Politique

La famille libérale et le pif politique

Ces temps-ci, la gestion de la famille libérale de Philippe Couillard est plus difficile. Les récents événements montrent qu’une partie du problème tient autant à la personnalité du chef qu’au manque de jugement politique de certains députés libéraux, le fameux «pif politique».

Philippe Couillard et Dominique Anglade. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
Philippe Couillard et Dominique Anglade. (Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne)

Dans la vie comme en politique, la cohésion de la famille est cruciale. Il faut en prendre soin. C’est elle qui permet de traverser les tempêtes. Dans une famille politique, le caucus des députés est le noyau autour duquel tout gravite. La communication et la confiance doivent être excellentes, parce que la houle qu’affronte le parti est parfois violente.

Pendant le très agité printemps étudiant de 2012, Jean Charest a pu compter sur un caucus uni, inébranlable, malgré la pression très forte venant de l’extérieur pour que le gouvernement jette du lest. Aucune fissure. Ça tient presque du miracle. L’ancien chef libéral était très près de son caucus, qu’il rencontrait presque tous les jours lorsque l’Assemblée nationale siégeait, que ce soit en grands ou en petits groupes. Jean Charest a appris la gestion de ses troupes à l’école de Brian Mulroney, lorsqu’il était député à Ottawa. Lui aussi avait un souci maniaque de garder ses ouailles heureuses.

Ces temps-ci, la gestion de la famille libérale de Philippe Couillard est plus difficile. Pas de rébellion en vue, mais ça grince des dents. Certaines frictions tiennent aux décisions prises en haut lieu, d’autres, à la personnalité du chef. Le premier ministre n’est pas aussi doué pour les relations personnelles que ne l’était Jean Charest. Des libéraux élus depuis plusieurs années ont encore de la difficulté à s’ajuster au changement de ton et de proximité. Le chef libéral est un cérébral qui analyse la situation froidement, comme un chirurgien qui s’apprête à opérer. Il s’entend bien avec tout le monde, mais n’approfondit ses relations avec personne. Du moins en politique.

Il n’a pas que l’allure d’un ours — son surnom lorsqu’il était ministre de la Santé — il en a aussi le côté solitaire. À l’époque, à l’Assemblée nationale, il ne fréquentait jamais le salon des députés. Dans le grand portrait de Philippe Couillard que L’actualité a publié en 2013, il se confiait ainsi: « La politique, ce n’est pas la place pour nouer des amitiés profondes. Il y a trop de gens avec des agendas différents qui se superposent », disait-il, faisant allusion à la compétition entre ministres, mais aussi entre députés, parfois du même parti.

Devenu premier ministre, tout se passe très rapidement en haut de la pyramide. Et le caucus a l’impression de ne pas être toujours suffisamment consulté avant certaines décisions qui touchent la famille libérale.

C’est pourquoi Philippe Couillard a embauché deux vétérans pour huiler les relations entre son cabinet et les députés. L’ancien élu et ministre Norm MacMillan a repris du service, tout comme le vétéran Claude Lemieux. Depuis cet été, les deux hommes doivent améliorer la communication entre le bureau du premier ministre et le caucus.

Mais les récents événements montrent qu’une partie du problème vient aussi du manque de jugement politique du patron et de certains députés libéraux, le fameux «pif politique» difficile à expliquer, sinon qu’il permet de sentir le vent se lever avant que la tempête débarque et ne fasse des ravages.

Comme dans tous les clans, l’entrée et la sortie des membres de la cellule familiale est toujours le passage le plus délicat à négocier. L’émotion — de la frustration à la tristesse en passant par l’excitation — brouille parfois le jugement. À ce chapitre, les derniers mois sont révélateurs.

Le cas Schautaud

Premier arrêt, l’embauche ratée cette semaine d’un transfuge de la Coalition avenir Québec.

Frédéric Schautaud était recherchiste à l’aile parlementaire de la CAQ. Jeudi 1er septembre, le chef de cabinet de François Legault, Martin Koskinen, rencontre son équipe pour s’assurer que tout le monde est heureux et faire le point sur les dossiers chauds. François Legault venait notamment d’annoncer qu’il souhaite abaisser de 10 000 le nombre d’immigrants que le Québec reçoit chaque année et Martin Koskinen souhaitait que toute l’équipe comprenne bien les tenants et aboutissants de cette politique.

De plus, la CAQ avait perdu deux employés aux mains des libéraux dans les dernières semaines. Yan Plante a quitté vers le bureau du premier ministre Philippe Couillard, et Philippe Girard travaille maintenant pour la députée Karine Vallières. Dans les deux cas, le PLQ a coulé l’information aux médias. La CAQ voulait éviter que le scénario se répète. À cette réunion, Frédéric Schautaud n’a rien dit sur ses intentions ou un quelconque inconfort.

Deux jours plus tard, le samedi 3 septembre, en plein long week-end de la Fête du travail, Schautaud entre dans les bureaux de la CAQ, subtilise des documents confidentiels, puis apporte l’information à son nouvel employeur libéral, le cabinet de la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, qui vient de le recruter.

Lorsque la CAQ se rend compte du stratagème, elle met en demeure Frédéric Schautaud de détruire les documents. Voici la lettre que Schautaud a fait parvenir à la CAQ, dans laquelle il admet les faits et détaille la liste des documents confidentiels qu’il a subtilisé.

Lettre de Frédéric Schautaud envoyée à la CAQ en réponse à la mise en demeure du parti. La bande noire a été ajoutée par L'actualité afin de protéger son adresse personnelle.
Lettre de Frédéric Schautaud envoyée à la CAQ en réponse à la mise en demeure du parti. La bande noire a été ajoutée par L’actualité afin de protéger son adresse personnelle.

Dans cette liste, trois documents importants s’y trouvent. D’abord, la refonte d’Investissement Québec sur laquelle la CAQ travaille. Une stratégie particulièrement sensible étant donné la controverse entourant la démission de Jacques Daoust et parce que la ministre Anglade est responsable d’IQ. Ensuite, le document CSNR (Cap sur nos régions), puis celui touchant l’aide à la relance économique.

Dominique Anglade et Philippe Couillard ont d’abord défendu leur nouvelle recrue, malgré ce «manque de jugement», ont-ils convenu. «Compte tenu de son désir de participer au programme du gouvernement qui est dans l’intérêt du Québec, je pense qu’on va poursuivre le processus d’embauche», a soutenu le premier ministre.

Le premier ministre et son entourage étaient visiblement trop excités par ce débauchage pour bien évaluer l’état de débauche dans lequel leur recrue arrivait.


À lire aussi:

Le PLQ et le jugement : un truc simple


Une heure plus tard, changement de cap. Ce qui était acceptable ne l’est plus. «Je me suis entretenu avec M. Schautaud, a dit Dominique Anglade. Dans cet échange, j’ai pu constater peut-être une sous-estimation de la gravité des gestes qui ont été posés. Au fil de la conversation, j’ai conclu que l’on n’allait pas pouvoir poursuivre avec le processus d’embauche avec M. Schautaud.» Elle a ajouté: «On a besoin d’avoir une grande probité pour avoir la confiance du public».

Il est pour le moins étrange que le premier entretien entre M. Schautaud et la ministre Anglade sur un sujet à ce point délicat qu’il était maintenant entre les mains des avocats ce soit déroulé après l’avoir défendu en public. N’était-ce pas une meilleure idée de tirer l’histoire au clair avant de se rendre devant les médias? À moins que l’excitation d’agrandir la famille libérale et de faire mal à un adversaire politique aient pris le pas sur la «probité» nécessaire à la confiance du public? Le bon réflexe politique a surgi avec quelques heures de retard.

De plus, Philippe Couillard devait-il commenter la venue d’un simple recherchiste dans le cabinet de l’une de ses ministres? Est-ce son rôle? De surcroît lorsqu’une controverse y est attachée? On peut se poser la question.

D’ailleurs, le PLQ se présente comme une force rassembleuse parce qu’il pige dans les employés de la CAQ. C’est possible. Mais trop, c’est comme pas assez. Il serait tout aussi possible de considérer ces embauches à répétition sur une courte période comme un maraudage partisan aux frais des contribuables. On utilise l’argent du gouvernement, des emplois bien payés et plus prestigieux que ceux d’un parti d’opposition, essentiellement pour faire mal à un adversaire.

Le cas Normandeau

Cette entrée ratée dans la famille libérale nous amène au cas de Nathalie Normandeau, dont la sortie a été pour le moins particulière. Certains députés ne sont pas heureux de l’interdiction imposée par le bureau de Philippe Couillard d’accorder des entrevues à la nouvelle émission radio de Nathalie Normandeau, à Québec. Ils auraient aimé être consultés par le cabinet du premier ministre. Plusieurs libéraux croient dur comme fer qu’elle sera déclarée non coupable et que l’UPAC a fait un simple coup médiatique en arrêtant l’ex-ministre.

Dans ce cas, la grogne interne au caucus montre l’ampleur du manque de jugement… du caucus. Visiblement, certains députés sont aveuglés par leur amitié avec Nathalie Normandeau. Philippe Couillard a pris des gants très blancs pour traiter cette histoire. Il a répété que Mme Normandeau était une «bonne collègue» et qu’elle est encore très populaire en Gaspésie, d’où il revient d’un séjour de pêche. Le chef libéral a maintenu la validité de la carte de membre de Mme Normandeau puisque la présomption d’innocence doit prévaloir, a-t-il dit, et ce, malgré les accusations graves de fraude et de corruption qui pèsent contre elle. Philippe Couillard aurait pu critiquer Mme Normandeau, prendre toutes les distances possibles. Il ne l’a pas fait, sachant sa popularité au sein du parti. Qu’elle le remercie en déchirant sa carte de membre est pour le moins surprenant.

Le cabinet du premier ministre n’avait d’autres choix que d’imposer cette interdiction de se rendre à son micro. Et de le faire rapidement, sans tergiverser, quitte à ne pas consulter tout le caucus avant de prendre la décision. Une autre valse-hésitation comme dans le cas de Sam Hamad au printemps aurait fait la plus mauvaise impression.

Mme Normandeau est en plein processus judiciaire. La cause est politique. Tous les voyants sur le tableau de bord sont au rouge. Le risque de faire déraper le procès est élevé. Et qui connait les questions qu’elle posera à ses ex-collègues? Voudra-t-elle se donner le beau rôle ou soutirer des informations à utiliser pendant le procès? Envoyer des députés et ministres libéraux à son émission serait jouer avec le feu.

Le cas Sam Hamad

L’autre gestion délicate de la famille libérale concerne l’ancien ministre Sam Hamad, très populaire auprès de ses collègues. Les pressions sont fortes au caucus pour que Sam Hamad réintègre le conseil des ministres. Lors de la démission de Jacques Daoust, certains voulaient que le premier ministre en profite pour «corriger l’erreur» de l’avoir évincé au moment des allégations entourant l’affaire Premier Tech. Dans la région de Québec, Hamad est apprécié. Même le maire Régis Labeaume fait pression pour qu’il redevienne le ministre responsable de la capitale. Hamad, dit-on chez les libéraux, aurait été sacrifié sur l’autel des médias.

Pour l’instant, Philippe Couillard, malgré sa proximité avec Sam Hamad — il a été son coprésident de campagne au leadership en 2012-13 — n’a pas été en ce sens. Un passage du rapport du commissaire à l’éthique l’empêche de le ramener. Celui-ci affirme que Sam Hamad a eu une conduite «contraire aux valeurs de convenance, de sagesse et de justice» de l’Assemblée nationale, ce qui n’est pas de nature à maintenir la confiance de la population envers les élus. Des mots durs, même si aucune sanction (encore!) n’était attachée au rapport.

C’est pourtant au nom de la cohésion des troupes que Philippe Couillard a hésité pendant quelques jours avant d’accepter que Sam Hamad se retire du conseil des ministres, en avril dernier. «Les députés veulent voir un premier ministre qui les défend quand ça brasse, qui va au front pour eux, sinon, ils n’iront pas pour lui», m’avait raconté une source libérale.

La valse-hésitation a plu à l’interne, puisque le patron a donné la chance à Sam Hamad de s’expliquer et n’a pas plié rapidement devant la pression médiatique. Le caucus aurait aimé le même comportement pour Nathalie Normandeau.

Or, ces heures de flottement ont peut-être été appréciées de la famille libérale, mais elles ont miné l’image du premier ministre auprès du public. L’attente a donné l’impression que le premier ministre choisissait son ami au détriment de l’éthique, lui qui avait promis la «tolérance zéro» pendant la course à la direction.

Lors d’une entrevue en juin dernier, j’ai posé la question au premier ministre.

— Plusieurs jours se sont écoulés avant que Sam Hamad se retire du Conseil des ministres, pendant lesquels il a gardé tous ses privilèges de ministre, comme son salaire et sa limousine… Avez-vous tenté de ménager votre ami ?

Sa réponse: «Il faut agir avec justice et équité. Est-ce que j’ai été influencé par des considérations humaines ? Oui, et je le revendique avec fierté. Les relations humaines dans une équipe, c’est important. Il y a un effet sur le groupe, un effet sur la personne visée. Je ne regrette pas d’avoir agi avec ce que je considère être une appro­che équitable. Mais je dois aussi protéger l’intégrité du gouvernement et c’est pour cette raison que Sam Hamad a quitté ses fonctions.»

L’effet sur le groupe et sa cohésion. La délicate gestion des crises internes. Ne pas sacrifier des carrières pour faire plaisir à la vindicte populaire, mais ne pas tomber dans une complaisance qui envoie le message que l’éthique est élastique lorsqu’il est question de l’un des membres de la famille politique.

Les relations humaines jouent un grand rôle en politique. Au point de parfois brouiller le «pif politique» et attiser la grogne si la communication entre le caucus et le premier ministre n’est pas parfaite.