans madame 2, il n’y aurait que des hommes sur notre monnaie et nos timbres. En tant que féministe, je devrais donc dire: merci, Liz, d’être… née…?

Mais pendant que la Belle Province préfère son Queen avec Freddie Mercury dedans, le reste du Canada aime beaucoup Bébeth. Les Saskatchewanais sont à 78 % enthousiastes par rapport à la souveraine et votent pour le «God Save the Queen» au 6 à 6.

C’est une question de traditions et de racines. Si le roi du Canada était un Louis XIX disant «Saprebleu!» plutôt qu’une Anglaise lançant des «By Jove!», les chiffres pour le Québec et le Canada seraient probablement inversés.


À lire aussi:

Des arguments blindés


N’ayant pas cet attachement culturel, la plupart des Québécois ne comprennent pas pourquoi le nom de notre père pourrait placer qui que ce soit à la tête d’un État moderne. Sauf Justin Trudeau. Mais ça, c’est une autre histoire.

Couronnée depuis maintenant 63 ans, et bientôt âgée de 90 balais, Lili la seconde est dans la dernière ligne droite de son règne. Et c’est là que ça se corse. Les Canadiens ont beau aimer leur souveraine autant que celle-ci aime les chapeaux, ils trouvent son successeur pas mal moins excitant.

Ainsi, la moyenne nationale de soutien à Élisabeth II se chiffre à 64 %, contre 36 % d’opposants. Cet appui s’effrite dramatiquement à l’échelle nationale, à 46 %, devant la possibilité que le prince Charles prenne la relève de sa célèbre mère.
(Source)

Les monarchistes préféreraient qu’on saute par-dessus le règne de Charles pour couronner tout de suite le prince William et son épouse, Kate, dont les tatas faits du haut d’un balcon (tâche première d’un souverain en 2016) seraient de meilleure qualité.

Ouais ben… Keep calm and allez lire la définition de «monarchie» dans le dictionnaire, pour paraphraser la célèbre affiche.

keep-dictionnaire

C’est justement tout le plaisir d’une monarchie: ça dispense d’avoir à choisir. Quiconque est éjecté en premier des trompes de Fallope royales est le prochain souverain, et il faut faire avec.

Amis canadiens, si votre appui à la monarchie dépend de la personne qui est sur le trône, ce n’est pas une monarchie que vous voulez.