Qc125: vers un balayage de la CAQ dans la région de Québec?
PolitiqueÉlections 2018

Qc125: vers un balayage de la CAQ dans la région de Québec?

Historiquement, les électeurs de la Capitale-nationale suivent les tendances nationales. En décortiquant les données des sondages, Philippe J. Fournier montre que la CAQ est en position de balayer les 11 circonscriptions de la région.

Avec des intentions de vote moyennes de 34,9% à l’échelle de la province, 4,6% devant le Parti libéral du Québec, la Coalition avenir Québec arrive en tête dans des régions historiquement péquistes, notamment l’est de la Montérégie, les Laurentides et Lanaudière.

Deux régions font exception à cette tendance: la Capitale-nationale (11 circonscriptions) et la Mauricie (cinq circonscriptions en 2014, mais la région sera réduite à quatre en 2018 après la fusion de Laviolette et de Saint-Maurice). Lors de l’élection générale de 2014, les libéraux de Philippe Couillard ont remporté pas moins de 13 des 16 circonscriptions de ces deux régions. Ce quasi-balayage, de Maskinongé à Charlevoix-Côte-de-Beaupré, avait permis au PLQ de remporter une majorité de sièges à l’Assemblée nationale en avril 2014 (70 des 125 circonscriptions).

Cependant, avec les intentions de vote actuelles, le PLQ risque de perdre l’entièreté de ces 13 circonscriptions aux mains de la CAQ. Conséquemment, sans ces 13 comtés, le PLQ ne peut espérer conserver une majorité en octobre 2018.

De plus, sans ces 13 comtés ET avec une forte baisse du PQ dans le 450, le PLQ risque fort bien de se retrouver sur les bancs de l’opposition le 2 octobre prochain.

Historique récent de la Capitale-nationale

Depuis l’élection des libéraux de Jean-Charest en 2003, les électeurs des 11 circonscriptions de la Capitale-nationale ont oscillé, à chaque élection, entre le PLQ et la CAQ/ADQ. Voici le vote populaire de ces circonscriptions lors des cinq élections générales du 21e siècle :



Ce va-et-vient du vote populaire entre le PLQ et la CAQ/ADQ s’est traduit en sièges. En 2003, le PLQ a remporté neuf des 11 sièges de la région. En 2007, la mini-vague adéquiste avait donné sept comtés aux troupes de Mario Dumont.

Un an de demi plus tard, à l’élection de décembre 2008, Jean Charest regagnait sa majorité à l’Assemblée nationale avec l’aide de sept circonscriptions de la Capitale-nationale.

En 2012, lors de la première élection de la CAQ, François Legault et son équipe parvenaient à remporter six des 11 comtés de la région, privant ainsi le PLQ d’une quatrième victoire électorale consécutive (sans ces comtés caquistes de Québec, le PLQ aurait peut-être battu le PQ de Pauline Marois – ou au moins terminé à égalité).

Finalement, en 2014, fort d’une campagne sans histoire (et aidé de quelques bourdes de ses rivaux), le PLQ a raflé huit des 11 circonscriptions de la région.

Toutefois, ces revirements et échanges continuels de sièges entre le PLQ et la CAQ/ADQ sont-ils vraiment uniques et attribuables à la région de Québec? C’est bien connu que l’ADQ et la CAQ ont généralement bien performé dans la Vieille-Capitale, mais ajoutons des chiffres pour appuyer cette affirmation.

Voici la soustraction du vote populaire de la région de la Capitale nationale avec le vote à l’échelle provinciale des cinq dernières élections générales :

Première observation: les électeurs de la Capitale nationale suivent les tendances nationales. En effet, nous pouvons remarquer que les colonnes sont plutôt stables d’une élection à une autre (à l’exception du vote libéral de 2012). Cela signifie donc que lorsqu’un parti grimpe ou glisse au niveau national, il en fait de même dans la région de Québec.

Deuxième observation: le niveau de croisière de chacun des partis dans la Capitale-nationale est bien différent du reste du Québec. Dans le graphique ci-dessus, nous remarquons que la CAQ (et anciennement l’ADQ) sur-performe à chaque élection de 9% à 11% par rapport au vote national. Les libéraux (à l’exception de 2012) sous-performent quelque peu, entre trois et cinq points. La sous-performance du Parti québécois est plus importante: de quatre à huit points entre 2003 et 2014. Finalement, Québec solidaire sous-performe d’environ un point par rapport à sa moyenne nationale.

Ces tendances régionales sont une partie intégrante du simulateur d’élection du modèle Qc125. C’est à l’aide de ces données que le modèle parvient à estimer les corrélations entre régions et circonscriptions.

La projection actuelle dans la Capitale-nationale

Selon la dernière projection Qc125, la CAQ est solidement favorite dans 9 des 11 circonscriptions de la région de la Capitale nationale. Parmi ces neuf circonscriptions, seulement deux sont actuellement représentées par des députés caquistes: Éric Caire dans La Peltrie et Geneviève Guilbault dans Louis-Hébert.

Les deux circonscriptions incertaines sont Taschereau (Agnès Maltais, PQ) et Jean-Talon (Sébastien Proulx, PLQ), soit des châteaux forts de longue date du PQ et du PLQ, respectivement. Les données de la projection indiquent que ces circonscriptions sont des comtés pivots où la CAQ n’est que légèrement favorite.

Avec de tels chiffres, les probabilités de forts gains caquistes dans la Capitale-nationale sont donc considérables. Voici la distribution statistique des totaux de sièges caquistes parmi ces 11 circonscriptions, tels que compilée par le modèle Qc125 lors de la dernière projection électorale :

Selon ces données, la CAQ montre une probabilité de 36% (soit un peu plus d’une chance sur trois) de balayer complètement les 11 circonscriptions de la région – ce qu’aucun parti n’a accompli dans les 60 dernières années. Le scénario le plus probable, qui survient dans 37% des simulations, est une récolte de 10 sièges caquistes, ce qui constituerait un gain net important de huit députés pour l’équipe de François Legault.

Pour le PLQ, le scénario est complètement différent. Considérez la distribution statistique suivante:

Dans près d’une simulation sur deux, soit une probabilité de 48%, le PLQ n’obtient aucun siège dans la région de Québec. La probabilité d’un seul siège libéral à Québec (le plus probable étant Jean-Talon) est de 38%, soit un peu moins de quatre simulations sur 10.

Du côté du Parti québécois, la perte d’Agnès Maltais diminue certainement les chances que le PQ conserve son bastion de Taschereau. Dans près de trois simulations sur quatre (73%), le PQ ne remporte aucune circonscription dans la région de Québec.

Avant la défaite de Pauline Marois contre la libérale Caroline Simard en 2014, Charlevoix-Côte-de-Beaupré (circonscription anciennement nommée Charlevoix) était considérée comme un château fort péquiste. Le modèle Qc125 estime à 5% les probabilités que le PQ reprenne cet ancien bastion (soit une simulation sur 20).

Finalement, comme Taschereau est une des rares circonscriptions où sa fusion avec Option nationale pourrait lui être bénéfique, Québec solidaire remporte ce château fort péquiste dans près d’une simulation sur cinquante (2%).

Les probabilités d’une victoire solidaire à Québec sont minces, mais un exode des péquistes de Taschereau vers Québec solidaire (ajouté au transfert des électeurs d’Option nationale) pourrait, si le vote est adéquatement divisé, produire un premier siège QS à l’extérieur de Montréal. Mais à 2%, c’est peu probable.

Alors… même Taschereau?

Tel que mentionné ci-haut, oui, même Taschereau est en danger de changer de couleur en octobre prochain. Toutefois, considérant que le PQ a conservé ce comté par la plus faible des marges en 2014 (451 votes), cette affirmation ne devrait surprendre personne.

D’ailleurs, Taschereau fait partie d’une poignée de circonscriptions où, avec les chiffres actuels, nous pouvons supposer qu’un tiers du vote populaire sera suffisant pour l’emporter. La fusion QS/ON devrait aider la cause solidaire, la perte d’Agnès Maltais devrait faire mal au PQ et les appuis à la CAQ à Québec dans les récents sondages sont tellement élevés (49% selon Ipsos et 53% selon Léger) qu’ils débordent même jusqu’à ce comté historiquement peu fertile aux caquistes et adéquistes.

Regardons l’écart entre le vote populaire dans Taschereau et le vote au niveau national depuis 2003:

Nous pouvons remarquer que le PQ et QS sur-performent dans ce comté depuis 2007, alors que le PLQ et al CAQ/CAQ y sous-performent.

Avec ces tendances et les sondages récents, voici la projection électorale Qc125 actuelle dans Taschereau:

Évidemment, comme il s’agit de la projection d’une seule circonscription, les intervalles de confiance sont donc généreux, mais nous pouvons tout de même constater que la moyenne de chacun des partis se trouve entre 20% et 30%.

La circonscription de Taschereau est donc hautement imprévisible.

Même Jean-Talon?

La circonscription de Jean-Talon n’a jamais envoyé à l’Assemblée nationale un député d’une autre bannière que celle du Parti libéral du Québec depuis la création du comté en 1966 (malgré des victoires serrées par 25 voix en 1994 et par 156 voix en 1998).

Regardons l’écart entre le vote populaire dans Jean-Talon et le vote au niveau national depuis 2003 :

Nous pouvons remarquer que la sur-performance du PLQ dans Jean-Talon diminue graduellement depuis 2008. La sous-performance de la CAQ/ADQ, elle aussi, a diminué au cours de la même période.

Avec ces chiffres, voici la projection électorale Qc125 actuelle dans Jean-Talon :

Il s’agit littéralement d’un « pile ou face » entre la CAQ et le PLQ. Voici pourquoi Jean-Talon est laissé en blanc sur la carte de la projection.

En conclusion

Sans les circonscriptions de la Capitale-nationale, aucun parti ne détient un chemin facile vers une pluralité de sièges, et encore moins vers une majorité.

Deux exemples récents le démontrent: en 2007, lorsque le PLQ de Jean Charest n’a gagné que deux sièges à Québec (contre sept à l’ADQ et deux au PQ), il a perdu sa majorité. Puis en 2012, en ne remportant que trois sièges dans la région, le PLQ a perdu le pouvoir aux mains de Pauline Marois.

D’ailleurs, lors de la dernière victoire majoritaire du PQ en 1998, la formation de Lucien Bouchard avait remporté neuf sièges dans la Capitale nationale.

Électoralement, la région de Québec a été hautement volatile dans les dernières décennies, envoyant en alternance une majorité de députés libéraux puis caquistes/adéquistes à l’Assemblée nationale. Peu importe le parti politique qui aspire au pouvoir, il ne devrait pas sous-estimer l’importance des circonscriptions de cette région à humeur électorale variable.