Alexandre Cloutier quitte la vie politique
PolitiqueÉlections 2018

Alexandre Cloutier quitte la vie politique

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean tire sa révérence parce qu’il n’a plus le « feu sacré » et qu’il en a assez de la « joute politique partisane », selon ses proches. 

Après 10 ans à l’Assemblée nationale et deux courses à la direction, le député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, quitte la vie politique. La nouvelle, annoncée en primeur par L’actualité mardi matin, est une lourde perte pour le Parti québécois.

En conférence de presse à Alma, Alexandre Cloutier a annoncé qu’il terminera son mandat, mais qu’il n’en sollicitera pas un nouveau aux élections en octobre prochain. Il a prévenu son chef, Jean-François Lisée, quelques heures avant son annonce.

« On reproche souvent aux hommes et aux femmes politiques de ne pas savoir quitter, de s’accrocher au pouvoir, et je ne veux pas que ce soit mon cas », a-t-il dit lors de sa conférence de presse, ajoutant que son enthousiasme s’est effrité.

Âgé de 40 ans, l’ancien ministre dans le gouvernement Marois est l’une des figures importantes du Parti québécois. Il est actuellement porte-parole de son parti en matière d’éducation, un thème qui lui est cher et qu’il avait placé en tête de ses priorités lors de ses deux courses malheureuses à la direction du PQ, en 2014-2015 et 2016.

Alexandre Cloutier quitte ses fonctions parce qu’il n’a plus le « feu sacré ». « Il a envie d’être dans un environnement positif et emballant, ce qu’il ne ressent plus en politique », explique l’un de ses proches. Il en a assez de la « joute politique partisane ». Faire les nombreux allers-retours entre le parlement et le Lac-Saint-Jean, pour y retrouver sa femme et ses deux jeunes enfants, était également devenu pénible, dit-on. Il est « serein » avec sa décision et « a l’impression de tout avoir donné », explique un proche.

Député depuis 2007, Alexandre Cloutier délaisse un château fort, Lac-Saint-Jean, où ses chances de réélection étaient excellentes, malgré les difficultés du PQ dans les sondages à l’échelle nationale. La circonscription renferme près de 4 000 membres péquistes, soit plus que tout autre comté au Québec. Les coffres sont pleins, de sorte que son successeur aura tout l’argent nécessaire pour mener la prochaine campagne électorale.

Membre du Barreau, diplômé en droit de l’Université d’Ottawa et titulaire d’une maîtrise en droit international public de l’Université de Cambridge, en Grande-Bretagne, Alexandre Cloutier n’a pas encore choisi sa deuxième carrière. Il n’a aucun plan pour l’instant, dit-on.

Son départ s’ajoute à celui de Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles, à Montréal, depuis 1996, qui a aussi annoncé, mardi matin, son départ de la politique en octobre prochain. Le fait que les deux annonces surviennent le même jour est un hasard, explique une source péquiste. Alexandre Cloutier n’avait pas parlé à Nicole Léger de cette possibilité.