Des intentions de vote plus mouvantes
PolitiqueÉlections 2018

Des intentions de vote plus mouvantes

Le PLQ deuxième chez les francophones ? L’écart qui se resserre dans la région de Québec ? Un nouveau sondage Mainstreet semble montrer du mouvement, tout en confirmant certaines tendances.

Un premier sondage pour l’année 2018 de la maison Mainstreet, publié lundi, révèle que les jeux sont loin d’être faits chez les électeurs francophones, tout en confirmant certaines tendances observées au cours des derniers mois.

À l’échelle nationale, la Coalition Avenir Québec (32 %) et le Parti libéral du Québec (31 %) sont à égalité statistique en tête des intentions de vote :

Le Parti québécois recule considérablement, passant de 24 % en décembre (sondage téléphonique) à 18 % en janvier (IVR). Finalement, Québec solidaire se maintient au même niveau qu’en décembre, avec 15 % des intentions de vote.

En décembre dernier, Léger et Mainstreet avaient chacun publié des sondages qui plaçaient la CAQ de peu devant le PLQ en tête des intentions de vote. De son côté, le PQ demeurait en troisième place, mais l’écart entre le PQ et la position de tête variait considérablement selon les maisons de sondage : le PQ se trouvait 17 points derrière la CAQ selon Léger, mais seulement 7 points séparaient les deux partis chez Mainstreet.

Une analyse comparative des sondages Léger et Mainstreet de 2017 semblait démontrer que le soutien au PQ était légèrement plus élevé chez Mainstreet que chez Léger, particulièrement à partir de l’automne. Toutefois, les nouvelles données de Mainstreet rejoignent quelque peu celles de Léger en décembre, qui n’accordait au PQ que 19 % des intentions de vote.

De même, au cours de 2017, les chiffres de Mainstreet plaçaient constamment QS quelques points plus haut que ceux de Léger. Il est possible qu’un « house effect » de Mainstreet surestime quelque peu les appuis solidaires, mais les chiffres demeurent néanmoins à l’intérieur d’un intervalle d’incertitude raisonnable.

Le sondage a été mené du 4 au 6 janvier 2018 auprès de 965 répondants. Contrairement aux sondages québécois de Mainstreet en 2017, qui ont été effectués par entrevues téléphoniques, ce nouveau sondage a été réalisé à l’aide d’appels automatisés, ou IVR (« Interactive Voice Response »). Ce sondage probabiliste possède une marge d’erreur de 3,2 %, 19 fois sur 20.

Évidemment, comme la technique de sondage diffère des études précédentes (IVR au lieu d’entrevues téléphoniques), nous devons faire preuve d’une extrême prudence en comparant les chiffres d’un mois à l’autre. De plus, comme l’échantillon est plus petit qu’à l’habitude pour les sondages Mainstreet (965 répondants au lieu de 1 500 habituellement), les incertitudes des sous-échantillons sont donc plus importantes. Néanmoins, les résultats de ce sondage s’inscrivent bien dans le rythme des derniers mois.

Dans son rapport de sondage, Mainstreet publie tous ses chiffres avec une décimale. Par souci de clarté, nous vous présentons ici les chiffres arrondis au pourcentage près. Nous vous invitons à consulter le rapport du sondage pour plus de détails.

En ajoutant ce nouveau sondage à ceux des 12 derniers mois, nous pouvons tracer la progression des moyennes pondérées des sondages. Les chiffres sont pondérés en fonction de la taille des échantillons et de la date de terrain des sondages. Évidemment, les coups de sonde plus récents possèdent un poids plus important dans les calculs. Voilà ce que nous obtenons :

Encore une fois, la Coalition Avenir Québec et le Parti libéral du Québec se trouvent à égalité statistique (avec un léger avantage pour la CAQ) en tête des intentions de vote. Cependant, nous verrons plus bas qu’à la lumière des résultats des sous-échantillons de ce sondage, la CAQ serait favorite pour remporter une élection générale avec de tels appuis. Toutefois, une victoire caquiste ne serait pas assurée, loin de là.

Jetons maintenant un coup d’œil aux sous-échantillons : les francophones, la région métropolitaine de Montréal, la région métropolitaine de Québec et ailleurs au Québec

Les francophones

Sans surprise, la CAQ se trouve encore en tête des intentions de vote des électeurs francophones, avec 33 % d’appuis. Toutefois — et cette donnée fera sans doute sourciller certains observateurs —, le PLQ se trouve en deuxième place, avec 27 %, un gain de quatre points par rapport au sondage de décembre.

En troisième place se trouve le Parti québécois, avec seulement 20 % d’appuis chez les francophones. Si cette donnée vous semble particulièrement basse, sachez que le dernier sondage Léger de décembre 2017 n’accordait que 23 % au PQ auprès de ce même électorat. La grande différence entre ces sondages est l’écart entre caquistes et libéraux : Léger donnait une avance monstrueuse à la CAQ (23 points), tandis que Mainstreet accorde une avance plus modeste (6 points).

Néanmoins, les maisons donnent toutes deux la CAQ en tête de cet électorat.

En compilant les moyennes pondérées chez les électeurs francophones, la CAQ demeure confortablement en tête, alors que le PLQ et le PQ se trouvent maintenant à égalité statistique au deuxième rang.

La région métropolitaine de Montréal

Sans surprise, principalement grâce à de forts appuis chez les électeurs non francophones (64 %, selon ce sondage), le PLQ est en tête des intentions de vote dans la région métropolitaine de Montréal, avec 36 %. La CAQ vient au deuxième rang, avec 24 %.

À égalité statistique au troisième rang se trouvent le Parti québécois et… Québec solidaire ? Si le 17 % accordé au PQ à Montréal et sa banlieue n’est pas si éloigné des données récentes (Léger mesurait 21 % en décembre), des appuis solidaires qui grimpent à 18 % pourraient nous sembler comme une donnée quelque peu aberrante.

Toutefois, en considérant les chiffres des derniers mois, nous constatons qu’ils demeurent dans une certaine continuité : depuis le printemps 2017, à Montréal, le PQ a glissé et Québec solidaire semble avoir repris ces points perdus.

Les sondages téléphoniques de Mainstreet semblaient indiquer que le PQ avait repris quelques points après son congrès national de septembre dernier. Cependant, Léger n’a jamais mesuré un tel regain du PQ à l’automne. Ce sondage IVR de Mainstreet semble pointer dans la même direction que ceux de Léger.

La région métropolitaine de Québec

En décembre, Léger et Mainstreet avaient tous deux mesuré des appuis monstres de 48 % pour la CAQ dans la région de Québec. J’avais d’ailleurs mentionné à de nombreux lecteurs et lectrices que de tels chiffres, quoique plausibles, pouvaient aussi s’avérer un tant soit peu exagérés.

Dans ce coup de sonde, Mainstreet mesure un écart plus serré entre la CAQ (38 %) et le PLQ (34 %) dans la région de la Capitale-Nationale.


Les appuis caquistes et libéraux à Québec ont-ils varié autant pendant la pause de Noël ? Considérez le graphique suivant :


À première vue, ces données pourraient bien être des aberrations causées par la faible taille de ce sous-échantillon. Nous le verrons sûrement au cours des prochains mois.

Ailleurs au Québec

Finalement, hors des régions de Montréal et de Québec, la CAQ trône au sommet des intentions de vote, avec 44 %, soit 20 points d’avance sur le PQ. Une telle avance dans les régions du Québec ferait que, si elle se maintenait dans l’urne, la CAQ serait certainement favorite pour remporter une pluralité de sièges à l’Assemblée nationale. Et peut-être même une majorité.

Encore une fois, ces chiffres des régions du Québec rejoignent ceux de Léger de décembre (45 % pour la CAQ). Toutefois, ce sondage Mainstreet place le PLQ et le PQ à égalité statistique, alors que Léger campait le PQ loin en troisième place.

En conclusion

Je l’ai écrit souvent et je le répète, car il s’agit d’un principe d’une importance capitale dans l’analyse des sondages : il ne faut jamais accorder trop d’importance à un sondage unique. Sans une mise en contexte, un sondage ne vaut que le papier sur lequel il est imprimé.

À première vue, plusieurs chiffres de ce sondage m’ont fait sourciller. Le PQ troisième chez les francophones ? Le PLQ qui resserre l’écart à Québec ? La CAQ seule et loin en tête en région ? Cependant, lorsque nous considérons chacune de ces données à l’intérieur du contexte des derniers mois, nous pouvons constater qu’il y a une certaine continuité.

Comparons les deux derniers sondages respectifs de Léger et de Mainstreet avec la dernière projection électorale Qc125 publiée en décembre dans L’actualité :

Nous pouvons remarquer que les données libérales et caquistes se trouvent tout près des projections moyennes respectives. Pour ce qui est du PQ, cependant, ce nouveau sondage devrait lui faire perdre quelques fractions de point.

Néanmoins, il est important de rappeler que Mainstreet était sur le terrain du 4 au 6 janvier 2018, soit avant les annonces du départ des députés péquistes de la semaine dernière. Est-ce que ces événements amplement médiatisés au cours des derniers jours feront bouger l’aiguille ? Seuls les chiffres des prochains mois nous le diront.

En attendant, Jean-Marc Léger a annoncé lui-même la semaine dernière sur Twitter la tenue d’un sondage venant de sa maison :

Nous pouvons nous attendre à sa publication au cours des prochains jours. Par la suite, une nouvelle projection électorale Qc125 sera compilée et publiée. C’est à suivre !